Amateka: Uko MDR, ishyaka rya Kayibanda ryasenywe burundu na FPR ibifashijwemo na benishyaka!

RAPPORT DE LA COMMISSION PARLEMENTAIRE SUR LES PROBLEMES DU MDR.

 

INTRODUCTION.

Dans sa séance du 18/12/2002, l’Assemblée Nationale de transition a examiné le problème relatif au parti MDR tel que l’honorable député MUKAMA Abbas l’avait apporté comme motion dans sa lettre du 18/12/2002.

L’honorable député MUKAMA Abbas avait soumis à l’ANT ses inquiétudes résultant aux divisions au sein du parti MDR. Il a expliqué à l’assemblée que ce problème vient de prendre une forme très inquiétante : on en parle dans les média et la radio ainsi qu’à la télévision rwandaise et aux télévisions étrangères. Récemment, il y a eu une conférence de presse donnée par les partisans d’une seule dissidence du MDR or ceux qui sont à la tête de ces blocs sont des ministres. Il a été constaté que dans l’histoire, les divisions au sein du MDR ont semé la confusion et l’insécurité parmi les rwandais.

L’assemblée a fait sienne la motion de l’honorable MUKAMA Abbas et a interpellé les ministres concernés par ce problème pour s’expliquer sur ce qu’ils peuvent en faire.

Comment l’assemblée nationale de transition l’a pris.

L’assemblée nationale de transition l’a saisi du problème, l’a débattu longuement et a décidé d’interpeller le premier ministre et les ministres concernés par le cas à savoir :

Le ministre ayant les partis politiques dans ses attributions

Le ministre ayant la sécurité dans ses attributions

Le ministre ayant la justice et les relations institutionnelles dans ses attributions.

Le parlement a soumis au premier ministre les questions suivantes :

Dans des réunions tenues à URUGWIRO du mai 1998 jusqu’en mars 1999 qui étaient présidées par l’ex Président de la République Pasteur Bizimungu, il a été constaté que le parti MDR a été la principale base de violation de l’unité des rwandais. A cette période, le parti MDR a accepté publiquement qu’il allait changé son idéologie et sa façon de travailler.

Dans les entretiens entre les partis politiques agrées au Rwanda et la commission chargée de préparer la constitution et la réforme des lois tenues à Hotel NOVOTEL Kigali et à Gitarama lors de cette année 2002, il a été constaté qu’il y avait des divisions au sein des partisans du MDR. Il a été constaté que ces divisions sont fondées sur l’idéologie du MDR.

La presse tant rwandais qu’étrangère publie ça et cela inquiète les rwandais sans oublier que ça cause l’insécurité dans le pays surtout que nous sommes vers la fin de la transition. Conférence national sur l’unité et la réconciliation de 2000 et celui de 2002 ont montré dans leurs conclusions que le MDR doit cesser de semer les division au sein de rwandais.

Est-ce que le gouvernement que vous dirigez, voit le poids et les conséquences de ces problèmes ?

S’il les voit, qu’a-t-il fait, qu’est-ce qu’il a fait pour stopper ces divisions surtout que certains de ceux qui sont à la tête de ces divisions seraient dans le gouvernement que vous dirigez ?

Plus particulièrement, il y a des instances de l’Etat chargées des partis politiques, de sécurité, d’information. Il y a encore des lois comme celle 47/2001 du 18/12/2001 qui punit le crime de discrimination et de division. Qu’est-ce que ces instances ou se basait sur la loi ont fait pour solutionner les problèmes que pose le parti MDR ?

En date du 24/12/2002, son excellence le premier ministre accompagnés par les ministres ayant dans leurs attributions les partis politique et l’information, la justice et les relations institutionnelles et la sécurité intérieure ; ont donné des explications verbale à l’assemblée nationale de transition.

L’assemblée nationale de transition de ces explications et a mis en place une commission extraordinaire de contrôle. Elle l’a fait conformément à la loi organique 3 bis du 14/04/1997 déterminant la façon dont l’assemblée nationale de transition fait le contrôle de l’action gouvernementale telle quelle a été modifiée et completée jusqu’ici.

Dans son assemblée générale du 27 décembre 2002, l’assemblée nationale de transition a mis en place une commission extraordinaire de contrôle. Avec pour mandat de connaitre mieux le problème qui est au sein du MDR, sa nature et de ce que le gouvernement a fait pour le résoudre, lui donner le rapport comprennant le projet des solutions à prendre. Cette commission est composée des honorables députés suivants :

Député MUKAMA Abbas (Président de la commission)

Député MITALI Kabanda Protais (vice Président de la commission)

Député SUMAYIRE Antoine

Député MUJAWAMARIYA Antoinette

Député RANGIRA Adrien

Député Dr. RUTIJANWA Médard

Député RUDAHUSHA Jean Bosco

Dans sa lettre 975/P/DGTP/PM/2002 du 30/12/2002, le Président de l’assemblée nationale de transition a donné à cette commission un mandat contenant les grands lignes suivantes :

Chercher les indices sérieuses montrant la part du MDR dans les divisions qui ont caractérisées l’histoire du Rwanda.

Chercher les informations nécessaires sur les divisions du parti MDR, leurs origines et les réalisations de différentes instances pour les stopper.

Rechercher les conséquences que les divisions au sein du MDR ont ou pourront avoir dans les divisions des rwandais.

Examiner si les divisions au sein du MDR pourraient avoir une incidence sur la sécurité nationale.

Examiner si les instances de l’Etat (le bureau du premier ministre, les ministères ayant dans leurs attributions les partis politiques, l’information, la justice, la sécurité et d’autres instances que la commission jugerait nécessaire) concernés par les problèmes du MDR ;

Soumettre à l’assemblée nationale de transition le rapport contenant le projet de décision à prendre sur ce problème.

 

STRATEGIE DE LA COMMISSION.

Pour mener à bonne fin sa mission, la commission de contrôle sur le problème du MDR a jugé bon de collecter d’abord les écrits sur le parti MDR, les cassettes audio et les cassettes vidéo, les correspondances entre les différentes autorités des instances de l’Etat et les autorités du MDR aussi, entre les différentes autorités des dissidents du MDR telles quelles se sont succédée à la direction du parti.

La commission a organisé aussi les entretiens avec les différentes personnes de cette manière : Les dirigeants de 2 blocs du MDR ; Certains partisans du MDR ; Les instances qui ont suivi les problèmes du MDR : Présidence de la République Services du premier ministre Le ministère de l’administration locale, affaire sociale et l’information ; Le ministère de la sécurité intérieure ; Le ministère de la justice et des relations institutionnelle ; La police nationale ; Les services de sécurité ; La commission nationale d’unité et de réconciliation ; Le forum des partis politiques agréés au Rwanda. Les différentes personnes que la commission a jugé nécessaire :

Certaines personnes qui ont suivi de près le problème du MDR Les experts et les chercheurs Les différents sages La commission a jugé opportun de connaitre ce qu’on a dit du cas MDR dans les différentes

provinces du pays. C’est dans ce cadre qu’on a visité les provinces suivantes : Gitarama, Kibuye, Butare, Gikongoro, Cyangugu, Gisenyi et Ruhengeri. Dans ces provinces, la commission a rencontré les sages dont parmi eux les vieux partisans du MDR PARMEHUTU, les partisans du MDR actuel et les conseils de sécurité des provinces.

La commission s’est entretenue avec une commission des professeurs de l’université nationale

du Rwanda à Butare. Concernant les mandant proprement dit de controle l’action du gouvernement sur ce problème du MD, aussi après s’être entretenu avec les différentes personnes des différentes institutions citées ci-haut, la commission s’est entretenue avec les membres du gouvernement suivant :

Mr Makuza Bernard : premier ministre

Mr Bazivamo Christophe : ministre de l’administration locale, des affaires sociales et de l’information Mr Ntiruhungwa Jean de Dieu : ministre de la sécurité intérieure Mr Mucyo Jean de Dieu : ministre de la justice et des relations institutionnelles. Après ce qui a été dit dans les paragraphes précédentes, la commission a reccueilli les idées

dans les lignes suivantes : L’historique du parti MDR PARMEHUTU L’idéologie du MDR et sa rénovation La gènèse des luttes et des divisions au sein du MDR Les conséquences de ces divisions et luttes sur l’unité et la réconciliation et la sécurité Les réalisations des médiateurs de l’Etat La part des personnes en particulier dans les problèmes du MDR Les conclusions données par différentes personnes sur ces problèmes Les conclusions générales.

LA NATURE REELLE DES PROBLEMES QUI SONT DANS LE PARTI.

III.1 L’HISTOIRE DU PARTI MDR ET SA PART DANS LES DIVISIONS QUI ONT CARACTERISE L’HISTOIRE DU RWANDA

III.1.1 GENESE

L’histoire nous montre que le parti MDR vient du parti MDR PARMEHUTU, qui, lui aussi vient du MOUVEMENT SOCIAL HUTU, association fondée par Grégoire Kayibanda en juillet 1957. On voit que cette association a une relation avec une note écrite par certains hutu qui ont fréquenté les petits séminaires et dans les écoles des moniteur. Cette note s’intitule « Note sur l »aspect sociale racial indigène au Rwanda » communément appelée « MANIFESTE DES BAHUTUS ». Cette notre montre ce qu’ils ont appelé l’injustice des tutsi sur les hutu.

L’histoire nous montre que à cette époque, les hutu qui avaient fréquenté les écoles des petits séminaires et des moniteurs avaient commencé de s’être approchés des dirigeants de l’Eglise et des blancs tellement qu’on trouve dans la naissance du MDR PARMEHUTU, les mouvements d’action catholique comme : « Légion de Marie » ainsi que des associations telles que « MONITEURS » ainsi que TRAFIPRO. Les idées de base du PARMEHUTU se trouvent encore dans la lettre apostolique que Mgr Perraudin a écrit à ses chrétiens du Vicariat de Kabgayi du 11/11/1959 intitulé « SUPER OMNIA CARITAS » qui soutenait les idées contenues dans « le manifeste des bahutu » sur l’idéologie de la cohabitation entre les 2 ethnies hutu et tutsi.

Le parti PARMEHUTU a été fondée par Mr Grégoire Kayibanda le 9/10/1959 à Gitarama. Au départ il portait le nom de PARMEHUTU. En fondant ce parti, il était rédacteur en chef du journal Kinyamateka qui, étant le 1er journal a fait la propagande de ce parti. En Mai 1960, on a ajouté sur PARMEHUTU le MDR et devient alors MDR PARMEHUTU.

Le MDR PARMEHUTU a été créé avec l’objectif de discrimination ethnique pour arriver très rapidement au pouvoir, leur pion était l’ethnie hutu, le MDR PARMEHUTU confondait volontairement le bas peuple (Rubanda Rugufi) avec le peuple majoritaire.

III.1.2 LE SYSTEME DE TRAVAIL ET LES ACTIONS DE PARMEHUTU-MDR PARMEHUTU 1959-1973.

