Accueil L’église au Rwanda

L’église au Rwanda

Articles au sein de cette page: Les dix vérités, Pétition de l’Abbé J.B. Gahamanyi, Une phrase raciste?, Lettre confidentielle de l’Abbé A. Kagame, Visite du Roi J.B. Ndahindurwa Kigeri V à Kabgayi, Lettre de Kigeri V à Harroy, Carême 2009, une occasion d’autocrtique pour l’Eglise du Rwanda, Assumer les résponsabilités collectives, La voie de la réconciliation, par Laurien Ntezimana, Laurien Ntezimana, Consécration du Rwanda au Christ Roi, Déclaration des vicaires apostoliques, Parole aux détracteurs, Génocide 15 après, Génocide 15 après – Analyse, V. Linguyeneza: Vérité, Justice, Charité, L’ Eglise a raison d’exiger plus de justice, Jean Ndorimana face à l’équilibre ethnique, F. Rudakemwa à propos des thèses de Ndorimana, Ainsi écrivaient Bigirumwami et Perraudin conjointement, Th. Nahimana face aux thèses de Ndorimana , Mgr Perraudin: Conclusions I  , Mgr Perraudin: Conclusions II, Mgr Perraudin: Conclusions (fin), Kuzirikana inzira y’umusaraba dufashijwe na Kizito Mihigo., ,Autres,

********************************************************************

Impulsion

Suite à la publication de l’ouvrage “L’évangélisation du Rwanda(1900- 1959) à l’Harmattan( 388 pages), nous sommes maintenant à mesure en partant des révélations contenues dans ce document important et puis de plusieurs autres publications à ce sujet, d’apprendre d’avantage sur l’origine de la haine et l’hostilité manifestées à l’encontre de la personne de Monseigneur Perraudin dans certains milieux de la société rwandaise. L’auteur du livre ci-haut cité, le prêtre historien Fortunatus Rudakemwa, nous fournit, preuves à l’appui, des éléments qui font coïncider l’origine de l’inimitié contre l’ancien archevêque de Kabgayi avec ses déclarations à propos du Tambour karinga, emblème dynastique du pouvoir tutsi-nyiginya. En effet pour Monseigneur Perraudin et son confrère Mgr Bigirumwami, tous les deux signataires de la déclaration sur le Karinga, le tambour emblème ne devait plus être considéré comme dépositaire de l’autorité, étant un objet et pas une personne(bannisseme nt du culte quasi religieux qui lui était du). D’après les évêques, il s’était déjà avéré convenable d’ôter Karinga des dépouilles humaines qui l’ornaient. Comme nous pouvons déjà le constater, l’opinion publique fit vite attribuer la paternité de la déclaration au seul évêque Perraudin. Les progressistes lui en étaient reconnaissants, mais les monarchistes ne le lui avaient jamais pardonné. A leurs yeux, Monseigneur Bigirumwami, un fidèle de la monarchie, n’aurait été que contraint à parapher ce document qui sapait le pouvoir du Karinga. C’est depuis ce temps de la déclaration sur le Karinga du 29 août 1959 que des divisions d’ordre politique naquirent au sein du peuple rwandais, qui dureront jusqu’à nos jours et que certains désignent comme le commencement du génocide des tutsis. Le peuple se retrouvait scindé en deux parties diamétralement opposées et la compréhension à propos du tambour emblème en fut entre autre l’origne. Pour les leaders hutu, il n’était pas question que Karinga soit considéré comme un emblème national, puisque signe de domination tutsi. Pour les extrémistes tutsi de l’UNAR, tout les ennemis du Karinga c’étaient tous des hommes à abattre. C’est depuis lors que que Monseigneur Perraudin, les missionnaires d’Afrique et les prêtres autochtones hutu furent définitivement rangés du coté des leaders hutu(l’étiquette qui se traduirait dans le jargon d’ aujourd’hui comme “les tenants de l’idéologie génocidaire”) , tandis que Mgr Bigirumwami et le clergé tutsi étaient censés être proches de la monarchie(ou les supporters du tambour emblème, le Karinga).

Il importe donc ici de donner la parole à certains détracteurs de Monseigneur Perraudin, dont les arguments malgré tout ne manquent pas de pertinence. Dans ce même ordre d’idées, nous pouvons envisager plus tard des conclusions nous permettant peut être de trouver une approche de la résolution du contentieux, ce qui contribuerait énormément à trouver une voie pour la réconciliation du peuple rwandas dont la grande déchirures des ses relations date de 1959.  L’ouvrage de Jean Ndorimana, prêtre et juriste, pourrait peut être d’un secours immense dans cette optique. Ainsi des extraits de son livre”De la région de grands lacs au Vatican, Editons de l’imprimerie Prograph, Kigali 2008, 365 pages), pourraient aider à se faire une réflexion:

“(…) a.1. Perraudin se contredit et se condamne.

a.1.1. L’oeuvre de Perraudin du sacre au mandement de Carême(1956-1959)

Perraudin arrive au Rwanda en août 1950, après un séjour de presque trois ans au Burundi, un pays à l’époque très semblable au Rwanda du point de vue de l’organisation politique. C’est un milieu idéal pour Perraudin de programmer la contribution socio-politique qu’il attendait donner à cette colonie belge dénommée Ruanda-Urundi, territoire unique à l’époque. De décembre 1951 à décembre 1955, Perraudin est successivement professeur, puis Recteur du Grand séminaire régional, puis national de Nyakibanda au Rwanda, où il fait chaque année les statistiques des futurs prêtres selon les ethnies. Il reproduit dans son livre les ethnies des prêtres ordonnés durant ou après son rectorat mais qu’il a connu à Nyakibanda. On voit que c’est un diaire ethnique tenu méticuleusement, année par année. Le 25 mars 1956, Perraudin est ordonné évêque de Kabgayi et prend comme devise “SUPER OMNIA CARITAS” (La charité par dessus tout). L’évêque consacrateur est étonnamment Monseigneur Bigirumwami, et cela est, selon certains, le résultat d’un fin calcul plutôt que d’un esprit d’humilité. Nous le prouverons plus bas. A ce propos, Perraudin, reprenant les titres des journaux et revues de l’époque, fait un long commentaire de son sacre, qui a l’air d’un colonialiste qui veut montrer qu’être ordonné évêque par un noir est un privilège pour ce dernier. Cela était peut-être valable en 1956 mais pas en 2003, année où Perraudin écrivait son livre. Un des titres de ces journaux est: “Un évêque noir sacre un évêque blanc”. Perraudin affirme que dans sa pensée il voulait donner un témoignage d’anticolonialisme, et il se réjouit du fait que lors de ses voyages en Europe on soulignait ce choix comme un geste missionnaire important.

