Accueil Actualités Curieux de connaître le déroulement d’une leçon singulière de morale? Ici le fameux discours de Murambi!

Curieux de connaître le déroulement d’une leçon singulière de morale? Ici le fameux discours de Murambi!

0
0
27

Discours de son Excellence le président de la République Paul Kagame prononcé à Murambi, le 7avril 2007

Ijambo Nyakubahwa Perezida wa Repubulika Paul Kagame yavugiye i Murambi taliki 7 Mata, 2007.

Banyacyubahiro mwese muri hano, harimo  n’abashyitsi baje kwifatanya natwe hano; Banyarwanda banyarwandakazi; Baturage bo muri iyi Ntara y’Amajyepfo; Reka mbasuhuze. Hanyuma nyuma yo kubasuhuza, ndibugerageze kuvuga amagambo make. Nkatangire mvuga ko uyu munsi, kandi uhora uza buri mwaka, ubu bikaba bibaye ku nshulo ya 13, ni ngombwa. Ni ngombwa, usibye ko amateka nk’aya atakwibagirana gusa. Kuko yibagiranye twaba tutaravanyemo amasomo ahangije cyangwa ingaruka mbi nk’izo twabonye. Kandi ni ngombwa ko kwibuka bihoraho kuko kwibagirwa byorohera benshi. Usibye ko kwibagirwa nubwo byorohera benshi bigatuma amateka asibangana, abantu bakaba basubira mu mateka mabi; bikurikiraho ko noneho n’abantu bakomeza umuco wo kwirengangiza ibibi, ndetse bigakomeza n’umuco wo gukora ibibi nkana. Ni ukuvuga rero ko kwibuka bizahoraho. Binaduha n’umwanya wo kuvuga rimwe na rimwe byinshi bitagiyemo amarangamutima. Ubwo mu mirimo dukora y’ubuyobozi; mu buryo tubana n’amahanga, habamo umuco, umuco wo kuvuga ngo tugomba kunyura ibintuhejuru, ukavuga neza ntutoneke abantu,

ntugire ute; uwo muco bamwe muri twe uratugora.

Kenshi hari n’ubwo tuvuga ibintu ugasanga n’abantu baje kutugira inama ko umuntu nka Perezida cyangwa se umuntu w’umuyobozi ko hari ibintu atavuga. Ako kazi kazangora niba hari ibintu umuntu agomba kuvuga ntavuge, cyangwa akabivuga abinyura hejuru gusa. Ariko uyu munsi ndaboneraho umwanya wo kuvuga bimwe ntabinyura hejuru.

Aha duhuriye I Murambi hafite amateka. Isibye amatela yo kuba barahakoreye jenocide bakica abantu kubera ari abatutsi, uretse ko byari bisanzwe mu mateka ko abatutsi bagomba gupfa. Ni ibya kera kuko bamwe muri twe kera tukiri abana batoya muri za 60 nyine, bihereye muri za 59, hari abashoboye

kwambuka imipaka baba impunzi abandi batabishoboye baricwa, ariko ayo ni amateka yacu.

Ntabwo ubu ari amateka ya mbere y’abantu bacika kw’icumu, ahubwo ni uko ubu ariyo yarushijeho kuba mabi urebye uko byabaye n’umubare. Byari bisanzwe rero. Ariko hano I Murambi icyo mvugira ko hafite amateka byabaye na ngombwa ko tuza kuhibukira aya mateka yacu mabi. Hafite n’ikindi kimenyetso.

Hafite ikimenyetso cy’uko hagaragarira gutsindwa n’icyaha kw’abantu benshi. Icyo cyaha cyatumye jenocide iba, amateka mabi. Aha hari byinshi bigaragaza uko gutsindwa kw’abantu benshi. Abo Bantu benshi ni abahe. Abo Bantu benshi mvuga; reka mpere ku banyarwanda twebwe ubwacu. Ni ikimenyetso cy’uko abanyarwanda twananiwe, twatsinzwe

tugatsindwa n’icyaha. Icyaha cya politike mbi; icyaha cyatumye jenocide iba.