En Novembre 1959, le MDR a commencé ses actions de verser le sang dans ce qu’il a appelé la Révolution de 1959. La cause aurait été que le sous chef de Ndiza Mbonyumutwa Dominique aurait été frappé par 4 jeunes gens tutsi. Depuis lors l’incendie a couvert tout le pays et le sang inestimable des tutsi a été versé. Cest PARMEHUTU qui avait le flambeau de ces actions d’incendier les habitations des tutsi, de les chasser et de razzia de leurs vaches. Il a été assisté dans ces actes ignobles par l’Etat belge.

Le 13/11/1959, Grégoire Kayibanda a demandé à l’ONU de diviser le Rwanda en 2 parties (hutu land et tutsi land), ce qui ressemble à 2 parties des belges (les wallons et les flamands) de même presque semblable aux parties suisses, ce qui montre que ce sont les colonisateurs et André Perraudin qui l’avaient conseillé.

En septembre 1960, MDR PARMEHUTU a mis en place une milice de 200 jeunes gens pour lutter contre les opposants du MDR PARMEHUTU, ceci rappelle la milice « interahamwe » du MRND. Les partisans du MDR PARMEHUTU avaient un pseudonyme d’interahamwe. Ce pseudonyme se fait entendre dans la chanson « JYAMBERE RWANDA ».

Le 28/01/1961, il y a eu ce qu’on a appelé le coup d’Etat de Gitarama qui a renversé la monarchie pour instaurer la République. Mbonyumutwa Dominique est devenu premier Président du Rwanda tandis que Kayibanda lui devient son premier ministre.

Le 13/03/1961, début des attaques d’Inyenzi suivirent par d’autres en 1963, 1967. Chaque fois, le MDR PARMEHUTU se servait de ces attaques pour alibi afin de verser le sang des tutsi de l’intérieur du pays. Les rescapés prennaient le chemin de l’exil ou encore ceux qui restaient, perdaient le droit de leurs biens.

Le 01/07/1962, le Rwanda est devenu indépendant. Après le MDR PARMEHUTU a tué certains responsables des partis politiques et a emprisonné d’autres l’exemple est Mr Gitera, Président d’APROSOMA qui a fêté l’indépendance en prison), comme ça les autres partis ont disparu, il est devenu parti état et unique. Depuis lors, il a mis une hégémonie d’une seule ethnie au pouvoir, aucun tutsi ni twa n’a eu un rôle dans les instances administratives, MDR PARMEHUTU a choisi les dirigeants dans la seule région de son président.

Dans tous temps comme nous l’avons vu, le MDR PARMEHUTU a été caractérisé par la discrimination ethnique, nous pouvons ajouter que c’est lui qui a instauré le régionalisme : la région de Gitarama donnait presque toutes les autorités du pays et si on observait attentivement, elles étaient issues de la même clique dénommée « MASANGO ». Nous pouvons l’appeler « le favoritisme familial » (irondamiryango).

Ce système de travail a créé les divisions dans le pays et au sein du MDR lui même. Le parti MDR PARMEHUTU connait des blocs antagonistes depuis longtemps à savoir :

Nzerukase (bloc de Nzeyimana, Rugira Amandin, Karinijabo et Sezirahiga)

Rumashana de Cyangugu

Mudigi de Kibungo

Nangabanshura de Gitarama.

C’est le MDR qui a débuté avec la culture de l’exclusion de ses partisans (GUTESHA UMURONGO) en 1968, on a exclu Nzeyimana, Rwasibo, Sentama, Bicamumpaka, Habamenshi, Rusingizandekwe, Mpakaniye. Cette pratique de discrimination a fatigué le régime du MDR PARMEHUTU. En 1973, il a recommencé les révoltes sociales qu’il a dirigé contre les tutsi qui n’avaient pas aucun lien avec le pouvoir, les maisons des uns ont été incendiées, on les a ravi leurs patrimoines, ils ont été chassés des écoles et aux services. Les rescapés ont reppris encore une fois le chemin de l’exil. Ceci a donné aux militaires dirigés par le Général Major Habyarimana Juvénal une occasion de faire un coup d’Etat le 05/07/1973 pour installer la 2ème République. Depuis lors, le MDR PARMEHUTU a été suspendu pour être remplacé par le MRND en 1975.

Le MDR PARMEHUTU a été arrêté de droit avec la constitution de 1978 qui a proclamé le monopartisme au Rwanda et que c’était le seul parti MRND qui est autorisé.

III.1.3. MDR EST DORMI EN VEILLANT

Comme nous venons de le voir, MDR PARMEHUTU a été arrêté le 5/07/1973 En réalité, le MDR qui l’a remplacé l’a fait au niveau de la région parce qu’il a poursuivi l’idéologie de PARMEHUTU, lui a privilégié la région du nord du pays, le pouvoir est allé au nord où il est né « AKAZU » qui a monopolisé en fait de compte le pouvoir réel, cet AKAZU se nomme celui d’ABASHIRU de KARAGO-GICIYE à Gisenyi.

Le régime Habyarimana a malmené les politiciens de la première République tuant les uns et emprisonnant les autres. Pourtant, ce régime a maintenu l’idéologie de PARMEHUTU, d’ailleurs, il est écrit dans les manifestes du MRND qu’il doit garder le bon héritage du PARMEHUTU. Vers les annnées 1980, quand le Président Habyarimana venait de consolider son pouvoir, il est resaisi et a donné des dommages et intérêts aux familles des politiciens de PARMEHUTU à qui il avait tué les leurs.

Ici nous pouvons dire que lidéologie de PARMEHUTU na jamais changé par la 2ème République dirigée par le MRND parce que cette idéologie dirigeait le pays jusquà la réadmission du MDR comme parti politique par la constitution du 10/06/1991.

III.1.4. LE MDR « RENOVE » (1991-1994)

Le 10/06/1991, il y a eu publication de la constitution admettant le multipartisme au Rwanda. Dans la course de créer les partis, il y a eu des divergeances d’opinions entre les politiciens qui voulaient relancer le parti MDR PARMEHUTU et les autres qui disaient que ça serait une erreur politique grave. A ce moment, parmi les opposants à cette rénovation, il y a ceux qui ont fondé le parti PSD. Le parti MDR rénové a été admis et publié dans le journal officiel 16 du 15/08/1991.

Dans la préambule du nouveau statut du MDR, les rénovateurs disent :

« Nous, qui avons accepté la rénovation du Mouvement Démocratique Républicain qui est le MDR PARMEHUTU Après notre constat qu’il est nécessaire d’adopter un système démocratique fondé sur le multipartisme avec pour objectif de résoudre les problèmes politiques, sociaux et économiques que connaissent le pays ; sans que nous oublions qu’à son arrestation le 05/07/1973, MDR PARMEHUTU, parti du peuple majoritaire, n’a jamais failli à ses principes de démocratie et la République à savoir : accepter qu’il y est le multipartisme, l’adhésion volontaire aux partis politiques, les élections libres dans tous les échelons, la séparation des pouvoirs ;

Nous acceptons que la lumière apportée par le MDR PARMEHUTU n’est jamais éteinte et qui s’eveille petit à petit dans les coeurs des rwandais démocrates. Nous sommes déterminés de conduire le Mouvement Démocratique Républicain (MDR) dans la voie de ses fondateurs qui ont lutté pour la démocratie et la République au Rwanda à leur tête Grégoire Kayibanda »

Quant on compare ses principes avec ceux du MDR PARMEHUTU, on constate qu’il n’y ait pas de grands différences à part la conotation PARMEHUTU qui perd et reste MDR seulement. Les signes distinctifs du parti, les principes et la structure ainsi que les chansons chantés dans les « meetings » sont du PARMEHUTU composés par le groupe ABANYURAMATWI. Ceci a fait que les hutu opposants au régime Habyarimana y soient adhérents, ce régime était fatigué, nombreux hutu étaient mécontents du régionalisme et de la dictature. Nombreux hutu ont adhéré à MDR rénové pour des raisons diverses :

Il a été créé le premier ;

Il y a ceux qui le voyait comme une revenche du parti des gens de « Nduga » sur les « Abakiga »

Il y a ceux qui le voyait comme un parti qui va leur donner les vaches pour manger les terres des tiers sans peine ;

Il y a ceux qui pensaient que l’oppression du MRND sur les tutsi n’était pas suffisant

Il y a ceux qui pensaient qu’il allait vaincre pour recouvrer une vie décente comme par le passée

Il y a ceux qui ont suivi les autres,

Après l’agrément du MDR, il a mis en place une administration collégiale parce qu’il avait échoué à se choisir un Président. On a mis en place 6 commissaires à la Présidence à savoir :

Twagiramungu Faustin (gendre de Kayibanda)

Gapyisi Emmanuel (gendre de Kayibanda, Gikongoro)

Nsengiyaremye Dismas (Gitarama)

Murego Donat (Ruhengeri)

Niyitegeka Eliezel (Kibuye)

Karamira Froduard (Gitarama)

Ça n’a pas tardé des rivalités au sein de ce collège commencent. Après Twagiramungu Faustin a été élu premier Président du MDR rénové, 1er vice Président devient Nsengiyaremye Dismas, le 2ème devient Karamira Froduard et Murego Donat devient secrétaire exécutif.

Après la venue du multipartisme, le parti MDR a dirigé le FDC (Forces Démocratiques de Changement) qui voulait le départ du Président Habyarimana (MDR, PSD, PL, PDC et PSR). Entre temps, Gapysi Emmanuel qui était Président de la commission politique au sein du MDR s’est joint aux autres responsables des partis PL, PSD, MRND comme Mbonampeka Stanislas pour former « Forum Paix et Démocratie » ayant pour but de rassembler les hutu des différents partis pour lutter avec la dernière énergie contre le FPR Inkotanyi. Le forum paix et démocratie demandait au Président Habyarimana de partager le pouvoir et d’abandonner les négociations afin d’augmenter son énergie en luttant contre les inkotanyi au front ainsi, chaque hutu devrait comprendre le pourquoi de la guerre afin que les tutsi (FPR Inkotanyi) ne lui amène dans la servitude En réalité, c’est cette pensée qui a engendré le « PAWA ».

Un peu après, le MDR a dirigé le gouvernement de transition qui n’était pas élargi composés des partis : MRND, MDR, PSD, PL et PDC. Le 1er ministre devient Dismas Nsengiyaremye. Son mandat a duré une année et les divisions éclatent dans le MDR quand ont cherché la personne qui devait le remplacer. On lui a accordé un prolongement de son mandat pour parachever les négociations de paix d’Arusha aussi le bureau politique du MDR l’avait donné pour mandat à la primature dans les dites négociations. C’est à ce moment que Faustin Twagiramungu, en tant que Président du MDR, sans avis du bureau politique, a pris la décision de donner au poste de premier ministre, Madame Uwiringiyimana Agathe, qui était jusqu’alors ministre de l’enseignement primaire et secondaire.