a.1.2. Le tendem Perraudin-Harroy pour la perte du Roi Mutara Rudahigwa.
Lorsqu’on lit la description que fait Perraudin de l’ambiance des festivités lors de son sacre et les éloges qu’il ait de Kayibanda tout au long de son livre, on n’a pas à douter que dans la tête de l’auteur il y avait des intentions du combat qu’il aurait déclenché plus tard contre les Tutsi en se cachant derrière les injustices de la féodalité.(… !!!) Harroy(dans son “Rwanda politique”) abonde dans le sens de Perraudin en vantant les mérites de Kayibanda(.. .) Il ne cache pas sa fierté en parlant du duel qui opposa le Goliath de Nyanza(le roi Mutara) et le David de Kabgayi(Kayibanda) . Et, faisant ainsi, tout en se compromettant, Harroy enfonce Perraudin: “Dans la presse locale…Kinyamateka, journal des pères blancs, …L’AMI des anciens séminaristes, Kurerera Imana, organe d’expression de l’assocaitation des Moniteurs, etc…-on vit de temps à autre, dès les premieres années cinquante, paraître un article décrivant la misère des Hutu et les injustices responsables de cette misère. A cet égard Kinyamateka surtout a joué, en pionnier et avec force de percussion croissante jusqu’à la Révolution de 1959, un rôle absolument déterminant.. .(la)nomination (de Kayibanda à Kinyamateka comme rédacteur en chef en remplacement de l’abbé Alexis kagame) eut des conséquences considérables. Kayibanda-comme l’écrit D. Murego- s’étant incontestablement, dès sa nomination, servi du journal dont il était rédacteur en chef pour éveiller la conscience politique des masses hutu. “De mon observatoire d’Usumbura(poursuit Harroy), je pouvais suivre la progression, année par année, des audaces que contenaient ses articles, et aussi l’engouement extraordinaire manifesté par les masse paysannes pour ces véritables oracles imprimés à Kabgayi. On se réunissait nombreux dans les huttes pour entendre ensemble, la lecture du Kinyamateka, puis un coureur partait portant le journal à la colline suivante. Mutara me demanda d’interdire cette “action subversive” qui mettait en péril l’ordre public, mais je me gardai bien d’intervenir. Il essaya d’intimider Kayibanda de diverses manières, mais n’osa pas affronter jusqu’au coup de forces ses puissants protecteurs de l’évêché…”(.. .) Kayibanda utilise la presse de l’Église catholique pour soulever les masses populaires. Il est couvert par le haut représentant de l’Église catholique, Perraudin, auquel le roi n’ose pas attaquer. Impuissant devant Perraudin, le roi recourt à Harroy, le représentant de la Belgique au Rwanda-Burundi; ce dernier se garde d’intervenir, non pas qu’il en fût incapable, mais parce qu’il est de connivence avec les autorités ecclésiastiques pour la perte du roi, avec toutes les conséquences que tout cela comportera!

a.1.3. Enfoncé indirectement par Harroy, Perraudin témoigne contre lui même.

Kinyamateka est la propriété de la conférence Épiscopale du Rwanda. Le rédacteur en chef de ce journal est engagé par les évêques. Alors qui est le responsable du Kinyamateka, l’Église ou le rédacteur en chef? Perraudin et Harroy affirment sans tergiverser l’importance des journaux de l’Église catholique pilotés par Kayibanda dans le soulèvement du peuple qui a abouti à un génocide prévisible. Perraudin poursuit: “Les idées mènent le monde”, dit un adage…Et ce sont les journaux principalement qui véhiculent les idées aussi bien dans les milieux intellectuels qu’au coeur des masses populaires. Je crois qu’on ne se trompe pas en affirmant que les journaux dont je viens de parler(…). ..ont ébranlé sur ses bases le colosse féodo-monarchique rwandais et même au Burundi”. C’est au cours de ces écrits subversifs qu’en 1957 fut publié le fameux manifeste des bahutu dont on dit qu’il a été écrit à l’imprimerie de Kabgayi. Et à cette époque Kayibanda est encore dans Kinyamateka! c’est seulement en 1959, lorsque tout est accompli, que Perraudin demande à Kayibanda d’abandonner ses fonctions dans Kinyamateka, les jugeant incompatibles avec ses engagements politiques particulièrement au sein du mouvement hutu. Perraudin nie que Kayibanda ait été son secrétaire particulier et que lui même ait été son conseiller, mais il ne nie pas que kayibanda ait utilisé sa place dans les médias de l’Église catholique pour soulever les masse populaires.( …)

a. 2. Trente deux ans de cécité vis-à-vis des injustices contre les tutsi(1959-1991) .

Perraudin est arrivé au Rwanda en 1950. En 1959 il a écrit sa lettre qui dénonçait les injustices dont les hutus étaient l’objet. Depuis cette année là les hutu ont commencé à massacrer les tutsi, à piller leurs biens, à manger leur bétail, à détruire et incendier leurs maisons, et à exiler les rescapés de ce génocide. Ces scènes se sont répétées plusieurs fois devant les yeux de Perraudin(1960, 1963, 1966, 1973, 1990, 1991). Depuis la publication de sa triste lettre jusqu’à son départ du Rwanda en 1991, Perraudin n’a jamais dénoncé ces injustices contre les tutsi, même lorsque les frères josepfites ont été massacrés à coté de son archevêché en 1973, même lorsque les écoles secondaires, l’université, les communautés religieuses, les établissements publics et privés ont été fermés aux tutsi, et que ces de ces derniers qui n’ont pas été massacrés ont été obligés de s’exiler!

La seule circonstance où Perraudin ait manifesté du chagrin, c’est lors de la chute de son dauphin Kayibanda avec le coup d’Etat du 5 juillet 1973 ainsi que lors des injustices commises contre l’équipe de son  gouvernement. (…) Sont à noter également les soins particuliers que Perraudin a réservés aux hutu burundais réfugiés au Rwanda en 1972, aussi bien aux séminaristes, prêtres que laïcs. Perraudin a été témoin des massacres, des exils successifs et d’autres injustices subies par les tutsi sous les deux Républiques, mais on ne trouvera aucun écrit de Perraudin de la même hargne que la lettre de 1959 en faveur des hutu qui n’étaient ni massacrés ni exilés. Au contraire, à ceux qui ont eu le courage de parler de génocide des tutsi, même aux témoins oculaires, Perraudin à rétorqué que c’était une distorsion de la vérité! Il ne fustige les tueries que lorsqu’il se cache derrière la conférence épiscopale et il ne le fait que de façon trop générale.(…) “

Source: Jean Ndorimana, De la région des grand lacs au Vatican(op.cit. ) pp33-38.

Mon commentaire: Comme mentionné au départ, les détracteurs de Monseigneur ne manquent pas d’arguments pertinents, comme on peut le constater déjà chez Jean Ndorimana. Bien que la plupart de ce qui est rapporté sur l’ancien archevêque soit basé principalement sur des préjugés, il ne serait pas moins utile de tenir compte des ces arguments, afin de constituer une défense efficace en vue de confirmer l’innocence déjà prouvée de l’évêque, à partir des raisonnemts échangés ces derniers jours à propos de tout ce qui s’est passé au Rwanda en rapport avec l’oeuvre de Perraudin. Déjà on peut bien remarquer les divergences de vision en ce qui concerne le Rwanda comme nation et c’est ces divergences qui créent toujours la tendance à catégoriser les gens. Ceux à la vision defférente sont catégorisés dans le camp des ennemis, et il devient très facile de leur coller dessus les responsabilité s qui ne sont pas les leurs, surtout quand un malheur advient. En laissant à chacun le temps de réfléchir  sur l’argumentation de Jean Ndorimana pour s’y faire une idée, je vaudrais quand même relever quelques points pouvant servir d’argumentation pour les discussions à venir:

- Jean Ndorimana ne fait aucune mention touchant les abus de l’ancien régime, donc de la monarchie. Donc pour lui, la “sacro-sainte” institution de la monarchie était le système convenable pour tout les rwandais, qu’il soient hutu ou tutsi. Les injustices commises à l’encontre des hutu paraissent justifiées, en ce temps là comme aujourd’hui. Elles sont tellement insignifiantes que les revendications de tout genre n’auraient pas de fondements!