Uhereye kuri leta, leta yari iriho icyo gihe; abayobozi b’igihugu ku nzego zose bariho icyo gihe; batumye jenocide iba; bayigizemo uruhari, kuva na kera bamwe muri bo bashyigikiye iyo politike mbi. Hari ikimenyetso hano cy’uko gutsindwa. Hari ikimenyetso cyo kutsindwa n’icyo cyaha no ku zindi nzego zose zitari inzego z’ubutegetsi bw’igihugu gusa. Indego zaba iz’amadini, imiryango isanzwe y’abanyarwanda; ahangaha hari icyaha. Reka mbaze mvuge kuri icyo cy’abanyarwanda muri twebwe.

Iby’inzego z’imiyoborere, inzego za politike, zo rwose, icyaha ni cyo turwana nacyo kukirandura no gukosora ibitaragenze neza. Ariko icyo cyaha kirahari. Ku by’amadini, abakorera kwigisha abantu kubana, abakorera kwigisha ijambo ry’imana. Nabo hari icyaha cyo gutsindwa n’ibyateye jenocide. Ariko ibyo byose, noneho no kuri buri muryango nyarwanda waratsinzwe.

Twabigenza dute rero kugirango duhindure aya mateka kuko ni nacyo dukwiriye kuba twibuka ahangaha usibye kwibuka abacu bahaguye batagira umubare bazize ubusa; tuba dukwiriye noneho kwibaza icyakorwa kugirango ayo mateka tuyandure n’iyo politike tuyirandure.

Ntabwo byashoboka twebwe ubwacu tutisuzumye. Kugirango umuyobozi uwo ariwe wese, kugirango abakuriye ayo madini bigishe abantu kubana, bigishe ijamabo ry’imana, bigishe ibyiza,

kugirango bihinduke ni uko nabo bisuzuma. Abantu bakareka guhora badashaka kumva ubabwira ko hari icyaha bakoze; hari integer nke bagize kandi byarabaye.

Uvuze umupasitoro wagize nabi; uvuze umupadiri wagize nabi; uvuze umusenyeri wagize; ubwo icyo gihe abantu basubira inyuma bakavuga ko wakoze ishyano wavuze amadini. Iyo uvuze Sheh wagize nabi, abantu bakavuga ko wakoze ishyano wavuze amadini.

Ariko ku rundi ruhande, abantu bakaba batubwira bati ariko ni byo. Ntabwo ari amadini yagize nabi. Reka tuvuge ko aribyo. Batu ni abantu bagize nabi. Ariko abo bantu iyo bavuzweho kuki ugaruka ukavuga ngo bavuze idini nabi kandi bavugaga ba bantu. Aho ubushakiye uravuga uti idini muri rusange nta cyaha ryakoze. Aho nemeranijwe nawe.

Kuki iyo bavuze uwagize nabi noneho ku giti cye ubihindura ko bavuze idini. Ibyo nabyo ni icyaha. Ni icyaha kandi kizababuza uburenganzi bwo guhagarara imbere y’abantu ngo mubigishe kuko nta byo mufite mubigisha igihe muhakana ibi bintu. Umuntu ukoresha ukuri yari akwiye kwemera aho icyaha kiri, agakora kugirango ahubwo kitazongera kuba. Ni nabyo batwigisha. Mu magambo gusa.

Ibyo barabizi iyo babitwigisha. Ariko mu ngiro, bikababera ikibazo. Mureke rero, kugirango duhindura u Rwanda twubake u Rwanda rushya rwacu rw’ejo, rw’abanyarwanda bose bakwiye kub barimo, tureke gutwikira ibintu ngo twigire abere aho tutari abere. Ni bwo byahinduka

gusa.

Naho ibindi bizaba ari ukugumana ibirarane tugomba kuzishyura ; gutegereza icyo tuzakora kuko tugomba kwisyura uyu mwenda dufitiye abanyarwanda ; dufitiye igihugu cyacu ku bijyanye n’amateka yacu. Aha na none ntabwo hagarukira ku banyarwanda gusa. Ikiza cya Murambi, ntabwo bigarukira ku banyarwanda twebwe gusa icyaha twakoze. Dukwiye kuba twicuza, dukwiye kuba duhindura imico yacu kigirango duhindura aya mateka. Aha I Murambi hagararira gutsindwa n’icyaha cya jenocide n’amahanga. Amahanga yaratsinzwe.