Cette décision de Twagiramungu Faustin a fait qu’il y ait convocation d’urgence d’un congrès de Kabusunzu par un bloc du MDR. Ce congrès a expulsé Twagiramungu Faustin dans le parti ainsi que ses acollites. Il a élu comme remplaçant Dr Nsengiyaremye Dismas. Twagiramungu a décliné les mésures du congrès de Kabusunzu et a mis en place son propre comité opposé à celui de Kabusunzu. Le MDR-NSENGIYAREMYE a déposé sa plainte au tribunal de première instance de Kigali mais elle a été irrecevable. En Août 1993, dans un meeting du MDR-NSENGIYAREMYE au stade régional de Nyamirambo, Karamira a débuté le MDR POWER (MDR PAWA-UMUHUTU PAWA). Il a mobilisé les hutu de lutter contre les tutsi qui voulaient les ravir le pouvoir. A cette période, il donnait comme motif de ce qui venait de s’opérer au Burundi, un hutu du Burundi NDADAYE, membre du FRODEBU qui venait d’être élu à la présidence du Burundi avait été tué. Depuis lors, les divisions dans le MDR ont pris un autre tournant, 2 blocs du MDR sont manifestés à savoir :

MDR TWAGIRAMUNGU qui soutenait le changement du régime ;

MDR PAWA (Power) allié à MRND-CDR dans la planification et l’exécution du génocide de 1994.

Concernant de hutu Pawa a affecté d’autres partis et se sont scindés eux aussi en 2 dont l’un Pawa (PSD PAWA, PL PAWA, PDC PAWA) et l’autre en opposition. Rappelons que les accords de paix d’Arusha venaient d’être signé le 04/08/1993.

Habyarimana disait que son pouvoir avait été dévolu à ses opposants à Arusha, il a rassemblé tous ces blocs Pawa et a refusé de signer pour que les institutions de transitions prévues dans les accords soient mis en place plutôt il y mettait des embuches parce qu’il venait de gagner un autre pion. Il sortait uniquement des listes des ministres et députés Pawa disant qu’ils sont les seuls à occuper les postes de transition plus le FPR INKOTANYI.Il a continué à refuser de mettre en place les organes de transition jusqu’au crash de son avion qui le transportait et y a trouvé la mort lui et tous les autres qui l’accompagnaient.

C’est le début alors du plan macabre de génocide planifié. Le MDR PAWA y a joué un rôle non négligeable surtout que c’est lui qui a diffusé l’idéologie Pawa dans d’autres partis politiques ce qui montre qu’il est le promoteur. En outre, le MDR PAWA a eu un rôle dans l’instigation des massacres là où le MRND-CDR n’était pas représenté comme au Sud du pays. Aussi, c’est que le MDR PAWA a détruit l’opposition au Rwanda. Si l’opposition n’aurait pas été détruite, le génocide n’aurait pas été possible dans tous les pays les partis se seraient unis pour le lutter contre.

III.1.5 LE MDR DANS LE GOUVERNEMENT D’UNITE 1994-2003.

Le 19/07/1994, après que le FPR Inkotanyi arrête le génocide dans les combats qui ont duré 3 mois, le FPR et les blocs qui n’ont pas trempé dans le génocide se sont mis ensemble pour former un gouvernement dirigé par Twagiramungu Faustin alors président du MDR.

Ça n’a pas tardé. En Novembre 1994, le MDR a sorti un communiqué disant qu’il est contre le gouvernement d’unité nationale et qu’il est un parti d’opposition qu’il a l’intention de diviser encore les rwandais.

Après Twagiramungu a été dému de ses fonctions de premier ministre par l’assemblée nationale. Puis il a pris le chemin de l’exil pour diffamer le Rwanda en étranger. Il a été remplacé de son poste par RWIGEMA Pierre Celestin, lui aussi du parti MDR. Quant à la présidence du parti, cest Ubalijoro Bonaventure qui est resté à sa place.

En Mai 1998, le MDR a publié encore lors des réunions dURUGWIRO, un document montrant quil est PARMEHUTU. Les rwandais qui participaient dans ces réunions ont demandé à MDR de se rénover pour marcher avec d’autres rwandais au lieu de les diviser ; à ce moment, Rwigema Pierre Celestin a déposé Ubalijoro Bonaventure en disant qu’il allait rénover le parti.

Le 28-30/03/1999, le MDR est allé à Kibungo pour se rénover. Il a rénové la partie relative à son statut, il a changé son drapeau et a mis celui qu’il avait avant 1959, son appelation MDR a été maintenue, Rwigema P.C et son comité ont déclaré que la rénovation se termine. Les autres du bureau politique (Gratien Nahumuremyi et Anastase Gasana) ont déclaré qu’il n’ya pas eu de rénovation. Sans tarder, Rwigema P.C a démissionné au poste de 1er ministre lui comme Twagiramungu Faustin, prend le chemin de l’exil.

Après ce temps, les luttes et les divisions ont caractérisé le MDR jusquà ce qu’il a éclaté pour scinder en 2 blocs opposés.

Il a été élu les divers comités directeurs on a recruté les partisans quibsont entrés dans le bureau politique mais chaque bloc, dans ses intérêts propres, l’autorité administrative leur a refusé la légitimité surtout qu’aucun ne regroupait les 2 parties.

Depuis lors, diverses autorités du pays n’ont pas cessé à aider pour faire cesser ces discordes et s’agravent au lieu de cesser toujours en continuant de semer la confusion parmi les rwandais.

Ceci a fait que l’honorable député MUKAMA Abbas fasse inscrire le problème sur l’ordre du jour de l’assemblée. Après l’interpellation du premier ministre et les ministres ayant dans leurs attributions ce problème, l’ANT a mis en place une commission parlementaire pour éclaircir le vrai

problème du parti MDR, ce que le gouvernement a fait dans ce domaine de préparer un projet de résolution à prendre par l’ANT sur ce problème.

III. 2. IDEOLOGIE DU PARTI MDR ET SA RENOVATION

III.2.1 L’IDEOLOGIE DE BASE DU PARMEHUTU (1957-1973).

Dans sa création en 1959, le parti MDR se dénommait PARMEHUTU puis, il s’est ajouté MDR pour se nommer MDR-PARMEHUTU. Dans sa création, il se basait sur la discrimination ethnique, puis sur le régionalisme et particulièrement sur le népotisme. Au moment où les autre partis qui naissaient n’étaient discriminatoire à titre exemple l’APROSOMA (Association pour la promotion de la masse), UNAR (Union nationale rwandaise), RADER (Rassemblement démocratique républicain) n’étaient raciaux, le PARMEHUTU l’était seul.

Le MDR PARMEHUTU a été caractérisé par la violence, l’utilisation des bandits et des terroristes pour arriver rapidement au pouvoir sans peine.

Le parti MDR PARMEHUTU a été caractérisé aussi par une politique du mensonge et de se couvrir de la masse. Ses dirigeants ont été caractérisés par le double langage. Le parti MDR PARMEHUTU a été caractérisé en outre par le favoritisme accompagné par la servilité.

Le MDR PARMEHUTU a été caractérisé aussi par le fait d’aviver la haine parmi les rwandais en général et dans ses partisans en particulier.

MDR PARMEHUTU était caractérisé surtout des menasses des morts au tutsi de différentes catégories (petits et grands, riches et pauvres).

L’idéologie du MDR PARMEHUTU a été sensibilisé aux rwandais jusqu’aux intellectuels universitaires. La motion des étudiants rwandais hutu en Belgique sur les problèmes sociaux ethnique au Rwanda éditée à Louvain en Belgique le 10/03/1973, le montre.

MDR PARMEHUTU a été caractérisé par le non partage du pouvoir fondé sur l’idéologie ethnique qui éteignait les autres partis qui dépassaient le nombre 19 en 1960.

Cette idéologie ethnique, de favoritisme régional et de népotisme du MDR PERMEHUTU la fait fragile parce qu’il n’était pas rassembleur de tous les rwandais. Le coup d’Etat de 1973 n’a fait que renverser le pouvoir qui ne restait que de nom.

Le MRND qui a remplacé le MDR PARMEHUTU, a tué ses nombreux leaders mais tout en consérvant l’idéologie d’ethnisme et de régionalisme. MRND a dépassé de loin la virilité du MDR PARMEHUTU en appliquant l’idéologie.

III.2.2 LA REAPPARITION DU MDR (1991-1994).

A la venue du multipartisme de 1991, le parti MDR PARMEHUTU qui était en veilleuse a été réapparu sous le nom de MDR seulement.

En réapparaissant MDR beaucoup de discussions ont surgi surtout pour ceux qui étaient contre l’idéologie ethnique et régionale avec les conservateurs. Ceux qui ont critiqué cette idée ont fondé le PSD, les autres (conservateurs), ont campé sur leur parti tel que stipulé dans les principes du MDR de 1991.

Sans qu’il ne soit tardé, la zizanie qui a caractérisé le MDR PARMEHUTU a réapparu dans le nouveau MDR, elles étaient fondés sur l’idéologie ethnique, de népotisme et de régionalisme. Depuis lors le MDR s’est scindé en deux parties en 1993, l’une PAWA qui s’est rallié à MRND-CDR pour sensibiliser l’idéologie ethnique et régionale pour ainsi préparer le génocide tutsi et massacre de hutu qui ont refusé leur idéologie. La deuxième ‘est désolidarisé avec leurs idéaux, car voulant le renversement du régime Habyarimana.

Le MDR PAWA a joué un grand rôle dans le génocide par la sensibilisation de la masse en servant d’un pion hutu pour l’exciter à commettre le génocide, il s’est servi des bandits et des terroristes, il a aidé grandement au gouvernement de MRND-CDR à commettre le génocide dune façon rapide et dans tout le pays.

Des idéaux et le système de travail du MDR PAWA ont affecté d’autres partis et les a affaibli, ça a augmenté la force du MDR-CDR dans l’exécution du génocide.

III.2.3 MDR DANS LE GOUVERNEMENT D’UNITE 1994-2003.

Après qu’il arrête le génocide, le FPR inkotanyi et les blocs des partis qui n’ont pas trempé dans le génocide, ont mis en place le gouvernement d’unité nationale. C’est le MDR qui a dirigé ce gouvernement, Twagiramungu Faustin qui était alors Président du MDR est devenu premier ministre. Sans trop tardé Twagiramungu a montré qu’il campe sur idéologie ethnique et régionale, il s’est opposé au gouvernement d’unité nationale qu’il dirigeait, son parti MDR ne l’a pas corrigé jusqu’à ce que le parlement a retiré la confiance.

Twagiramungu Faustin après son départ, a été remplacé par son vice Président, Ubarijoro Bonaventure à la Président du MDR. Par contre le poste de Président du MDR continuait d’être attribué par Twagiramungu malgré qu’il était parti en exil où il a fondé d’autres partis. A ce moment, les divisions ont continué dans le MDR jusqu’à ce qu’elles ont contrarié les décisions et la conduite qui caractérisaient le gouvernement d’unité nationale. En 1996 le ministère ayant dans ses attributions les partis politiques a donné une remarque à MDR lui demandant de respecter les principes d’unité de rwandais (voir la lettre du ministre de l’intérieur et du développement communal du 9/01/1996).

Au poste de premier ministre Twagiramungu Faustin a été remplacé par un autre partisan du MDR choisi parmi les candidats donnés par le parti à la personne de Rwigema Pierre Celestin.