- Pour lui,  il y a eu tort de sensibiliser les masses populaires pour les faire prendre conscience de leurs droits bafoués. Les abus de l’ancien système tutsi et le Karinga ne constituaient apparemment aucun problème notoire et qui mériterait qu’un évêque se permette d’y écrire une lettre pastorale. La lettre de Perraudin aurait été donc un coup fatal pour la monarchie, ce qui signifie le déclenchement de génocide des tutsi!

- La presse libre ou la liberté de conscience ne devrait pas être reconnue, selon Ndorimana, surtout quand il s’agit d’éveiller les masses pour lutter pour leurs droits inaliénables. En tout cas nul part n’est démontré qu’il fut question d’appel aux massacres dans la presse. Pour lui, Perraudin a eu tort tout court de laisser faire, quand la presse catholique participait à cette sensibilisation de masse, en vue du recouvrement des droits bafoués. Donc il aurait fallu arrêter tout journal qui osait critiquer le pouvoir monarchique, celui ci étant comme il nous le décrit, comme le seul garant de la sécurité du tutsi. La liberté de la presse fut donc un crime qui n’aurait pas du être toléré pour le bien de la royauté.

- Ndorimana présente bien sûr, comme il fallait s’y attendre, la partie hutu, comme la seule responsable des différentes périodes marquées par des massacres, et il en endosse la responsabilité à Perraudin, aussi longtemps qu’il n’a pas su fustiger cette injustice avec la même fougue que lorsqu’il s’attaquait contre l’injustice soit disant infligée au hutu. Point n’est mention cher lui des différentes provocations du parti UNAR, de l’organisation de la manipulation et des raids terroristes contre les populations et qui se soldaient souvent par des ripostes et des égarements des populations civiles. A  suivre sa ligne de raisonnement, on dirait que des massacres qui ont entretenu le génocide ont été toujours des actes de haine spontanés sans qu’il y ait une certaine réaction à une réalité plus ou moins complexe. D’ailleurs il lui est incapable de justifier l’arrêt de ce génocide pendant toute la période de la 2e république, jusqu’à l’attaque du premier octobre.

Pour ne pas nous éterniser dans le contre argumentation, nous pouvons déjà nous arrêter par ici pour faire place d’avantage à la réflexion, tout en préparant des points de défense pour lever les calomnies infligées injustement, comme nous le savons, contre le regretté Monseigneur Perraudin.

Théophile.

- Articles complémentaires:

Les dix vérités, Pétition de l’Abbé J.B. Gahamanyi, Une phrase raciste?, Lettre confidentielle de l’Abbé A. Kagame, Visite du Roi J.B. Ndahindurwa Kigeri V à Kabgayi, Lettre de Kigeri V à Harroy, Carême 2009, une occasion d’autocrtique pour l’Eglise du Rwanda, Assumer les résponsabilités collectives, La voie de la réconciliation, par Laurien Ntezimana, Laurien Ntezimana, Consécration du Rwanda au Christ Roi, Déclaration des vicaires apostoliques, Parole aux détracteurs, Génocide 15 après, Génocide 15 après – Analyse, V. Linguyeneza: Vérité, Justice, Charité, L’ Eglise a raison d’exiger plus de justice, Jean Ndorimana face à l’équilibre ethnique, F. Rudakemwa à propos des thèses de Ndorimana, Ainsi écrivaient Bigirumwami et Perraudin conjointement, Th. Nahimana face aux thèses de Ndorimana , Mgr Perraudin: Conclusions I  , Mgr Perraudin: Conclusions II, Mgr Perraudin: Conclusions (fin),

 

Annexe:

Ibaruwa ifunguye y’ubugira kabiri igenewe Nyakubahwa Prezida Paul Kagame.

 

                                                                         P. Théophile Murengerantwari

 

 

 

Nyakubahwa Prezida Paul Kagame,

 

Hashize imyaka iyinga icumi mbandikiye ibaruwa ifunguye, aho anabasabaga nk’umukuru w’igihugu, kugerageza kwita ku kibazo cy’akarengane gakomeye kari gakomeje kugirirwa abaturage mushinzwe kuyobora.

 

Ibaruwa ifunguye nabandikiye, ntiyari igamije kubagaya mu miyoborere mwari mwariyemeje gutwaramo u Rwanda, n’agatsinda ku itariki ya 5 Mata 2000 igihe nandika, mwari mukimara gusimbura Prezida Pasteur Bizimungu by’agateganyo, nyuma y’aho amaze kwegurira ku mirimo y’ubuyobozi bw’igihugu. Icyo gihe n’ubwo igihugu cyari mu bihe bitoroshye, kandi ari no mu  gihe cyo kwibuka abazize Genoside yakorewe abatutsi, nkurikije uko nababonaga ubushake bwo gukemura ibibazo by’ abagiriwe akarengane mu gihe cya Genoside, nibwiye ko biri muri kamere yanyu yo kwamagana abahohoterwa abo aribo bose no ku buryo bwose. Ntihashize n’igihe mutorerwa koko umwanya wo kuyobora igihugu ku buryo bwemewe, najye nkomeza kwibwira ko mwazageraho mukita no ku kibazo cy’akarengane k’abantu nari nabagejejeho.

 

Nyakubahwa Prezida, igihe mbandikiye nibwiraga kandi ko ntabubahutse, ikindi ko mushoboye gutega amatwi ibibazo byose by’abaturage mushinzwe. Kuba naribaraga nk’umwe mu baturage muragijwe nicyo cyatumye ntiyumvamo impfunwe ryo kubaza ababishinzwe, impamvu abantu bashobora kugirirwa akarengane ku mugaragaro, bagashinjwa ibinyoma bikimerwa, noneho bagakatirwa ibihano bikomeye birimo kubaheza muri za gereza nazo zitubaha uburenganzira bw’ikiremwamuntu.

 

Icyantangaje bikomeye, ni uko aho kugirango mpabwe igisubizo cyangwa se mbazwe ibisobanuro ku buryo buboneye, ahubwo kuva icyo igihe ibaruwa nari nabandikiye abo mukuriye benshi bayifasheho  guhungabanya umutekano w’igihugu. Sinsubiramo ibikorwa byo kubangamira umutekano wanjye bwite nagiriwe n’inzego z’iperereza kimwe n’iza gipolisi, ndetse ndabamenyesha ko hari aho nagarikiye ku muryango wa Gereza, ngomba gufungwa.