Amahanga yagize uruhari muri jenocide y’u Rwanda. Amahanga ntabwo yagize uruhare gusa mu mateka yatumye jenocide iba, Amahanga muri yo hari abakoze jenocide rwose barayikora nk’abanyarwanda uko twayikoze. Usibye kubitera, baranabikoze. Abo nabo, inama ni nkiyo nagiraga abanayarwand. Abo nabo, inama na’abagira ni nk’iyo nagiraga abanyarwanda. Kwemera icyaha noneho tugatera intambwe tugahindura ntitube twasubire mu byo twakoze, ari mu Rwanda, abo banyamahanga batazanabikora n’ahandi.

Na none kugirango amahanga ajye ahora atwikira ibintu, ashaka uko yakwivana mu cyaha, akaba aricyo ayo mahanga ashyira imbere, ayo mahanga akwiye kwemera icyaha akakicuza, akagisabira abanyarwanda imbabazi. Ikibigaragaza ni iki? Ikibigaragaza ni byinshi. Hari ibyo batubwiraga abari bari hano I Murambi.Gukinira ku mva z’abantu z’abantu bishwe muri jenocide, ukabakiniraho umupira ukabakiniraho

volley ball, ntabwo ari icyo gusa…ntabwo aro volley ball bivuze.

Bivuze ikintu kini cyane. Bivuze kwerekana ko icya mbere cyabazanye aho ni ikindi. Ntabwo cyari ugukiza abantu nkuko bavugaga ko bagomba gukiza abantu, ahubwo ni ukubica. Icya kabiri ni ukwerekana ko ubuzima bw’abo Bantu bakinirira hejuru nta gaciro bufite. Ariko abo Bantu bakinira hejuru ntabwo ari ba bandi gusa barimo, ni abanyarwanda twese.

Bariya Bantu bari muri iriya mva, abantu bakinira hejuru ntabwo ari uriya mubare w’abantu barimo gusa. Ni ukuvuga ngo barakinira ku buzima bw’abanyarwanda twese. Ni ukwerekana ko ariko gaciro baduha, ko nta gaciro dufite. Byatera imbere ibyo nabyo bakumva ko bidahagije. Abongabo bakinira hejuru y’ubuzima bw’abanyarwanda, kakinira ku mva z’abo bamaze kwica cyangwa kwicisha, za politike yabo imaze kwica cyangwa kwicisha bagasubira inyuma noneho akaba aribo bashaka gucira abanyarwanda bishe urubanza.

Bagashaka kubacira urubanza bakavuga ko aribo bisho abo bamaze kwica, kandi barangiza bagashaka kubacira urubanza. Bakabacira urubanza no mu buryo butari bwo. Kuko, bo, abo banyamahanga bafite

urwo ruhari, nibo bashaka kuba
abagenzacyaha, bakongera bakaba
abashinjacyaha, bakongera bakaba
abacamanza mu rubanza rumwe.  

Bazica nibarangiza bacire urubanza victims, abo bamaze kwica.

Abo banyamahanga bumva ko bafite ubwo burenganzira. Niyo mpamvu abari aha muri zone Turquoise y’abafaransa n’abandi bari bafatanije n’abo; ibyo abanyarwanda batubwiraga bari hano, ni ubuzima

babayemo, ntabwo ari inkuru bumvise. Ibyo uko abafaransa baje hano muri Turquoise baje gushyigikira interahamwe nkuko banazishyigikiye na mbere zijya kwica n’uko baziremye bakazigisha, barangiza bakaziha intwaro, barangiza aho zigenda zineshwa bakaza kuziterara inkunga, kuzifasha kuzirwanirira, gufasha kwica abanyarwanda, ntabwo ari ibanga.