Depuis mai 1998 jusqu’en mars 1999 l’ex Président de la République son excellence Mr Bizimungu Pasteur a convoqué et a dirigé des réunions au village URUGWIRO, ces réunions rassemblaient les hautes autorités du pays, les responsables des partis politiques et diverses institutions rwandaises. Ces réunions étaient pour étudier les problèmes épineux du Rwanda :l’unité et la réconciliation, la démocratie, la justice, l’économie et les affaires sociales, la sécurité.

De son gré, le MDR a remis à cette réunion un écrit qu’il a appelé « concours du MDR dans la recherche des solutions aux problèmes épineux du Rwanda ».

Cet écrit du MDR a montré aux participants qu’il na pas cessé l’idéologie ethnique et régionale du MDR PARMEHUTU. Les participants à la réunion n’ont été satisfaits ce qui a fait que le MDR amène un autre écrit corrigeant le premier. Les discussions longues ont montré que le MDR n’a pas compris que le problème était de l’idéologie du MDR PARMEHUTU. Après ces discussions, Pierre Celestin Rwigema qui était alors premier ministre a dit lui même qu’ils n’étaient sourds, il a promu la rénovation de l’idéologie PARMEHUTU sur sa structure et ses insignes. Egalement dans cette réunion, le fait que tous les rwandais n’y étaient pas représentés, devrait changer (le drapeau, l’hymne national, le sceau de la République et d’autres armoiries qui sont contre l’unité et la réconciliation de rwandais). Après la réunion de RUGWIRO 34 partisans du MDR, ont publié un écrit condamnant l’idéologie PARMEHUTU ils ont montré la ferme volonté de rénover le MDR pour s’écarter de cette idéologie et de condamner tout rwandais conservateur de cette dernière. Cet écrit du 30/05/1998 corrigé celui du 21/05/1998 qui avait inquiété nombreux gens pour son contenu d’idéologie MDR PARMEHUTU.

Le 29/07/1998, 34 partisans du MDR dont nombreux parmi eux étaient leaders du MDR actuellement divisé en deux blocs, ont publié un autre communiqué de presse du MDR soutenant l’écrit du 30 mai 1998 ils ont tous signés. Dans son communiqué on y voit :

Il est élu un nouveau comité composé de :

Rwigema Pierre Celestin, Président

Safari Stanley, premier vice Président

Ntwarabakiga Emile, 2e vice Président

Bizimana Jean Pierre, secrétaire général

Il a été nommé une commission d’expert chargé de rénover le MDR dirigé par Dr Gasana Anastase.

Ces décisions de ces 34 partisans ont été agréés par le ministre ayant les partis dans ses attributions dans sa lettre du 6/08/1998. Cette commission chargée de la rénovation du MDR a préparé un projet de changement idéologique du MDR.

Du 28-30 mars 1999 le MDR a tenu une réunion de rénovation à Kibungo, changeant ses principes de base son statut et son drapeau et élisant le comité composé de :

Rwigema Pierre Celestin, Président

Safari Stanley, 1er vice Président

Ntwarabakiga Emile, 2e vice Président

Dr Ngendahimana Gérard, secrétaire général

Le document accepté était différent de celui présenté par la commission dite ci-haut. Leur différence réside sur le drapeau du MDR et de sa part dans le génocide de 1994, etc le drapeau présenté par la commission était de couleur jaune et bleu mais celui accepté était rouge vert (ces couleurs étaient du drapeau de base de PARMEHUTU).Mais aussi dans le projet de la commission de rénovation, le MDR acceptait sa grande part de responsabilité dans le génocide, demandait pardon à tous les rwandais.

Par contre, dans le document accepté par la réunion de Kibungo, le MDR attribue la responsabilité de génocide à le RMND et aux adhérants du MDR ainsi que d’autres partis qu’il a trompé.

Après la réunion de Kibungo le comité directeur du MDR a fait un rapport sur 4 députés issu de ce parti montrant leurs fautes graves, le forum des partis politiques la accepté, et ont été dému de leurs fonction. La procedure utilisée pour donner les candidats de remplacement na pas satisfait à Gasana Anastase, et il a déclaré publiquement que la rénovation du MDR a raté. Ça na pas tardé l’ANT a fait un contrôle du ministère de l’éducation qui a été dirigé par RWIGEMA Pierre Célestin et les autres. dans ce contrôle, RWIGEMA P.Célestin a demandé un secours aux députés du MDR surtout safari Sttanley qui était membre de la commission, ce dernier n’a pas accepté la raison pour laquelle Rwigema l’a fait arrêter dans le comité directeur et dans le bureau politique du MDR et l’a remplacé par Kabanda Célestin, il a proposé qu’il soit dému de ces fonction de parlementaire, le Forum de partis politiques na pas accepté cette demande.

Depuis lors Safari s’est joint à Gasana dans sa lutte contre Rwigema. Après que l’ANT lui enlève la confiance, RWIGEMA P. Célestin a démissionné de son poste de premier ministre et il est restait au poste de président du MDR. Il a donné 3 candidats pour sa succession ,tous partisans du MDR, MAKUZA Bernard a été choisi.

Rwigema P.Célestin, après son départ au poste de premier ministre, a pris le chemin de l’exil, arrivé, il a déclaré qu’il a débuté la rénovation du MDR mais qu’il na pas autorisé quelle soit opérée et qu’il la laissé enfermer dans le tiroir. Celui qui la remplacé provisoirement et Mr Kabanda Celestin qui a témoigné en parole et en écrit qu’il n’est pas pour la rénovation du MDR (cfr le Partisan 50).

Un peu après la démission du Président de la République Bizimungu Pasteur, ce dernier a entamé les négociations d’entrer dans les organes de direction du parti MDR et du secrétariat du MDR Gisenyi. L’objectif était de devenir Président du MDR. Il a demandé que le préalable avant d’entrer qu’il y ait le départ du MDR : Safari Stanley, Ntiruhungwa J.D et Gasana Anastase. Certains leaders du MDR lont accepté, préparant qu’il devait remplacer Dr Tegeri au secrétariat de Gisenyi mais cette idée a été combattu. C’est à ce moment que le Dr Anastase ont mis en place leur comité composé de :

Gasana Anastase, Président

Ntiruhungwa J.D, 1er vice Président

Ntwarabakiga Emile, 2e vice Président

Dr Marara Christian, secrétaire général

Constatant que l’entrée dans le MDR tarde, Bizimungu a fondé un parti dénommé PDR UBUYANJA. Les rapports de renseignements ont montré que Kabanda Celestin a eu la part dans la préparation des principes de base et des statuts du PDR UBUYANJA.

Les deux blocs de direction du MDR ont continué leur lutte jusqu’à ce que le ministre ayant les partis dans ses attributions les a suspendu. Il a été débuté la réconciliation par le ministre de l’administration locale et des affaires sociales en collaboration avec la commission nationale d’unité et de réconciliation. Après c’était le tour du comité ad hoc du MDR lui même, après c’était le Président de la République qui a accueilli les deux parties en conflit et les a conseillé.

Dans la réunion que le Président de la République a convoqué pour les partis politiques agréés au Rwanda au mois de mars, le cas du MDR a été étudié, et on a décidé de relancer ce problème chez le MDR. Le premier ministre Makuza Bernard a dit aux participants qu’il a entendu tout ce qu’on a dit et s’est décidé d’être médiateur de deux parties mais il a demandé qu’il y ait des collaborateurs ministres issus du parti MDR surtout qu’il viennent de deux parties en conflit (Ministre Ntiruhungwa J.D et le secrétaire d’Etat Kabanda Celestin).

La médiation du premier ministre a débuté en mars 2002 et il y a une année sans résultat palpable.

Dans cette médiation le bloc Kabanda Célestin a commencé la sensibilisation de la population l’idéologie MDR PARMEHUTU et de les inciter à ne pas obéir le programme du gouvernement : l’unité et la réconciliation, la décentralisation, gacaca (justice réconciliatrice), les élections, etc

Dans cet ordre d’idée, ils ont commencé à mettre en place les instances d’éducation de l’idéologie PARMEHUTU par exemple ITARA (association rassemblant l’ex jeunesse du MDR qui sappelait JDR), l’unité des hutu, l’association des pensionnaires « ANR ». Ils utilisent les journaux comme journal UMUSESO, le Partisan et la site d’internet du MDR PARMEHUTU.

Après tout ce que nous venons de dire, il claire que l’idéologie du MDR PARMEHUTU na jamais changé depuis sa naissance jusqu’ici. Donc la rénovation citée ci-haut de 1991 jusqu’ici na jamais été mis en pratique.

Dans ces temps de fin de la transition, les actions fondées sur l’idéologie de discrimination vont en accentuant. Ceci l’a été démontré à la commission que le MDR sensibilise l’idéologie ethnique et il est contre la démocratie unissant les rwandais.

III.3 GENESE DES CONFLITS ET DES DIVISIONS DANS LE PARTI MDR.

Comme il a été dit expliqué dans la parti concernant l’idéologie, depuis que la naissance du MDR PARMEHUTU, son idéologie était fondée sur la discrimination ethnique.

Il a été créé comme un parti qui venait de résoudre les problèmes relatifs à l’ethnie hutu : même sur les analyses montrent que cet objectif n’était que un alibi de quelques personnes qui voulaient acceder au pouvoir du pays, ça se comprend que l’idéologie était en général fondée sur la discrimination en se servant de la majorité populaire. L’idéologie construite sur la division est différente de l’objectif d’unité des rwandais.

Au moment de sa prise de pouvoir le pays devenait l’apanage de seul hutu comme on le disait, ça na pas tardé qu’une autre forme de conflit naisse et les divisions fondées sur la région. On l’appelle le favoritisme régional. Cela veut dire, qu’il y avait des hutu qui pensaient qu’ils ne devaient pas partager avec les autres hutu parce qu’ils s’étaient devenus nombreux. Ici nous voulons citer les anthagonismes RUKIGA-NDUGA du temps de groupuscules (Kayibanda, Mulindahabi, ) et (Bicamumpaka, Rusingizandekwe Otto,).

Même après, il est né une clique des originaires de Masango qui ont monopolisé le pouvoir en s’écartant d’autres originaires de Gitarama comme ils l’avaient fait pour les autres qui n’étaient de Gitarama.

Même si les divisions des rwandais entre 1959-1964 étaient venus de l’idéologie divisioniste du MDR PARMEHUTU elles ne peuvent pas se mettre dans le même sac avec les conflits qui étaient entre les autorités et les partisants du MDR dans les temps qui ont suivi ; nous ne pouvons pas cesser de dire que la génèse de tout ça est dans les racines de l’idéologie fondementale et la structure du MDR dans la direction du pays.

Nous pouvons rappeler les années 1991-1994, lors du multipartisme le MDR na pas tardé à montrer qu’il y a des conflits et division entre ses leaders qui venaient de le relancer. Ceci parce que il y avait des gens qui voulaient que la nouvelle structure devrait être différente de celui du MDR PARMEHUTU, au moment où l’autre bloc voulait garder l’idéologie originale lequel est devenu MDR PAWA.