 

Maze gufata igihe gihagije cyo kubizirikana, naje gutekereza ku mugani uvuga ko umwami atica ahubwo hakica rubanda, nuko nibwira ko ibikorwa byo guhohoterwa nagiriwe n’inzego mukuriye bishobora kuba byarakozwe n’abantu bamenyereye kugira ubwira, bagashaka gukemurira ibibazo nyirubwite mu nzira atabatumye. Niyo mpamvu niyemeje kongera kuboherereza indi baruwa ya kabiri, mbitewe cyane cyane n’uko ibibazo nabagezagaho mu ya mbere ntacyakemutseho, abarenganaga bakomeje kurushaho kurenganywa. Byongeye kandi ndasanga ibyemezo igihugu gifata mu nzira igana ubutabera  bikomeje kuba nk’igitonyanga mu nyanja, imbaga y’abanyarwanda mushinzwe ikaba ikomeje kuhazaharira.

 

 Ariko hari n’izindi mpamvu zinteye kwandika muri kino gihe, arizo ngiye kabasobanurira, zikaba zigusha zose mu nzira yo gukomeza kwerekana  akarengane gakomeje kuranga ubutegetsi mufite. Hari n’ikindi gikomeje kugaragara, kikaba ari inzangano  mu banyarwanda zishingiye ku mateka, zikaba zikomeje guhabwa intebe mu mikorere ya  buri munsi. Ikigaragara nabwo, ni uko hagiye habaho imyumvire itandukira ya bamwe na bamwe, igihe kimwe habaho inyigisho yo gutoza abanyarwanda umuco wo kubana kivandimwe, hakaba ababibonamo kubangamira inyungu zabo bwite. Niyo mpamvu nifuza kugaruka cyane cyane ku ibaruwa yiswe iy’igisibo yanditswe na Musenyeri Andereya Perraudin, hakaba abantu bamwe babangamiwe cyane n’ubutumwa bwiza bufasha imibanire, ndavuga nyine abo batari bakeneye gusangira n’abandi ibyiza by’igihugu mu kivandimwe. Nyamara ikibabaje ni uko iryo curaburindi tutararivamo tukaba dukomeje gucira imanza amateka, bigaragazwa no gusebanya kwa hato na hato no guharabika abandi nta mpamvu bihereye ku ngengabitekerezo yegekwa ku bantu bamwe by’akarengane gusa.

 

Ubwumvikane buke iyo bufite intandaro mu mateka, nsanga ntawundi muti wo kubukiza uretse ibiganiro bitaziguye ku banyarwanda b’ingeri zose nta wuhejwe. Uwo muti wajyaga kuboneka, iyaba ubutegetsi muhagarariye butariyemeje kuvanaho inzira zose z’ubwisanzure n’ibiganiro bitaziguye kubo bireba bose. Iryo kosa ryo kutemerera abantu kuganira mu bwisanzure rikaba ryari rikwiriye gukosorwa mu maguru mashya niba icyo tugamije koko ari ukubaka u Rwanda., hato hatagira n’abashobora gukeka ko kwanga ibiganiro bisobanura ko haba hari ikintu kibi gikomeye cyakozwe n’ubutegetsi bwanyu, icyo kikaba kigomba guhishwa byanze bikunze.

 

 

 

1. Imyaka 50 y’ibaruwa y’igisibo ya Musenyeri Perraudin.

 

 

Nyakubahwa Prezida wa Repubulika,

 

Mu gihe cyo kwibuka ku nshuro ya 13 Genoside yakorewe abatutsi, hakaba hari ku itariki ya 7 Mata 2007 i Murambi, mwavuze Diskuru irimo amarangamutima menshi, ariko ikubiyemo byinshi mubyo mwemera mwashakaga kugeza ku banyarwanda, kandi mutangaza ko ari ukuri kwanyu. Mubyo mwagarutseho cyane harimo ibyo abantu babacitse bamaze gukora Genoside, murushaho gutsindagira ko mwajyaga kubamariramo umujinya wanyu wose. Hagati aho hari jambo mwagarutseho mukwicuza kuba mutarabonye uburyo n’igihe kugirango ibyo mubishobore, muza noneho no kwicuza kuba Nyakwigendera Musenyeri Andereya  Perraudin nawe yaba yarabacitse muri abo.

 

Aha ababasha gukurikira mu buryo budushobokeye ibyagiye biranga amateka y’igihugu cyacu, ntitwabuze gutangara, hanyuma dutekereza ko abagira Prezida wa Repubulika inama harimo abashobora kuba bamushuka, bigatuma avuga rimwe na rimwe ibibazo batajyanye n’amateka y’u Rwanda uko biteye nyabyo. Ninayo mpamvu nabisabiraga ngo nimubona agahe imirimo myinshi mufite ibakundiye, muzongere munyuze amaso mu ibaruwa y’igisibo Musenyeri Perraudin yandikiye abakirisitu gatolika tariki ya 11 Gashyantare 1959, hanyuma mugerageze gusubiza uriya Musenyeri witabye Imana icyubahiro, kuko ibyo yakoreye u Rwanda ni byinshi ku buryo kumushyira mu rwego rw’abanzi barwo bitaba bikwiye.

 

Ikindi gitangaje kurushaho, ni uko nyuma y’imyaka 50 yanditse iriya baruwa, bigaragara ko ibyo ubutumwa yatanze n’ubu mu gihe turimo bigifite agaciro, cyane cyane ko iby’akarengane bigirirwa rubanda byongeye kurushaho gukaza umurego. Mu gihe nizeye ko muzakorana ubushishozi mukongera gusubira mu butumwa bwa Musenyeri bwo mu 1959, mbaye mbasubiriye mu ngingo z’ingenzi zari zibugize, kugirango namwe mwirebere ko ababagira inama haraho bagiye babashuka, nta kabuza bagamije kubaroha cyangwa babakeneyeho inyungu. Musenyeri Perraudin rero aragaruka kuri ibi bikurikira:

 

-         Urukundo rwa kivandimwe nirwo ruri hejuru ya byose, nk’uko Paulo mutagatifu yabibwiye Abanyakolosi. Nta kindi gishobora kubyara ishya n’ihirwe mu Rwanda rwacu dukunda, mu miryango irugize kimwe no kuri buri wese mubarutuye,  uretse gushyira mu bikorwa muri rusange kandi ku neza uwo mugenzo mwiza. Imana ubwayo ni urukundo. Ikintu cyose cyakorwa kitari ku bw’urukundo rwa kivandimwe, icyo ntikiba giturutse ku Mana. Nta rukundo rwa kivandimwe ruriho, kwiyita umukirisitu byaba binyuranyije n’ukuri, kabone n’iyo waba warabatijwe. Nta na rimwe haba mu miryango isanzwe cyangwa se iyagutse wakwirahira ngo uvuge ko harimo umutekano, ituze n’ubutabera, mu gihe cyose urukundo rwa kivandimwe rubuze.

 

-         Nitwemere turebe mbere na mbere ko mu Rwanda koko harimo amoko anyuranye y’abantu kandi afite imisusire yigaragaza, n’ubwo bwose hariho imiryango inyuranye yagiye yivanga ku bw’ishyingirana. Ubunyurane bw’amoko, ni ikintu rwose mu bisanzwe, kandi ntacyo twabikoraho ngo bihinduke ukundi. Byose byabaye kubw’umurage w’amateka, kandi ayo mateka nta ruhare twashoboraga kuyagiraho. Nitwiyakire rero uko turi mu runyurane rw’amoko yacu, ahubwo tugerageze kumvikana no gukundana kivandimwe mu gihugu dusangiye.