Nta n’ubwo ari impuha. Ariko ngo ubivuze, aba akoze icyaha. Bati difute urutonde rw’abanyarwanda tugomba gucira urubanza, bahanuye indege. Mu ndege harimo iki kigomba kwica abanyarwanda miliyoni? Muri iyo ndege abafaransa bari babitsemo iki kigomba kwica miliyoni y’abanyarwanda? Abafaransa bagira bate uburenganzira bwo kuvuga ngo baracira abanyarwanda urubanza? N’indege bakagenda bakayishyira kuri jenocide. Jenocide hano I Murambi, hano muri icyahoze ari Gikongoro, hano muri iyi Ntara y’amajyepfo, jenocide, kwica abatutsi byatangiye muri 59. Muri 59 n’iriya ndege bavuga yahanuwe ishobora kuba yari itariyakorwa itarajya no muri factory; ntaho bihuriye.

Abo bavuga bashaka gucira urubanza, ni victims ya politike yabo mbi; y’abo bafaransa n’abo bafatanije nabo bahinduye u Rwanda bakaruhindura uko rwabaye. Abo bavuga bashaka gucira urubanza nibo barwanije politike yabo mbi yagize u Rwanda uko rwabaye; yatumye jenocide iba mu Rwanda. Ariko amahanga agahagarara ngo azacira abantu urubanza, urubanza ro gukora iki? Babifitiye burenganzira ki? Ntabwo bishoboka kuko ataribyo,nta n’ubwo ari byo. Ikijya kimbabaza ni kimwe. Icyo ndegreta ni kimwe. Ibihe byahindutse vuba abicaga umuntu atahashyije bihagije. Icyo nicyo cyaha numva nfite. Ntitwashoboye gukora ibihagije; kugirango abicaga, kuko n’aba bicaga bari aha muri Turquoise bagiye tutabonanye; tudahuye nabo. Umuntu

yajyaga kubamariramo rwose umujinya, bakagira icyo bajyana bavanye mu Rwanda.

Na bariya bandi baducitse bakambuka ubu bakaba bagaruka tukabakira neza kongera kuba mu banyarwanda, ikijya kimbabaza, ntabwo twabonye umwanya wo kugirango bamwe be kugera aho bajyaga. Icyo rwose ndakivuga aha kumugaragaro, nicyo kimbabaza. Kumara kwica warangiza ugacika, ukagenda noneho hakazaba n’abaza kukuburanira ngo na RPF nayo ngo yarishe yishe abantu? Yishe abahe se? Miliyoni zikarinda zambuka zimaze kwica?

RPF yishe abahe. RPF igira neza gusa. Cyangwa yararangaye sinzi.

Ariko ngirango ni uko ubushobozi bwari buhari butari buhagije. Ngirango ntitwajyaga gukora buri kintu cyose uko gishoboka. Niyo mpamvu nsubira inyuma nkicuza. Umutima wo twari tuwufite wo guhagarika ibyabaga. Ariko ubushobozi bubikora ku buryo buhagije, ku buryo twashoboraga kurengera abantu bapfaga aho gupfa miliyoni imwe iyo dushobora gukiza abantu ibihumbi magana angahe kubera ko twashoboye gukora ibishoboka iyo tuza kugira ubwo bushobozi, nicyo cyajyaga kunshimisha.

Jye rero nicyo kimbabaza gusa. Naho ibindi, abavuga ubusa birirwa bavuga nyine, ntacyo bahindura kuri ayo mateka. Nta n’ubwo bakwiriye kujya bahindura amateka ngo bayavuge uko atari. RPF? RPF ahubwo yari ikwiriye kubacira urubanza n’abishe abantu n’ababashyigikiye. Niyo ikwiriye kuba ihagarara ahantu igacira abantu urubanza. Ntabwo yo kuyicira urubanza bishoboka. Ntabwo bishoboka. Nta nubwo bifite n’aho

bishingiye.