Après le génocide, le MDR est entré dans le gouvernement d’union nationale c.à.d qu’il était convaincu de son programme, et qu’il se dissociait avec l’idéologie discriminatoire qui a caractérisé le PARMEHUTU. Peu de temps après, le MDR a montré les signes de sa maladie chronique que son idéologie PARMEHUTU était toujours la sienne comme le dit le proverbe rwandais « URWISHE YA NKA RURACYAYIRIMO » (la maladie qui a tué la vache ne l’a pas quitté) ou encore « AKABAYE ICWENDE NTIKOGA » (la petite cruche souillée est difficilement lavée).

Ceci est vrai parce que le MDR du temps de la transition na pas réussi de se dissolidariser avec l’idéologie PARMEHUTU même ceux qui le voulaient ne le faisaient qu’en murmures. Ceci montre le pourquoi nous voyons que ces conflits peuvent aboutir à la division dans le MDR qui dit qu’il s’est rénové. (Cfr Kibungo 99).

C’est pourquoi d’ailleurs nous entendons qu’il y a une partie qui soutient la rénovation de Kibungo et l’autre qui ne veut pas catégoriquement le changement de l’idéologie.

Il a été démontré à tout le monde que le MDR n’a pas réussi à se rénover et n’a pas pu abandonner l’idéologie du MDR PARMEHUTU, le fait de ne pas se rénover ont fait qu’il y ait des conflits et des divisions éternels. Les deux parties en conflit dans le MDR ont fait un aveu au MINALOC qu’il y a 10 points qui les rendent toujours en conflit, et la commission de contrôle a examiné tous les 10 :

L’idéologie ;

Le leadership ; L’opportunisme (Les intérêts personnels au lieu d’être du parti et de tous les rwandais) ; La rénovation du parti ; La structure mal organisée ; Le manque de respect mutuel et la culture de l’impunité ; Les diverses divisions ; Le non respect des lois ; La diffamation ; Porter des fausses accusations contre les tiers, etc En les examinant, la commission a trouvé qu’il fallait les grouper en trois points : 1° Idéologie

On peut la mettre ensemble avec la rénovation du parti.

2° Le leadership

Regroupe :

la mauvaise structure

le non respect mutuel et l’impunité

le non respect de lois

diffamation

se dire de mensonges,.

3° l’opportunisme

N.B nous trouvons que le problème les diverses divisions regroupent ses trois points ou encore tous ces points. Un peu avant nous avons examiné les conflits basés sur l’idéologie PARMEHUTU et sa rénovation nous avons trouvé qu’ils ne peuvent pas se terminer et que les partisants ne peuvent pas se convenir sur le changement. Ceci parce que son idéologie ressemble à la drogue ou l’aimant. Le rémède est unique : l’écarter et de se mettre ensemble pour lutter à son déracinement total. Sinon l’histoire nous apprend que la lutte pour solutionner les divisions dans un parti construite sur l’idéologie de discrimination, est impossible. De même un partisan du MDR qui tente d’essayer la rénovation de cette idéologie échoue ou encore soit aimanté comme nous l’avons dit ci-haut.

Concernant le leadership Les divisions au sein du parti fondées au leadership ne peuvent épargner aucun parti. Par contre quand les partisans se conviennent sur leur bonne idéologie ces conflits basés sur le leadership qu’il soit le monopole ou la mauvaise gouvernance, ces conflits ne tardent pas à disparaitre sans trop de dégats.

Mais si dans le parti il y a l’idéologie de discrimination, le leadership du parti est aussi affecté c’est pourquoi il y a des conflits qui affecte le leadership et les divisions dans le parti dans l’histoire du MDR ces deux choses vont de pairs.

Pour l’opportunisme

Nous pouvons dire que les conflits basés sur l’opportunisme peuvent affecter la structure et le leadership du parti. Ces conflits sont favorisés dans la plupart de fois du manque de bonne gouvernance et surtout à une mauvaise idéologie de discrimination ceux qui l’usent sont ceux qui se sousestiment, qui ont peur et préfèrent l’opportunisme et de ne montrer la vrai face. La plupart de fois ils sont caractérisés par un double langages disant aux supérieurs ceux qu’ils pensent que ça leur plaisent seulement par ailleurs au cas où ce conflit est fondé sur l’opportunisme et qu’il y ait une bonne idéologie dans le parti et le leadership qui doit le mettre en prartique, ces conflits sont vite démentelés et banis.

En peu de mot cette analyse nous a montré la génèse du conflit et de division au sein du MDR qui, en réalité viennent de l’idéologie discriminatoire utilisés comme une voie courte et rapide pour arriver au pouvoir.

La nature de ces conflits nous a montré aussi qu’il y a eu l’idéologie qui a amené les divisions au sein des hutu et les tutsi dans les premiers temps enseignée et mise en pratique par les leaders du MDR PARMEHUTU.

Cette idéologie discriminatoire est normalement utilisé par des gens qui veulent monopoliser le pouvoir, ceux qui engendre les conséquences facheuses pour la société rwandaise en général dont la destruction de l’unité des rwandais (cfr génocide de 1994), aller en rencontre des droits de l’homme, la démocratie et le développement économique.

Autres conflits remarqués, qu’il soit du leadership ou de l’opportunisme viennent comme les conséquences de l’idéologie de discrimination.

III.4 LES CONSEQUENCES DE L’IDEOLOGIE SUR L’UNITE ET LA RECONCILIATION, ET LA SECURITE DES RWANDAIS.

L’idéologie du MDR PARMEHUTU fondée sur la discrimination ethnique et le favoritisme régional a été enseigné aux rwandais depuis longtemps et a été la base du génocide de 1959.

Cette idéologie a habitué aux dirigeants qui l’ont fait sienne d’arriver au pouvoir en passant par la voie courte en se servant du pion ethnique, du terrorisme et de tueries. C’est dans ce cadre que dans cette période de fin de transition, il y a des gens qui attisent, ce qui fait qu’il y ait des conséquences facheuses sur l’unité et la réconciliation des rwandais et sur la sécurité du Rwanda, basées sur le plan suivant : Au cas où le gouvernement d’union est déterminé de reparer la société rwandaise, en aidant les rescapés du génocide, en rapatriant les anciens réfugiés, en rapatriant d’après le génocide et en les réintégrant dans leurs biens, ceux qui campent sur l’idéologie PARMEHUTU ont intérêt de contrarier l’unité et la réconciliation, minimisant le génocide. Quand ils ne le nient pas, ils disent qu’il a eu double génocide (hutu et tutsi) et que les hutu sont les seuls emprisonnés, ils sont contre le fond pour l’assistance aux rescapés du génocide, contre les cérémonies de mémoire aux victimes, l’enterrement en dignité.

Le gouvernement d’union est préoccupé de la cohabitation basée sur la justice réconciliatrice (gacaca). Les consérvateurs de l’idéologie PARMEHUTU sensibilise la population que c’est la malignité des tutsi, les mobilisant en ne pas révelation des tueurs et la culture de l’impunité.

Le gouvernement d’union nationale a décentralisé le pouvoir, éduquant la population à la bonne gouvernance. Les conservateurs de l’idéologie raciste ayant pour but de monopoliser, lutte contre ce système de décentralisation en voulant maintenir la culture dune administration basée sur une seule personne déterminant le tout.

Le gouvernement d’union a mis en place un forum des partis politique ou les programmes visant la construction du pays sont pris par concensus. Ceux qui sont habitués à l’idéologie de discrimination lutte avec la dernière énergie contre ce forum des partis politiques agréés au Rwanda, contre aussi l’unité le dialogue, en voulant la liberté dans la mal discriminatoire et de favoritisme régional.

Le gouvernement d’unité nationale est déterminé à rendre digne le Rwanda et de lui ramener la confiance et le respect devant la communauté internationale. Les idéologues de discrimination discreditent et font discrediter le Rwanda dans le but de détruire les biens construits, dans le but aussi de décourager les bailleurs de fonds.

Le gouvernement a fusionné les armées qui étaient en lutte, a construit des instances de sécurité rassemblant différentes couches des rwandais. Ceux qui marchent sur idéologie de discrimination ethnique ravivent les divisions dans l’armée fusionnée et dans d’autres organes de sécurité dans le but de recruter les adhérants au sein de l’armée.

Le gouvernement d’unité nationale mobilise les rwandais à la sauvegarde de la sécurité eux même et de collaborer avec les instances sécuritaires. Les conservateurs de l’idéologie de discrimination ethnique découragent la population en les incitant à ne pas collaborer avec les instances de la sécurité, en luttant contre les « local defense forces », disant que c’est une milice de l’Etat tout en décourageant l’Etat.

Le gouvernement d’unité nationale s’apprete à sortir de la transition et de donner la libre choix aux rwandais pour construire la démocratie libérale fondée sur les biens faits de la période de transition. Les conservateurs de l’idéologie de discrimination ethnique eux, sont préoccupé de la sensibiliser aux rwandais. Clandestinement, ils ont commencé d’enseigner à la population délire comme au Burundi lorsqu’ils élisaient NDADAYE en 1993. Ils ont même un programme de répendre la même idéologie dans d’autres partis qui sont ou qui pourraient naître dans le futur comme ça était en 1993 du temps du MDR PAWA.

L’idéologie de discrimination a des conséquences sur la bonne gouvernance de l’Etat car, au lieu de viser les intérêts généraux du pays, le dirigeant s’interesse à sa clique, ceux qui ne se voient pas en lui le craignent et lui craint ses dirigés et ses collaborateurs et les affaires de l’Etat sont freinées.

Pour que l’Etat mène à bonne fin sa mission, doit être unanime dans ses actions. Cela est possible sil y a une bonne culture de collaboration et de consertation. Quand il y a un climat de suspicion le gouvernement ne fait pas ce qu’il doit faire.

Les réfugiés des rwandais sont aussi pris en otage dans cette idéologie, notre pays s’est décidé de la déraciner pour que ceux qui l’attisent et les prennent en otage ne le puissent et de se libérer.

Si les leaders donnent un mauvais exemple, cela fait la confusion dans les dirigés qui sont découragé ils n’ont pas confiance en l’Etat, ce qui freine le programme de l’Etat.

Ceux qui marchent avec l’idéologie de discrimination, certains d’entre eux utilisent les biens de l’Etat quant aux gens qui doivent lutter contre ces derniers et aussi, pour mener à bonne fin leur mission, utilisent les biens de l’Etat. Il est compréhensible que cette idéologie ruine le trésor du pays.

L’idéologie raciste et régionaliste crée les mécontents qui peuvent mettre devant leurs intérêts avant les intérêts du pays, un citoyen peut être traitre et pourrait rechercher les informations aux profits des étrangers (espionnage).

IV LES REALISATIONS DE LA MEDIATION PAR LES INSTANCES DE L’ETAT.

1. LE MINISTERE DE L’ADMINISTRATION LOCALE ET DES AFFAIRES SOCIALES AVEC LA COMMISSION NATIONALE D’UNITE ET DE RECONCILIATION.