 

-          Amoko yose aho ava akagera akwiye icyubahiro ku buryo bumwe kandi yose Imana iyakunda kimwe. Buri bwoko bwose bw’abantu bigira imico bwihariye kimwe n’amafuti aburanga. N’agatsinda nta muntu wigeze usaba kuvukira mu gice iki n’iki. Ni kimenyetso rwose cy’akarengane kandi binyuranyije n’urukundo rwa kivandimwe guhohotera undi umuziza ubwoko akomokamo. Nta kindi gisubizo ku by’amoko uretse ko abantu baturuka mu moko anyuranye bagomba kubana mu bwumvikane no mu busabane, cyane cyane iyo amateka yashatse ko babaho baturanye ku mirenge yabo.

 

-         Abakirisitu bose, ubwoko baba bakomokamo ubwo aribwo bwose, bo isano ibahuza irenze no kuba abavandimwe ubwabyo. Ntabwo bishoboka ko Kiliziya yagenda ihindagurika bikurikije ubwoko iherereyemo.

 

-         Mu Rwanda rwacu haragagaramo icyakora ubunyurane n’ubusumbane mu bantu bikurikije amoko bakomokamo, ku buryo ndetse ubukungu ku ruhande rumwe kimwe n’ubutegetsi bwa politiki ku rundi yewe ndetse no mu butegetsi bw’ubucamanza, byose muri rusange byibereye mu maboko y’ubwoko bumwe. Niyo mpamvu abategetsi basabwe kwiyemeza gukurikiza itegeko ry’Imana mu bijyanye n’ubutabera ndetse n’urukundo rwa kivandimwe. Iryo tegeko risaba ko inzego zose z’igihugu zigomba kuba mu maboko y’abatuye igihugu bose kandi ibice byose bigaragara mu baturage bigahagararirwa mu burengazira bushobotse, ikindi kandi uburenganzira bw’ibanze kimwe n’amahirwe yo gutera imbere no kugira umwanya mu butegetsi akaba amwe kuri bose. Inzego zose byagaragara ko zishingiye ku kwikanyiza no gutonesha bamwe, yewe se no kwironda kw’abantu ku giti cyabo cyangwa bakomoka mu bwoko bumwe, izo nzego ziba zinyuranyije n’amahame agenga umuco wa gikirisitu.

 

-         Amahame agenga umuco wa gikirisitu asaba ko imyanya y’imirimo ihabwa abantu hakurikijwe ubushobozi n’ubunyangamugayo, kurusha ko baba baturuka mu muryango uyu n’uyu nk’abawuhagarariye. Binyuranye rwose n’ubutabera n’urukundo rwa kivandimwe mu mibanire, ko umuntu yahabwa umwanya mu buyobozi bitewe n’uko akomoka mu bwoko ubu n’ubu,  bitewe se nabwo n’umutungo afite, cyangwa ubucuti bwihariye afitanye na nyanaka, hadakurikijwe mbere ya byose ubushobozi n’imigenzo myiza imuranga.

 

-         Amahame agenga umuco wa gikirisitu asaba ubutegetsi kuba koko ubukorera rubanda rwose, ntibube ubwo kwita gusa ku bwoko ubu n’ubu.

 

-         Kiliziya ntiyemera uguhangana kw’abantu mu bice barimo hakurikijwe ubusumbane mu butunzi, ariko yemera ko abantu bahuriye mu gice iki n’iki barwanira inyungu zabo bafiteho uburenganzira, bakirwanaho bifashishije uburyo bushyize mu gaciro, nk’urugero bibumbira mu mashyirahamwe.

 

-         Inzangano, agasuzuguro, amacakubiri, ugucagagurana, ikinyoma no gusebanya, ibyo byose ni uburyo butindi bwo kwirwanaho.

 

-         Abagatolika, cyane cyane abari mu nzego z’ubuyobozi cyangwa abayoboye amashyirahamwe agamije imibereho myiza, bose basabwe gushaka uko bahura, maze bagatekerereza hamwe ku bibazo biri mu gihugu ubu bagamije kubishakira ibisubizo biboneye kuri bose kandi bijyanye n’amahame ya Kiliziya agena imibanire n’imibereho myiza.

 

-         Amategeko ntacyo amaze igihe cyose atarangwamo umuco wa kimuntu. Amategeko, inzego z’ubutegetsi, gahunda zivugurura imibereho cyangwa iza politiki, ntabwo zishobora kugira umusaruro wifuzwa, mu gihe cyose ibyo abantu bakora bidashingiye ku ivugururamuco kimwe no kurushaho kugendera ku migenzo myiza ya kimuntu.

 

-         Nta mutekano mu mibanire y’abantu ushobora kuboneka ngo urambe, nta terambere mu muco wo kwibeshaho neza rishoboka, mu gihe ridashingiye ku cyubahiro gikomeye kandi kivuye ku mutima kigomba guhabwa amategeko y’Imana. ( Hifashishishijwe igitabo “Un évêque au Rwanda”, paji 185-187)

 

Nyuma yo kurebera hamwe ingingo z’ingenzi zari zigize ubutumwa bw’igisibo, nta kimenyetso na kimwe cy’urwango umuntu usesengura yabona muri ubwo butumwa. Ibi bikaba ari kimenyetso gishobora kugaragariza Nyakubahwa Prezida wa Repubulika, ko akwiye kubaza abamugira inama aho babona Musenyiri Perraudin yaba yarabibye urwango mu banyarwanda, ku buryo yagombaga kuba mu bambere bagombaga kurangirizwamo umujinya!

 

Nicyo gituma nshaka guha nyakubahwa Prezida ibirari, bishobora kuba byakurikirwa mu kugaragaza intandaro y’urwango rw’abanyarwanda. Inkomoko y’urwango ibashije kumenyekana, kandi hariho koko ubushake bwo kuyirandura, nta mpamvu n’imwe yaba icyitwajwe yo kuziza abantu bamwe ibitekerezo, cyangwa se ingengabitegerezo bimaze kokama igihugu cyacu, bikaba  ari imwe mu ntandaro y’akarengane gakomeje kugwirira rubanda.

 

Kimwe mu bintu bikomeye byabaye intandaro y’urwango rukomeje guteza abanyarwanda ibibazo byinshi no gukomeza kuba mu karengane kadashira, ndareba ngasanga harabaye ugusobanikirwa nabi n’ubutumwa bwa Musenyeri Perraudin bw’igisibo cya 1959, bishobora kuba byarakorewe ubushake n’abantu bamwe batifuzaga kunyagwa inyungu zabo bavanaga ku butegetsi bwariho mu Rwanda kuri icyo gihe.

 

 

2.    Ni kuki ubutumwa bw’urukundo bwaje guhindukamo inzangano zidashira mu banyarwanda?

 

Ku itariki ya 25 Nyakanga 1959, Umwami Mutara III Rudahigwa nibwo yatanze, ibyo bikurikirwa n’ugutangaza ko Kigeri V Ndahindurwa ariwe urazwe ingoma. Ibyo byabaye nyuma y’uko mu minsi ibanziriza itanga ry’Umwami, Rudahigwa ubwe yari yarashinze Padiri Kagame gutegura Jean baptiste Ndahindurwa no kumutoza amabanga y’ingoma.