Ariko uwo mwenda ni wo numva mfite. Ntabwo twakoze ibihagije kuko ntitwari dufite ibihagije bituma tubikora. Ariko ubu noneho, uwabisubira bwo byagorana rwose. N’ubu nabasubira bakabikora nk’abo b’imbwa nyine nabo birirwa bambika imbwa ibintuza n’abo aba ari imbwa. Urumva ni ibintu umuntu umwe agira atya akihisha akica umuntu. Ariko politike yakongera kubigira gutyo, bikajyamo abantu babyitabira kubikora, icyo gihe bwo icyo tutakoze kiriya gihe bwo kizakorwa. Kurwanya ikibi wihanukiriye nta cyaha kirimo na busa.

Ibihe byarahindutse rero, byahindutse vuba, bidushyira mu kindi gihe ugarura umuntu ukamukarabya ukamwambika yarangiza akakunyura inyuma akajya kugusenyera cyangwa akajya kukuvuga nabi. Ubwo ni ibyo bihe tugezemo. Niyo politike y’isi tugezemo. Ariko, abo ngabo mujya mwumva, numvaga bavuga Bruguière niba ari Bruguière nta kirimo nta na busa. Nta kintu kimurimo. N’abo akorera, n’iki…bafite icyo cyaha. Icyaha bafite cya jenocide hano mu Rwanda ahubwo nicyo kizabagirira nabi, kizabagaruka.

Abo bavugaga Peraudin bande…, abo bose nyine baraducitse baragiye nta kibazo. Ariko nta bazagaruka. Ubwo rero ayo mateka ya hano ni uko amaze. Abo banyamahanga …abanyamahanga bakongera bagakoresha noneho n’abanyarwanda. Abanyarwanda bamwe bagitekereza nabi cyangwa batekereza

nabi kubera ko bakoreshwa.

Ikindi nasabaga n’uko n’abo banyamahanga batajya, amateka y’u Rwanda bareke kuyajyamo ngo bayatobange bayagire uko bashatse. Twe kunabibaha natwe, twe kubibemera ko biba. Ngirango nabwo iyo ubona abanyarwanda bamwe badafite amateka ayo ariyo yose, badafite n’icyo bakoze, abanyamahanga bakajya kubagira ngo ni intwari, intwari zo muri jenocide. Jyewe ndacyategereje kugeza na n’uyu munsi abantu bagirwa intwari n’abo banyamahanga bavuga ko ari intwari muri jenocide, ndashaka kumenya umuntu n’umwe bakijije ntabwo ndamumenya n’umwe.

Nabo kandi urababaza ngo bazi ko gusa bakijije abantu, bagafata umuntu ngo Rusesabagina usigaye ujya hanze wiriwa… igisambo akorana n’ibindi bisambo, ibisambo bimushyigikira, biriwa bavuga ko ibintu bigiye gucika mu Rwanda, ngo habayeho jenocide y’abatutsi ngo ubu hari hafi gukurikiraho iy’abahutu. Uwo ni Rusesabagina. Ariko ntabwo ari Rusesabagina buriya, ni abamukoresha. Ni igikoresho cy’abantu bahora bashaka guhindura amateka y’u Rwanda bakayagira ku buryo babona aho bihisha icyaha bafitiye u Rwanda, icyaha bakoreye u Rwanda.

Ubutwari bw’abanyarwanda bareke abanyarwanda babuvuge…hariya yatubwiraga umuntu wamukijije, akamugemurira, akamuhisha byamunanira akamugira inama uko yagenda, uwo ko tumuzi ko tumuzio ko bamutubwiye, abandi bo bababwiwe na nde? Abo banyamahanga rwose ndabasaba ko bajya bareka kujya batuvangavangira

bagatatobanga amateka y’u Rwanda. Uruhari bayagiyemo rwo kuyangiza birahagije bikongera no kuyatobatoba ku buryo bundi.

Ariko nkuko abanyarwanda twanze gupfira gushira, nkuko na jenocide itaje ngo irangize abanyarwanda, ni nako hari abo banyarwanda bagifite imico mibi na politike mbi ijyanye na jenocide; niko nabwira n’abo banyamahanga birirwa bakina imikino iraho bakinisha abanyarwanda badusubiza inyuma, ko rwose gahunda yo gushaka kubaka u Rwanda rusya, yo kuruteza imbere, yo gushaka ko abanyarwanda bariho batapfuye bakomeze babeho, iyo ngiyo yo ntabwo isubira inyuma kandi twiteguye no kurwana urwo rugamba nkuko twarwanye n’urwa jenocide.