Comme il a été démontré plus haut dans l’histoire du MDR, après la rénovation de Kibungo, deux blocs se sont formés au sein du MDR.

Le ministre du MINALOC a essayé en vain de réconcilier les deux parties :

Le 15/03/2001 le ministre du MINALOC a écrit au forum des partis politiques agréés au Rwanda pour l’aider à régler le conflit au sein du MDR.

Le 27/03/2001 le porte parole du forum des partis politiques agréés au Rwanda a écrit au ministre du MINALOC lui demandant de se faire aider par la commission nationale d’unité et de réconciliation.

Le 19/04/2001 le ministre du MINALOC a fait la réunion avec les deux parties en conflit en présence de la commission nationale d’unité et de réconciliation c’est à ce moment qu’ils ont montré 10 points de divergeance, premièrement c’était l’idéologie (voir audition Nyandwi) ;

Le 24/04/2001 il les a invité encore une fois, 37 partisans de deux blocs étaient présents, ils se sont convenus ad hoc composé de : Hon. Mpayimana Isaië, Hon. Murekatete Jeanne dArc et Mr Habamenshi. Ce comité ad hoc a tenu une réunion avec le ministre du MINALOC assisté par le comité national d’unité et de réconciliation dans trois réunions faites le problème n’a pas été résolu.

IV.2. LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE

Le 15/08/2001 le ministre du MINALOC a écrit au Président de la République lui informant qu’il y a eu des problèmes de réconcilier les deux parties en conflit et lui demandant son assistance (voir audition du ministre Nyandwi).

Le Président de la République a d’abord rencontré séparement chacune des parties, puis il les a confronté, il y avait le ministre du MINALOC et la commission nationale d’unité et de réconciliation, il se sont convenus sur 33 partisans du MDR qui devaient mettre en place un bureau politique qui devait étudier et résoudre les problèmes du MDR.

Les deux parties ont demandé au ministre du MINALOC de continuer son assistance. Le ministre du MINALOC les a invité pour les élections, c’était le 30/12/2001, 22 membres se sont présentés mais uniquement du côté de Kabanda Celestin. Et 11 étaient absents tous du côté de Twagirumukiza. Le motif était qu’ils ne pouvaient participer dans la réunion sans député Stanley, Kayitashonga et Munyangaju connu, que les deux parties ne sont pas mis d’accord sur eux lors de la réunion de la présidence de la République.

Ceux qui ont été élu sont Kabanda Celestin, Président ; Nyandwi Tharcisse, 1er vice Président ; Bizimana Aloys, 2e vice Président ; et Gakwandi Pierre, secrétaire général.

Après les élections, le ministre du MINALOC a publié les résultats à la radio et à la TVR mais l’autre bloc les a contesté donnant comme motif le manque de quorum.

Après ces élections le Président de la République a suspendu les résultats des élections parce que étant d’un seul bloc. Dans sa réunion que le Président de la République a tenu avec les partis politiques agréés au Rwanda on est revenu sur le problème du parti MDR, c’est à ce moment que le premier ministre a promis d’être médiateur aidé par deux ministres issus de deux blocs opposés du MDR à savoir Ntiruhungwa et Kabanda.

IV.3. LE PREMIER MINISTRE

Depuis que le premier ministre a demandé d’être médiateur de deux parties du MDR jusquau jour où l’ANT est saisi par l’un des députés le problème du MDR, le premier n’a fait qu’au moins 5 réunions en déant une année.

Il a d’abord fait la réunion avec les médiateurs, puis avec 5 adhérants de chaque bloc, il a fait des réunions avec les représentants des secrétariats régionaux pour qu’ils se conviennent sur le nombre de 48 membres du bureau de politique du parti.

Ce qui est remarquable c’est qu’ils ne se sont pas convenus sur le nombre devant composé leur bureau politique. Il y a eu échange de correspondance de deux blocs, jusqu’à ce que le problème est parvenu dans la presse tant nationale qu’internationale, les choses sont devenues confuses jusqu’à ce que le problème parvient à l’ANT :

Ce qui est visible est que tous les médiateurs se sont bornés sur le leadership, par contre ils n’ont pas suivi le problème d’idéologie qui est la racine des problèmes du parti MDR. Ils ne pouvaient pas se mettre d’accord sur le leadership sans qu’ils aient une idéologie commune.

Le 18/12/2002 Mukama Abbas a amené ce problème comme motion pour le parlement ; l’assemblée a mis une commission de contrôle pour examiner à fond ce problème

LA PART DE PERSONNES INDIVIDUELLEMENT, DANS LES PROBLEMES DU PARTI MDR.

IV 1 LE SYSTEME DE PROPAGANDE DE L’IDEOLOGIE PARMEHUTU ET LES RESPONSABLES.

Après les entretiens avec diverses personnes que ça soit de la ville de Kigali, partant aussi du rapport que les organes des sécurités nous ont soumis, il nous a été démontré qu’il y a un groupe de gens qui sionnent le pays (ville de Kigali et province) avec l’objectif d’enseigner les divisions et l’idéologie PARMEHUTU. Leur objectif primordial est de gagner les élections par la carte ethnique de la majorité populaire (hutu).

IV.1.1 STRATEGIES UTILISEES Fonder et utiliser les différentes associations comme ITARA et ANR ; Lutter contre les actions de l’Etat d’unité nationale telles que gacaca, unité et réconciliation et

la décentralisation ; Semer la confusion dans la population en disant que les hutu sont opprimé qu’ils ont été mis à

l’écart du pouvoir et que ceux qui y sont intégrés des pseudo qu’ils ont été ravis leur patrimoine ; Semer le désordre comme ils l’ont dit dans la journal le Partisan 50 du 0/01/2002 Enseigner que le MDR était le mouvement original des hutu et que tous doivent s’identifier à

lui, et que personne n’a droit de changer son idéologie Decourager les hutu qui ont adhéré le FPR les appelant à reprendre comme bouclier.

IV.1.2 LE GROUPE DE PROPAGANDE DE L’IDEOLOGIE MDR PARMEHUTU Ceux qui sont à la tête : Le ministre Kabanda Celestin (obligé à démissionner de son poste de secrétaire d’Etat au

ministère de finance et de la planification économique, le 06/04/03) Gakwandi Pierre Nyandwi Tharcisse Kavutse Léonard Ahorukomeye Léonard

Bizimana Aloys Rutihunza Théobald Minani Faustin Hon. Mpayimana Isaie Hon. Hatungimana Callixte Hon. Hitimana Léonard Rugira Amandin Ambassadeur Bonesha Joseph Hategekimana Antoine Gatwabuyende Vincent b) Ceux qui particpent ralement aux réunions Munyanshongore Eustache Karara (primature) Sebudanga Augustin Ngendahimana Gérard Hon. Murekatete Jeanne dArc Rutagungira Médard Ndashimye Bernardin Munyarukiko Jean Damascène Bendalema François Serubibi Soteri Sibomana Habimana Joseph Karengera J.M.V Munyarugerero Victor c) Les non adhérents du MDR aui participent aux réunions Général de Brigade BEM Habyarimana Emmanuel Hon. Col. Ndengeyinka Balthazar Major Maniraguha Jacques Ministre Mugorewera Drocella Nkurunziza Damascène

N.B : Ministre Mugorewera et Nkurunziza Damascène, ont participé une seule fois à la

réunion selon le rapport soumis à la commission. Plus particulièrement, dans la province de Cyangugu, il y a un groupe chargé de la propagande d’une « association pour l »unité des hutu » qui a des relation avec ITARA.

Ce groupe est composé de :

Pasteur Ntambaro André

Rugira Amandin

Sevumba

Mukwiye Gérard

Ceux qui financent ces actions de Cyangugu qui vivent à l’intérieur de la Province de

Cyangugu ou à l’intérieur du Rwanda sont les suivants: Pasteur Bihoyiki Frédéric Munyambibi Godéfroid Uwankubito Alphonsine Nkizingabo Patrick Ayirwanda Jean Baptiste

Ceux qui financent ces actions de Cyangugu qui vivent à l’extérieur du Rwanda sont: Sezibera Célestin, originaire de Kimbogo, actuellement vivant en Belgique. Remesha Siméon ex-Directeur du Groupe Scolaire de Gihundwe, lui aussi vivant en Belgique. Gatamobwa Etienne, originaire de Bushenge, district d’Impala, il vit au Congo.

Ntakonayigize Emile, originaire de Ruharambuga ( près de Ntendezi-BUKUNZI), il vit à la Nouvelle Zelande( dernièrement il a envoyé son épouse au Rwanda nommé Mukaturatsinze Péruth).

Ceux qui sont à la tête et qui ont des actions particulières Ministre Kabanda Celestin Il tient des réunions dans différents endroits, chez lui, dans les maisons des différentes

personnes, enseignant les divisions, Ministre Kabanda Celestin préside des réunions dans la province de Kibuye. Ces réunions ont

pour but de faire la propagande de divisions dans la population, en créant des raisons pour véhiculer ces enseignements. On dit que le ministre Kabanda est l’un des gens qui ont préparé des statuts du parti

UBUYANJA. C’est le ministre Kabanda qui a fait les statuts de l’association « ITARA » et la aidé

financièrement. Il vient de mettre en place sa branche à Masanga (Gitarama), Birambo et Budaha (Kibuye). Ministre Kabanda est l’un de ceux qui propagent articles diffamatoires dans les journaux au

pays pourtant attribués aux autres. Ménacer ses gardes pour pouvoir arriver à ses plans ignobles. Gakwandi Pierre (Secrétaire général, blocs Kabanda Celestin) Il est connu d’être extrêmiste dans la discrimination ethnique. En 1993, il fu partisan de MDR

PAWA. Il est actuellement détenu en prison pour ses idées incendières de discrimination publiées dans Le Partisan 50 du 1 janvier 2002.

MINANI Faustin.

Il est très extrêmiste dans la discrimination ethnique, il l’a témoigné en 1993 lors de la naissance du MDR PAWA, même sil n’était pas au Rwanda lors du génocide 1994. Il préside des réunions non autorisées à Gitarama. Kavutse Léonard : Il a quitté lNT pour ses actions basées sur l’idéologie de MDR PARMEHUTU. Il na pas

désarmé puisqu’il les a maintenu.

Certaines réunions du bloc Kabanda se tiennent chez lui

Il aime toujours à dire que dans le cadre de lutter contre le MDR, le FPR vole par force les partisans du MDR et qu’il utilise certains agents double comme lhon. Député Safari Stanley et le ministre Ntiruhungwa J.D.

Ahorukomeye Léonard :

Certaines réunions du bloc du ministre Kabanda se tiennent dans son Hotel dénommé « ISIMBI ».

On dit qu’il est fondateur du PDR-UBUYANJA

Dernièrement, il disait que l’Etat voulait le tuer, d’ailleur, cela la poussé à écrire au Président de la République une lettre de (SOS) demande de protection.