 

Itangazwa ry’umusimbura w’umwami ryabaye igihe cy’ishyingura rya gikirisitu, nk’uko Padri Kagame yari yabisabye abayobozi b’ababirigi, kuko umwami atari gushyingurwa ku buryo bw’umuco karande kandi yari umukirisitu, akaba yari yarenemereye imbere ya rubanda ku  u Rwanda yarweguriye Kristu umwami ubwe.

 

Ibyakurikiye, umwami mushya Kigeri V Ndahindurwa yaje kurahirira ko yiyemeje kuba umwami utagendera ku muco karande, ahubwo ko yari yiyemeje kuba umwami uganje gusa, kandi ko ubwami bwe bwagombaga kugendera ku itegeko nshinga no kuri demokarasi. Ubwo buryo bw’imiyoborere bwari bwarashimwe na bose, kandi n’abarwanashyaka bashakaga ko ibintu bihinduka mu miyoberere y’igihugu bari barabyemeye.

 

Nyuma y’aho Umwami Kigeri atangiriye imirimo yo kuyobora u Rwanda, haje kuboneka abantu badasanzwe bakomeye ku muco karande bitewe n’inyungu wabageneraga. Abo nibo babonye bwa mbere mu butumwa bw’igisibo bwa Musenyeri Perraudin ikimenyetso cyo kubakura amata mu munwa.

 

Uwashaka gusobanukirwa n’inkomoko y’inzangano mu banyarwanda, ni aho yakagombye gushakira aho gushinja Musenyeri Perraudin ko ariwe nkomoko y’amacakubiri mu Rwanda. Icyo kinyoma cyambaye ubusa ko Musenyeri Perraudin ari umwanzi w’ u Rwanda  nicyo cyakomeje nyamara gukwirakwizwa, bigera n’aho abanyarwanda bamwe babonamo Kiliziya gatolika umwanzi w’u Rwanda.

 

Ntabwo abantu bashobora kubakira ku kinyoma ngo ubutabera bushobore kugera kuri bose. Iyo usesenguye itangazo ryakorewe i Nyanza nyuma gato y’uko umwami Kigeri yimye ingoma, rigakwirakwizwa n’abantu bari barangajwe imbere gusa n’uwango, abo bagateza akaduruvayo igihugu cyose kugeza n’aho bikongeje Revolusiyo ya 1959, niho usanga hakagombye kuba ubushishozi mbere yo kwegeka amakosa y’ibyabye byose mu Rwanda ku bandi.

 

Dore mbese dufashe ingingo zimwe na zimwe ziranga itangazo rutwitsi ryakongeje igihugu cyose urwangano, aho naho twahahera tureba uko ibibazo byagiye bigwirira u Rwanda mu gihe cyose cyakurikiye bifite inkomoko:

 

-         ITANGAZO RY’ABANYARWANDA B’UKURI

 

-         Bana b’ u Rwanda murasangwe: Dore abanzi b’u Rwanda n’ubwami bw’u Rwanda na Karinga:

 

-         1.Bwanakweri Prosper, Chef de Rusenyi, Mwene Nturo; 2.Razaro Ndazaro, commis w’ I Kigali; 3.Muhikira Alois, commis w’I Kigali, mwene Rupari; 4.Kamuzinzi Godifridi, Igisambo kizerera, mwene Rusagara; 5.Kinyebuye Leopold, Assistant medical, mwene Serufuri; 6.Murangwa, commis w’I Kigali; 7. Ntoranyi, S/Chef w’I Kigari; 8.Makuza, Commis w’I Kigali 9.Kayibanda, w’I Kabgayi mu gikari cya Musenyeri Perraudin; 10.Seruvumba; Umutware wabo ni Musenyeri Perraudin w’ I Kabgayi.(…)

 

-         Banyarwanda, nimuze dufatanyirize hamwe, aba banzi b’u Rwanda tubahigire hasi no hejuru hamwe n’urubyaro rwabo izo mbuto mbi tuzimare mu Rwanda. Karabaye rero banyarwanda, murasangwe twice izo nzoka mbi z’inyangarwanda.(…)

 

-         Aba Bantu baremeye inama i Kabgayi yo guca kalinga mu Rwanda, umuyobozi wabo yari Perraudin. Kandi iyo nama yarimo n’abazungu ba leta bo kuyikomeza no kuyubahiriza. Abo banyarwanda rero murumva neza banyarwanda b’ukuri ko abo ari ibyitso byo gushaka kuduheza mu buja bw’abanyamahanga, nimuze banyarwanda bakunda igihugu izo nyangarwanda tuziheze mu buja arizo n’urubyaro rwazo(…)(hifashishije igitabo” Un évêque au Rwanda”, paji 222-223)

 

Iyo usesenguye ibikubiye mu nyandiko rutwitsi nk’iyo kandi yashyizwe mu bikorwa igateza imyivumbagatanyo ya 1959, mu bigaragara kandi hakabamo gusa gukwiza ikinyoma no guharabika mu rwego rwo guharanira inyungu bwite, niho umuntu yumviraho ko hakwiye ubwitonzi mu gucira imanza abandi. Birakwiye ko habaho mbere na mbere kureba nyirabayazana nyawe w’amahano yagwiriye igihugu bikageza no mu bihe byakurikiye.

Iyo usomye ibaruwa ya Musenyeri Perraudin y’igisibo cya 1959, ukareba n’urwango n’ikinyoma by’abaharanira inyungu bwite byayikurikiye, niho ubonera ko bikwiye ko abantu bose bagirirwa akarengane bigendeye ku bushinjabinyoma cyangwa ku gusobanura nabi amateka bikwiye guhinduka, kugirango umutekano n’amahoro bisesuye bigaruke mu gihugu.

 

3.    Inzangano, akarengane n’kinyoma bikomeje guhabwa intebe mu Rwanda.

 

Nyakubahwa Prezida wa Repubulika,

 

Nanditse nishingikirije ku ngero ebyiri zivuguruzanya, imwe ikwiza urukundo rwa kivandimwe mu bantu, indi ikabiba urwango ihereye kuri yayindi ya mbere, maze byajya kuzamba urwango akaba arirwo rwambuka amateka rugehereza ubuvivi n’ubuvivure, naho urukundo rukibagirana.

 

Birakwiye ko dusubiza  amateka yacu agaciro, ibyiza byabayeho bikareberwa hamwe, bikagenderwaho, hanyuma kandi ntibikabeho ko imbuto y’urwango yaba ariyo yambuka amateka ikagumya gutwikira urukundo.

 

Dore ibiragaragaza ko akarengane kanga kakimakazwa mu gihugu hose kandi bigendeye ahanini ku nzangano, amabwire, ikinyoma n’izindi mbuto zose z’ikibi: Abantu baracyarigiswa, bakicwa bazira ubusa, kandi ababishe ikinyoma kikabitwikira, ku buryo umuco ugiye kwimakazwa mu bantu ari uyu nguyu ko kwica abantu bamwe nta cyaha kigomba kubamo. Urugero mu zikomeye rw’iyimakazwa ry’urwango n’ikinyoma mu bijyanye n’urubanza rw’abishe abasenyeri ba Kiliziya gatolika i Gakurazo mu 1994, bikaba bimaze kugaragara ko guhohotera abantu bamwe byaba ari uburenganzira ndetse bigahabwa igihembo.