Quelques fois, il disait que les élections des instances de base sont préparés de façon à donner la chance à FPR de gagner les élections dans les prochains jours, il ajoute que les rwandais peuvent continuer à se taire pour faire la surprise pendant les élections. Ce langage est semblable à ce que la population de différentes provinces qu’il y ait une mobilisation délire à la manière du Burundi comme ils ont élu NDADAYE (1993). Il est caractérisé de semer la confusion aux organes administratifs et de sécurité en se servant des tracts incendiaires.

Les non adhérents à MDR cités dans ces actions :

Gén. Brig BEM HABYARIMANA Emmanuel

Col NDENGEYINKA Balthazar

Partant du rapport de la police et des instances de sécurité, ces 2 excellences ont participé dans des réunions du bloc Kabanda Celestin. Ils ont un programme de communiquer à qui ils partagent l’idéologie : les informations issues des services de sécurité et politiques où ils travaillent dans le but de chercher les sympathisans. La conduite de ces 2 excellences montre que l’idéologie du MDR PARMEHUTU ne s’arrête pas uniquement aux seuls partisans du MDR, quelle s’est incarnée dans d’autres catégories de rwandais qu’ils soient adhérents aux partis politiques ou des hommes apolitiques sans le savoir.

Major MANIRAGUHA Jacques

Même sil se réclame qu’il s’est retiré dans le MDR, ce qui est visible, c’est qu’il participe souvent dans des réunions organisées par le bloc de Kabanda Celestin.

V.2 LES ACTIONS DU BLOC QUI SE RECLAME ADHERENT A LA RENOVATION POLITIQUE DE KIBUNGO.

Même si ceux qui se rangent de ce côté ont signé le document incendiaire lors de la réunion du village URUGWIRO 1997-1998, ceux-ci devraient être remerciés du moins ils ont permi que le problème d’idéologie MDR PARMEHUTU soit connu, il a été commencé le processus de le suivre et quelques fois, ils manifestaient qu’ils se dissolidarisaient avec cette idéologie, ils ne sont pas visibles dans les actions d’incitation à la désobéissance civile. Pourtant, eux aussi sèment la confusion surtout en ce qui concerne la résolution des problèmes au sein du MDR parce qu’ils reviennent souvent à leur parole, ils sont mamétiques donnant l’occasions aux manipulations aux leaders du MDR.

Ils se réclament bloc qui prône la rénovation de Kibungo, pourtant il n’en est rien si on voyait le nouveau drapeau adopté. Ses couleurs appartenaient au parti PARMEHUTU à sa naissance.

Dans son projet de rénovation de Kibungo, le MDR reconnaissait sa part de responsabilité dans le génocide et acceptait de demander pardon aux rwandais. Mais, dans le document adopté à Kibungo, ces 2 idées ont été omises.

Lors de cette réunion de Kibungo, le problème de changement de nom du parti n’a pas été évoqué

Au moment où Gasana Anastase les a écrit en leur demandant de changer le nom du parti suite à sa mauvaise réputation dans le passé, tout le comité à répondu à Gasana que la réforme du parti était terminée à Kibungo, cela est contradictoire car on l’accepte d’une part et on la nie de l’autre nous pouvons les qualifier d’opportunistes. La commission a trouvé que la majorité de ce bloc se comporte ainsi, ils aiment changer suivant où il y a leurs intérêts.

Ne pas respecter les institutions de l’Etat en les confodant avec les personnes physique. Il faut qu’ils sachent différencier comment écrire à un individu avec la façon d’écrire à cet individu dans le poste qu’il occupe.

Le fait que ceux qui sont du côté de Twagirumukiza à linanimité avec les autres, ont pris la décision dexpulser député Safari dans le bureau politique du parti jusquà ce quont demandé son renvoie dans le parlement, puis ils lont aidé à combattre RWIGEMA quand ils ont vu que ce dernier navait plus de force.

Quelque fois, ils sont caractérisés par un langage mensonger.

Par exemple : Là où TWAGIRUMUKIZA a écrit au premier ministre des mensonges disant que Mr NDASHIMYE Bernardin a été mis dans le bureau politique du parti à l’insue du Secrétariat de la province de Gitarama ; pourtant, il nous a été montré qu’il y a eu deux lettres écrites par Rudasingwa François disant qu’il n’y avait aucune entrave vue sur NDASHIMYE et que lhon. NIYONZIMA Etienne, Président du secrétariat de Gitarama l’a soutenu. Ici, nous voulons vous rappelez que NIYONZIMA Etienne et TWAGIRUMUKIZA, tous sont membres du secrétariat du MDR Gitarama.

LES REALISATIONS DES INSTITUTIONS DE L’ETAT : DANS LE CADRE DE RESOUDRE LE PROBLEME DU MDR

VI. 1. PREMIER MINISTRE

Avant de prendre le problème du MDR comme médiateur il l’avait eu comme chef du gouvernement, il ne l’a jamais mis sur l’ordre du jour du conseil des ministres pour examen. Il n’a jamais réuni les ministères et les autres institutions de l’Etat concernés par ce problème pour en discuter.

Il na jamais réuni les blocs opposés du MDR pour dialoguer comme l’a fait le Président de la République.

Même quand il est devenu médiateur, il a relenti le problème. Le 1er ministre et ses proches collaborateurs (Rugira Amandin) ont aidé par les frais de l’Etat « ITARA » soupçonnée être une milice du MDR.

Les services du premier Ministre ont contralié les autres services de l’Etat en empêchant le notaire de faire ce que son ministre l’avait demandé (employer Munyanshongore Eustache) et de détourner les instances de sécurité (Bernardin qui a employé Muzatsinda Léonard)

Les services du premier ministre sont visibles dans beaucoup d’actions faites par le bloc de Kabanda. Par exemple : Les réunions organisées par le bloc Kabanda C. Soutenir ITARA et l’association « Unité des bahutu »

Nous constatons qu’il devait abandonner d’être médiateur dans ce conflit du MDR. Aussi, nous trouvons que le 1er ministre devrait inscrire sur l’ordre du jour du conseil des ministres le problème du MDR pour l’examiner dans l’immédiat.

VI.2 MINISTRE DE L’ADMINISTRATION LOCALE, DES AFFAIRES SOCIALES ET DE L’INFORMATION

Le ministre ayant les partis politiques dans ses attributions a fait de son mieux en essayant de résoudre les conflits au sein du MDR, en convocant des réunions avec laide de la commission nationale d’unité et de réconciliation, jusqu’à ce qu’il a saisi le problème au Président de la République malgré les difficultés qu’il a rencontré.

Il a organisé des élections qui ont résulté un comité d’un seul bloc, il les a diffusé à Radio et à la télévision ce qui a accentué le conflit.

VI.3 LE MINISTRE DE LA JUSTICE ET DES RELATIONS INSTITUTIONNELLES

Il a essayé de suivre les propagandistes de division comme GAKWANDI Pierre, NKULIZA Amiel (Le Partisan) et les journalistes d’UMUSESO.

Les instances judiciaires ont accueilli une plainte du bloc Kabanda contre l’autre bloc dirigé par Twagirumukiza et celle plainte a été poursuivie.

VI.4 LE MINISTRE DE LA SECURITE INTERIEURE.

La police nationale a essayé de chercher les indices de culpabilité pour les propagandistes de

division, dans des réunions qu’il faut partout dans le pays afin de leur prendre des mesures. Le ministère devrait aussi montrer aux instances abilités ceux qui sèment les divisions et (qui sèment l’insécurité) qui troublent la sécurité.

LES CONCLUSIONS EMANENTES DE DIFFERENTES PERSONNES

La commission de contrôle a demandé à ses enquêtes la conclusion à prendre au problème du MDR. Les décisions des uns sont les suivants : TWAGIRUMUKIZA Emmanuel Les partis politiques qui pratiquent la discrimination devraient être condamnés et sil y a des

indices sérieux qu’ils font les contraire de leurs idéologies, on devrait les dissoudre. BIZIMANA Aloys Les conflits au sein du MDR devraient se résoudre dans le parti lui-même. Poursuivre les

auteurs individuellement, le parti doit garder son intègrité, son indépendance et son idéologie sous le dissoudre.

Les autres ont essayé, eux aussi à donner leurs conclusions sont les suivants : Le MDR doit être dissout pour son idéologie qui nous a conduit au génocide, comme ça nous le quitterons définitivement.

Le dissoudre parce qu’il est bati sur une fondation pourrie et pourrait s’éfondre sur ses

partisans et non partisans (Hon. Iyamuremye). Le dissoudre parce que les deux opposés sont des PARMEHUTU et font une lutte pour leurs ventres (MANIRAGUHA).

Le dissoudre parce que tout le monde joue la carte de PARMEHUTU, même ceux qui veulent

le changement leur carte est le MDR Que les justes le quittent pour être accusé après crimes commis aux rwandais. Qu’on l’interdise comme on ‘la fait pour MRND et CDR. Tout parti qui voudrait arriver au pouvoir après effusion de sang ne devrait pas exister dans ce siecle (NAHUMUREMYI)

Les adhérents du MDR, devraient avoir la ferme volonté de le construire (Ministre Solina)

Laisser au 1er ministre pour terminer le problème du MDR (Premier Ministre, Rugira, Ndashimye). MDR devrait être dissout pour son histoire dans ce pays (Charles Muligande) Réconcilier les 2 blocs en partant des conclusions de la réunion de Kibungo. En cas d’échec,

le dissoudre.

Mugabowindekwe Emmanuel Le résolution des conflits au sein du MDR doit être recherchée dans le cadre d’une politique

générale d’unité et de réconciliation que le gouvernement priorise sinon tout crime ayant une relation avec PARMEHUTU doit être démentelé. Mugenzi Natanael Trouve que les problèmes qui sont dans le parti MDR sont de l’ordre idéologique. Pour lui le

changement de l’appelation MDR serait une des solutions qui pourrait atténuer les divisions dans ce parti. Province de Butare Les sages

Ils doivent se corriger sinon on devrait les soumettre aux instances de sécurité on devrait leur prendre des mesures car, même dans la culture rwandaise, quand il y ait un différend dans la famille, les autres familles lui prennaient des mesures.

Dr. KIMONYO J. Paul (chercheur)

Pour lui, MDR na pas changé puisqu’en 1991, il n’a jamais changé ses signes distinctifs afin d’empêcher les hutu à continuer de s’y identifier, par conséquent, il doit être aboli. Province de Cyangugu Le MDR doit se réformer dune façon remarquable sinon, on devrait l’arrêter. Mettre en place la loi régissant les partis politiques et le code d’éthique politique. Safari Zachée : Représentant de la jeunesse

Aucun bloc n’est à soutenir, tous les 2 méritent un châtiment. le vieux Mboneza Michel

Le leadership du MDR doit se corriger et changer le nom du parti sil est impossible, abolir le parti. Province de Gikongoro sage Vu son histoire, on ne peut pas avoir confiance en MDR. Ils ont montré également que le

gouvernement d’unité nationale ne devrait pas achever la transition étant toujours avec ce parti. Ils demandent son abolition mais dans la sagesse. Mushinzimana Emmanuel (Président dITARA)

Il trouve que lITARA qu’il préside a compris très bien la politique du gouvernement de se créer des emplois, son système de travail est fondé sur le principe « l »unité fait la force ».