 

Dore imiryango myinshi yo mu Rwanda ubu irarira ayo kwarika, abantu bararigiswa cyangwa bakicwa, hakaba n’abadafite uburenganzira bwo gusaba anketi zizira kubogama  zasubiza agaciro ababo babuze. Ibihumbi n’ibihumbi by’abiciwe cyangwa barigisirizwa ababo, abo bose bafite inyota igiye kubanangura yo kubona nabo ubutabera bubageraho.

 

Umuco wo kwikiza uwo mutavuga rumwe uranga ugahabwa intebe mu Rwanda. Ibitekerezo biranizwe, uburenganzira bw’ibanze bwa muntu ntibwubahirizwa kuri benshi. Umutu aragira icyo atangaza cyatanga umuganda wo kubaka igihugu umunwa bakawufunga bamwumvisha ko igitekerezo kimwe aricyo kigenga bose ibindi byose bikaba ingengabitekerezo ya genocide.

 

Inzira zo gukemura ibibazo ntizubahirizwa, umuti umwe wa byose wahindutse urugomo n’intambara, nta wundi muntu ushobora gutanga umuti, ubibonye ukundi ahita ahindurwa interahamwe n’umujenosideri.

 

U Rwanda mu ruhando rw’akarere ruhindutse intandaro y’amacakubiri n’intambara z’urudaca, ibyo bikava mu bitekerezo by’abantu bamwe gusa, nta wundi ufite gutanga inzira abona ikwiye, byose ntibishiboka kuko Demokarasi inizwe.

 

Umuntu arafungwa arengana akamara imyaka cumi n’itanu muri gereza, yarekurwa nabwo ntagire umutekano hanze, byaba ngombwa akongera agasubizwamo, ibyo nta kubaza impamvu kuko ntawe ugifite uburenganzira bwo kubaza.

 

Imfungwa za politiki mu magereza zifatwa ku buryo butajyanye n’iyubahirizwa ry’ ikiremwamuntu, zikicishwa inzara kandi zikicwa urubozo, ibyo byose ntawe ufite uburenganzira bwo kubaza cyangwa gutanga undi muti.

 

Ku banyamakosa bamwe mu gihugu hakurikijwe igice bakomokamo cyangwa amoko yabo, hariho igisa na amnistie, ariko ku bandi bikaba nko kwiturira muri za gereza cyangwa gukora imirimo ya Tig isigaye igaragara nk’uburetwa no gusuzuguza ikiremwamuntu ku buryo bw’intangarugero.

 

Uburenganzira ku bantu ntibungana, haba mu guhabwa imyanya, haba mu butegetsi, haba ku mahirwe yo kubona imibereho, ibyinshi bikurikiza amoko n’icyenewabo cyangwa udutsiko tw’abantu…

 

Abaturage mu byaro bariho nabi, barakennye kandi ntibabasha kurengerwa  bihagije hakiyongeraho n’akarengane gasanzwe mu guhabwa amahirwe atagiye angana ku baturagihugu muri rusange…

 

Ibyo bibazo n’ibindi byose umuntu atarondora, ni ikimenyetso ko igihugu gikomeje kuzahara, kandi intandaro ya byinshi ni akarengane gashingiye ku nzangano zidashira kimwe no kujyana iibibazo byinshi mu buryo bw’ikinyoma.

 

 

Umwanzuro: Nimuvaneho ingoyi zose z’akarengane ziboshye rubanda(Izayi 58, 1-9)

 

Nyakubahwa Prezida wa repubulika,

 

Ndagirango nanzure mbabwira nti: „nimubohore ingoyi zose z’akarengane ziboshye rubanda.“ Ikinteye kuvuga ayo magambo, ni ubushake mfite bwo kubibutsa ko mwahawe kuyobora igihugu cyatuweho Imana ituro n’umwami w’u Rwanda warukundaga. Umwami Rudahigwa ajya kurwegurira Kristu umwami, ni uko yari afite inyota yo kuzabona u Rwanda ruhindutse igihugu cy’ubutabera n’urukundo rwa kivandimwe.

 

Nihaterwe intambwe yo kuvana mu mateka ibibi byose bishingiye ku kinyoma no kurenganya abandi bitewe no guharanira inyungu z’udutsiko tw’abantu bamwe. Birakwiye ko u Rwanda  ruca burundu umuco wo kubeshya no guharabikana uheza abantu bamwe bihome no mu kangaratete, mu gihe abandi bashobora kwihindura indakoreka. Niyo mpamvu aya magambo ava mu kanwa k’umuhanuzi muri iki gihe yagombye kuzirikanwaho by’umwihariko. Ayo magambo ni aya:

 

„Tera hejuru wihanukiriye, vuga utitangiriye. Rangurura ijwi ryawe nk’uvuza ihembe, maze uhishurire umuryango wanjye ukwivumbura kwawo, n’umuryango wa Yakobo uwumenyeshe ibyaha byawo. Nyamara nijye bamwe bashakashaka umunsi ku wundi hanyuma bakavuga ko kumenya inzira zanjye aribyo bibanezeza, mbese nk’igihugu cyakurikizaga ubutabera kandi kitari cyaritaje amategeko y’ Imana yabo, bikabatera kunsaba guca imanza zitabera, kuza basanga Imana yabo bikabatera ibinezaneza.

 

Nuko bakabaza ngo ni kuki twagiye twiyiriza ntubibone, maze twakwitabaza ntubyiteho?

 

Niko bimeze, mwagiye mugira umunezero no ku munsi mwabaga mwiyemeje kwiyiriza, igihe cyose mwakoreshaga imirimo y’agahato abantu mwiyemeje guhaka. Niko bimeze, muriyiriza kugirango mucure amatiku cyangwa intambara, kugirango mubashe  gutera neza ibipfunsi byuzuye ubugome. None se ntimwiyemeje gukomeza kwiyiriza nk’uku mushaka ko ijwi ryanyu ryumvikanira hejuru? None se ni uko kwiyiriza nahisemo kugomba kugenda, nk’igihe umuntu ubwange nikuriye ku itaka yiyemeza kwibabaza? Kugirango yubike umutwe nk’ikibingo, hanyuma ubundi ngo asase ibigunira asuke n’ivu ku buriri bwe? Ni icyo ubwawe wita kwiyiriza, uwo ukaba umunsi uneje Uhoraho Imana?

 

Ntabwo se ahubwo ari uku kwiyiriza nahisemo ariko: Kuzitura imirunga y’ubugome, guhambura imigozi y’ingoyi y’agahotoro, kurekura abo base bahonyowe, ikindi kandi mukavunagura ibyo biti bifatishije ingoyi? None se si  ugusangira umugati wawe n’umushonji, kandi ukinjiza mu rugo rwawe abashavuye bose batakigira inturo? Ikindi se, si uko nubona umuntu wambaye ubusa uzamutwikira, ubundi ukirinda kumwirengagiza wirebera umubiri wawe wonyine gusa?

 

Ngicyo rero ikizatuma urumuri rwawe rutangaza nk’umuseke weya, hanyuma koroherwa kwawe nako kukihuta. Niko bimeze, imbere zawe hazajyenda ubutabera bwawe, hanyuma ikuzo ry’uhoraho rukubere umurinzi w’umutekano ukugenda inyuma. Icyo gihe rero nibwo uzabasha kwambaza, hanyuma Imana ubwayo ikagusubiza, n’igihe uzayihamagara ngo igutabare, izakubwira iti: “Karame, ndi hano!””

 

 

Théophile Murengerantwari

Siegen, kuwa 1 Werurwe 2009.

 

*  *  *

 

- Complément:  Les dix vérités, Pétition de l’Abbé J.B. Gahamanyi, Une phrase raciste?, Lettre confidentielle de l’Abbé A. Kagame, Visite du Roi J.B. Ndahindurwa Kigeri V à Kabgayi, Lettre de Kigeri V à Harroy, Carême 2009, une occasion d’autocrtique pour l’Eglise du Rwanda, Assumer les résponsabilités collectives, La voie de la réconciliation, par Laurien Ntezimana, Laurien Ntezimana, Consécration du Rwanda au Christ Roi, Déclaration des vicaires apostoliques, Parole aux détracteurs, Génocide 15 après, Génocide 15 après – Analyse, V. Linguyeneza: Vérité, Justice, Charité, L’ Eglise a raison d’exiger plus de justice, Jean Ndorimana face à l’équilibre ethnique, F. Rudakemwa à propos des thèses de Ndorimana, Ainsi écrivaient Bigirumwami et Perraudin conjointement, Th. Nahimana face aux thèses de Ndorimana , Mgr Perraudin: Conclusions I  , Mgr Perraudin: Conclusions II, Mgr Perraudin: Conclusions (fin)

4 Commentaires

  1. Murengerantwari

    7 mai, 2009 à 14:01

    Les dix vérités sur Monseigneur Perraudin aux temps de la Révolution rwandaise.

    1. Monseigneur Perraudin avait-il la haine contre les Tutsis?

    Non, Monseigneur Perraudin ne pouvait pas haïr le Tutsi, car il avait un amour de prédilection pour le peuple rwandais en entier. Or la haine et l’amour ne peuvent jamais cohabiter en une seule personne. Donc, Perraudin ne pouvait pas haïr qui que ce soit.

    2. Monseigneur Perraudin a- t- il aimé les hutus?

    Oui, Monseigneur Perraudin aimait les hutus, puisqu’il n’était pas en mesure de haïr le peuple rwandais.

    3. Les hutus aimaient-ils Monseigneur Perraudin?

    Naturellement, comme les brebis envers le bon berger. Ils reconnaissaient sa voix et il connaissait leur misère.

    4. Les Tutsis aimaient-ils Monseigneur Perraudin?

    Naturellement, comme les brebis envers le bon berger. Ils reconaissaient sa voix et il voulait les faire paître dans de bons paturages.

    5. Y avait-il des brebis perdues parmi les hutus et les Tutsis?

    Oui, il y avait des brebis perdues de par et d’autre. Le soucis de l’archévêque a été de pouvoir ramener tout le monde sur le droit chemin.

    6. Y avait-il des loups dans la bergerie?

    Oui, le pouvoir aux traditions néfastes, monopolisé par certains Tutsi radicaux menaceait ouvertement la bergerie et voulait des hutus et des tutsis de service à prendre en otage.

    7. Pouvait-il Monseigneur Perraudin laisser faire et condamner le troupeau?

    Il n’avait de choix, il devait défendre le troupeaux contre les loups.

    8. Les loups ont-ils forcé l’enclos pour attaquer de face les brebis?

    Oui, de fait, les loups ont bien attaqué en vue de disperser le troupeau en semant en lui la zizanie, ce qui a provoqué la révolte et les affrontements entre les brebis eux mêmes d’une part, et puis la défense contre les loups d’autre part.

    9. Contre la zizanie semée et le desordre occasionné, Monseigneur Perraudin avait-il les moyens de limiter les dégats?

    Les seuls moyens dont il disposait, ce sont ses efforts d’essayer de ramenr les loups à la raison. Il a fallu dispenser les bons conseils aux brebis et puis les ranseigner sur les mesures à adopter pour faire face aux tactiques idéologiques et diaboliques des loups.

    10. Monseignur Perraudin devait-il refuser la collaboration de l’autorité coloniale pour le rétablissement de l’ordre et l’adoption des mesures d’arrêter les violences semées par les loups?

    Non, il n’avait aucune raison de refuser l’intervention providentielle qu’offrait le pouvoir colonial pour rétablir de l’ordre dans la bergerie.

    Théophile.

    ps. L’autre source(Murebwayire)http://www.histoire delafrique. fr/revolution_ de_1959.html

    Répondre

  2. NGAH- NISOMERE

    1 août, 2010 à 22:21

    Je suis refugie rwandais et j’ai vu toutes les atrocites que l’armee de l’APR a inflige mes compastriotes avec lesquels nous etions au Zaire lors de son attaque. Ici dans mon petit comnmentaire, je prefere mentionner les pseudonymes plutot que des noms reels.
    J’ai presque parcouru tous les article de ce site web Murengerantwari Blog, j’ai aussi fait une comparaison avec d’autres sites des mileiux rwandais. Je suis arrive a la conclusion que malgre tout ce qui s’est passe, il encore des sages parmi les rwandais de toutes les ethnies. Dieu a donne ce pays a tous les rwandais: hutu, tutsi et twa. Personne n’a choisi d’etre ce qu’il est aujourd’hui. A cet effet, des articles que j’ai coutume de lire sur votre site internet me prouve que, meme s’il y a eu des rwandais qui se sont mal comportes, il a aussi des sages qui voient tres loin dans l’avenir. c’est nous, des hutus, des tutsis et des twas d’aujourd’hui qui devons dire nos a la haine. Non a ceux qui veulent que nos enfants vivront toutoujours dans la haine ethnique entre eux. Non, non et non car Dieu veut que le Rwanda nous appartienne tous. Que nous vivions dans l’amour du prochain, dans la liberte et dans le respect mutuel entre nous. Nous devons depasser ce qui emplifie la haine et nous approprier tout ce qui pourrait nous unir. Oui, nous pouvons vivre tous ensemble hutu, tutsi et twa sans toutefois nous heurter les uns les autres. Au Burundi ca a ete possible. Aux Etats-unies les noirs qui longtemps , ont ete assujetti et beaucoup souffert, vivent avec les blancs sans heurts.

    Répondre

  3. Theo

    2 août, 2010 à 22:48

    Merci cher frère, et puis surtout pour tes encouragements. Au demeurant, c’est ton droit le plus absolu de mentionner les pseudonymes, l’essentiel c’est le message édifiant. Porte toi bien.

    Theo

    Répondre

  4. Charly

    18 mars, 2011 à 16:38

    padiri nta gushidikanya nyagasani arumva azagira icyo abikoraho
    Ingabire C.

    Répondre

Répondre à Murengerantwari Annuler la réponse.