Minani Faustin

Concernant la sortie du MDR dans la transition en tendant compte de ses problèmes intérieurs, les instances administratives devraient essayer de résoudre les problèmes en se basant sur la loi.

Niyonzima Etienne

Que l’appelation MDR soit dissout ceux qui sèment la confusion doivent s’expliquer ou aller dans leur UBUYANJA. En ce qui nous concerne, donnez-nous le temps de résoudre les problèmes du parti y compris celui de changer l’appelation.

Habamenshi Callixte

Il y a ceux qui veulent fonder leur parti mais en provenance du MDR ils sont du bloc de Twagirumukiza, quil fonde le sien.

Sebasoni Selvilien

Ce que nous faisons nous retarde parce que les divisions ont débuté dans ce parti il y a longtemps. On devrait le dissoudre mais le temps n’est pas propice puisque on dirait que c’est la façon de s’écarter un opposant surtout que les élections approchent mais au lieu de mourrir, on préfererait d’être mal interprété.

Kanyarengwe Alexis

Il s’étonne des gens qui les tendent des micro pour diffamer le premier remède est à donner aux acteurs qui soutiennent les malentendus des populations. Ce qui ne veulent pas en prendre alors qu’ils souffrent des maladies contagieuses devraient être mis en quarantaine. En cas d’échec, on les soumettrait aux instances de sécurité.

conseil de sécurité.

Le parti MDR devrait changer d’appelation pour son histoire ou leur adhérents doivent fonder un autre parti sans bavures, non fondé sur l’idéologie discriminatoire. MDR doit être aboli aussi, les postes de direction ne devraient pas être dévolus aux idéologies de division.

Province de Gisenyi

Le MDR devrait être aboli et que ceux qui se sentent capables politiquement fondent d’autres partis (Jumapili)

Si les adhérents du MDR ne peuvent se convenir, qu’il arrête. Qu’ils cessent de jouer sur les affamés alors que eux sont rassasiés (Semuhizi)

Que la loi sur les partis soit respectée, dissoudre le MDR et si ses adhérents veulent faire la

politique, qu’ils aillent la faire ailleur (Bahizi Gérard) MDR ne devrait pas être toléré, qu’on lui ravisse sa force puisque la population n’est pas contente d’elle (Rwango).

Que le MDR soit dissout pour donner la chance aux intègres de d’adhérer d’autres partis (Nyirahabimana Marthe). Province de Ruhengeri

MDR est le père du MRND et devrait être arrêté comme on l’a fait pour le MRND et la CDR. Le parti n’est pas mauvais plutôt se sont les leaders du MDR qui sont mauvais aussi, personne de Ruhengeri n’est derrière eux, nous sommes dans un parti d’unité qui nous a sauvé aux mains des infiltrés. Les adhérents du MDR n’ont rien fait pour eux et la personne qu’ils n’ont pas vu dans la mort de sa mère ni dans la mort de son père (Bitabwahe Charles qui était propagandiste), MDR doit être aboli.

Que le MDR cesse parce qu’ils ont besoin du parti qui les permet de manger et de dormir, ils

en ont assez avec la vie de la brousse (Birindiro J.M.V) Que le MDR s’arrête puisque leurs conflits peuvent incendier tout le pays. Il a donné l’exemple de SAFARI et de KABANDA qui semblent comme des enfants qui jouent avec le feu dans une maison en paillotte. MDR a une mauvaise image son histoire a traumatisé les gens, sa réforme est impossible et sa réforme n’a aucun avantage, il faut qu’il soit arrêté.

Les partisans du MDR ont besoin de participer dans des camps de solidarité (Col. MUBARAKA MUGANGA). Il y a celui qui a dit qu’il faut peser le bien et le mal que le MDR a fait. Province de Kibuye

Les décisions fondamentale issue de la réunions des vieillards (sages) sont les suivantes : Le MDR ne devrait pas bénéficier un délai de grace car il n’a rien fait de bon. Il est à écarter comme un enfant prodigue.

La loi sur les partis politiques et leur leaders doit être appliqué et de banir toute chose qui sème la division.

MDR doit être aboli car tous les problèmes du pays sont l’oeuvre du MDR Il y a un qui a dit que le parti n’est pas mauvais, que ceux qui sont mauvais sont Kabanda et Twagirumukiza qui devraient être écarté.

Province de Gitarama

Les journalistes devraient écrire des choses constructives ainsi, les autorités de base devraient veiller aux gens qui troublent la sécurité ou qui sèment la division pour les amener aux instances de sécurité. (Mgr Jean Nsengimana).

la réunion de sécurité

MDR devrait être aboli au lei d’aliener les actions que le gouvernement d’unité venait de réaliser.

les vieux (sages)

Peut d’entre eux ont dit que quand même MDR a réalisé certaines belles choses, que ceux qui voient le négatif seulement sont des gens qui ne sont pas juste. D’après eux, c’est le congrès qui va régler les problèmes qui sont au sein du parti. Par aillerurs, les autres trouvent que le MDR devrait être aboli puisque au lieu de suivre le manifeste, certains s’habillent la peau de mouton alors qu’ils sont des loups et cela montre que se réformer est impossible.

Recommandations générales

Alors que les rwandais se préparent à sortir dans la transition en paix, MDR demeure dans les conflits et les divisions. Partant sur la mission que l’ANT la donné pour clarifier le problème du MDR et de ce que le gouvernement a fait pour résoudre :

Ayant constaté que l’idéologie MDR enseignée au rwandais pendant plus de 40 ans et qui a abouti au génocide de 1994 ;

Ayant constaté qu’il y ait un manque de volonté de changer l’idéologie plutôt que MDR à la politique de la poursuivre ;

Ayant constaté que le MDR a intérêt de camper sur cette idéologie

Ayant constaté que le parti MDR a été caractérisé par des conflits et des divisions jusqu’ici ;

Ayant constaté que les efforts des institutions de l’Etat et ceux des médiateurs dans le cadre d’aider à résoudre les conflits, ont abouti à rien ;

Ayant constaté que le parti MDR a un programme de faire la propagande de l’idéologie politique telle qu’il l’a fait en 1993 du temps du MDR PAWA (MDR POWER) ;

Ayant constaté quil y ait un jeu politique concernant ce programme ;

Ayant constaté que certains responsables du MDR usent de leurs postes administratifs et se servent du matériel de l’Etat pour atteindre la population afin de faire la propagande divisionniste

Se basant sur les conclusions de la réunion du conseil nationale pour l’unité et réconciliation de l’an 2000 et celle de l’an 2002 sur le parti MDR ;

Se basant sur les entretiens que la commission a eu avec la population et les institutions de sécurité de certaines provinces avec les recommandations qui y sont sorties ;

Se basant sur les entretiens avec les chercheurs, les experts et les adhérents de 2 blocs en conflit du MDR ;

Vu les conséquences de l’idéologie et la division sur ‘lunité et de réconciliation ainsi que sur la sécurité nationale ;

Vu que l’idéologie du MDR contrarie les programme de l’Etat à savoir : la justice réconciliatrice (gacaca), la décentralisation, le programme électorale, la politique d’unité et de réconciliation,

Se basant sur les indices sérieux donnés par les instances de sécurité témoignant que les conservateurs de cette idéologie sont mobilisés à la sensibiliser aux rwandais ;

Constaté que le seul MDR légal est celui de 1991 ;

La commission trouve que le parlement doit prendre les décisions suivantes :

Le parlement constate que le problème du MDR a dépassé les limites et celles des médiateurs ;

Le parlement trouve que le gouvernement devrait poursuivre et prendre des mesures aux personnes physiques qui continuent d’attiser et de répendre l’idéologie du MDR PARMEHUTU basée sur la discrimination et la division ; en particulier aux dirigeants du MDR qui sont à la tête de ces actions ;

Le parlement demande à la commission nationale d’unité et de réconciliation de veiller davantage sur les systèmes de travail des partis politiques, les associations et les personnes physiques dans le cadre de bloquer toute discrimination d’où quelle vienne ;

Le parlement demande au gouvernement, dans l’intérêt supérieur de la nation et en se basant sur la loi, de résoudre dans l’immédiat et définitivement le problème du MDR.

REMERCIEMENTS.

La commission remercie le bureau du parlement de son assistance pour la réussite du travail en lui trouvant le matériel nécessaire, elle remercie tout le monde à qui il a rencontré ; les représentants du gouvernement, les représentants des instances de sécurité, les adhérents du MDR, les reponsables des provinces que la commission a rencontré difficilement et qui ont essayé de leur trouver les gens quelle voulait dont les vieillards sages dans ce problème. Ils ont contribué en idée qui ont aidé à la commission d’analyser à fond le problème du MDR.

La commission remercie le personnel qui la aidé avec zèle afin de mener à bout sa mission malgré le travail qui était difficile.

Par contre, la commission n’a pas apprécié le travail de certains membres du personnel qui ont témoigné un manque de volonté de collaborer.

La commission na pas également apprécié le comportement de certains membres du MDR à savoir Kavutse Léonard et Rugira Amandin qui se sont ingérés dans le travail de la commission.

Kavutse Léonard a ménacé un des membres de la commission en lui disant que le problème qu’il a amené va éclater sur lui.

Quant à Rugira Amandin, il a dit à un député membre de la commission qu’il a su ce qu’on a écrit sur lui, il a ajouté « BIRABE IBYUYA » (que cela n’ai pas des poursuites).

Aussi, pour le temps qui a été imparti à la commission alors que le travail que le parlement lui avait donné était difficile, elle profite de cette occasion pour s’excuser aux députés et aux lecteurs de ce rapport pour les erreurs de rédaction qui s’y trouveraient surtout dans les rapports d’entretien avec les différentes personnes interviewées.

Fait à Kigali, le 17 Mars 2003.

Paraphé par les membres de la commission.

À propos Theo

"Je ne nourris aucune prétention de devenir un Jean Bertrand Aristide. Je fais ce que je crois être mon devoir auprès des gens, voilà c'est tout. Je ne fais aucune politique politicienne. J'essaie toujours, en collaboration de mes frères et soeurs humains, d'orienter les autres dans ce que je crois être le chemin du bien. Tu me rendrais un grand service, si tu me disais là où je commets une erreur dans mes démarches. Et là je dirais que "se tromper est humain". Ne me prêtez pas l'intention de vouloir manipuler les gens, comme le font nos mecs qui croient nous gouverner. Non, là ce n'est pas mon choix. Est-ce la première fois que vous apprenez que les prêtres complètent leur formation philosophique et théologique dans différents domaines? Pourtant c'est comme ça, nous sommes présents dans différents domaines qui concernent les valeurs humaines. Si l'Eglise n'agissait pas ainsi, il serait difficile pour elle de se faire une idée exacte sur ce que sont en train de vivre les chrétiens qu'elle considère comme ses enfants." (A la journaliste Agnès Murebwayire, le 4 mai 2009)

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

l'étudiant |
LE JARDIN DE L’AMITIE |
wildcatsworld |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | wwwfodelinfo
| Infos du jour
| Mosaïque