Urwa jenocide rwo n’ubwo tutakoze ibihagije kuko tutari tubishoye, ubu bwo tuzakora ibihagije. Kandi twiteguye kurwana urwo rugamba n’ushaka kurushoza uwo ariwe wese mu buryo difite ubwo aribwo bwose. Kuko kutabikora ni icyaha. Kandi kutabikora, kutarwanira igihugu, kutarwanira ukuri kwawe ugomba kugira, ngirango ingaruka zabyo ni zo mbi cyane kurusha kubyemera ngo undi abiguhe aho abishakiye; aguhe ibindi ashaka bitari ukuri; bitari uburenganzira bwawe; nkuko abantu n’ubundi bakwiye kuba bariho.

Nagirango nsubiremo rero gusaba abacitse kw’icumu, ko bajya bakomeza kwihangana. Bajye bakomeza kwihangana kuko tunabasaba na byinshi birenze ibyo twari dukwiye kuba dunabasaba, byinshi birenze ibyo dusaba abandi. Abandi se…cyane cyane nk’abishe bo, twabasaba iki? Abatumye iyi politike ibaho

bakanayikoresha bakica abantu bo
ntidufite icyo twabasaba kuko ntacyo
bafite.    

 

Niyo mpamvu tugaruka kubacitse kw’icumu tukaba aribo tukisaba kuko aribo bagifite. Icyo bafite ni iki? Bashobora gutanga izo mbabazi. Ntibibagirwe gusa, twese ntitwibagirwe ariko izo mbabazi bakazitanga kuko nibo bazifite. None se abishe bo twabasaba iki? Ntacyo bafite. Ntacyo bafite twabasaba. Nta kintu kizima bafite twabasaba usibye ko tubasaba kugishaka gusa, icyo kizima bagira muri bo kugirango igihugu gishobore kubaho. Hanyuma, ibibazo byo byavuzwe birazwi; biriho ariko niko tuzajya dukomeza gushaka uko byakemuka; tuzajya dukoresha uburyo ubwo aribwo bwose mu bishoboka. Rimwe, tugafatanya ndetse no muri ariya mahanga aba arimo abadafite uruhari muri aya mateka kandi bumva n’ikibazo; bafasha u Rwanda; bafatanya n’u Rwanda.

Ibyo bihugu by’amahanga turabishimira ko hari ibyo bidufasha, tukanifuza ko byakomeza gufasha kugirango noneho tubone no gufasha n’abacitse kw’icumu no gufasha n’abanyarwanda muri rusange kugirango igihugu gishobore gutera imbere. Ibyo, tuzakora igishoboka cyose dutere intambwe uko tugenda dutera intambwe (ntibyumvikana neza, ariko ndumva ari “hari imikorere”) y’abantu, hari n’abantu badakora neza rimwe na rimwe ariko bitajya muri iyo mikorere ya jecocide; ari imikorere mibi gusa isanzwe, umuntu agahora akosora; ahana; akurikirana kugirango dushobore gutera imbere. Ibyo ngirango nibyo tuzakomeza gushyigikira no kugirango u Rwanda rwongere rubeho; abanyarwanda bongere babeho kandi barusheho no kubaho neza batera imbere.

Nagirango rero nsoreze ahangaha nsaba abanyarwanda bose ko bakomeza kwihangana, kandi bagakomeza gushaka gukora. Gukora; kwiteza imbere; gukorera igihugu cyabo no guhangana n’ibi bibazo. Ibi bibazo biriho ntitubitinye duhangane nabyo. Nta mpamvu. Mwahungira hehe se ibibazo? Ibibazo dufite abanyarwanda babihungira hehe usibye guhangana nabyo.

Kandi ndibwira ko harimo abanyarwanda benshi biteguye guhangana nabyo; tukabikemura, bishingiye ku kuri; ku majyambere; ku miyoborere myiza; ku mibereho myiza y’abanyarwanda n’uburyo bagira uburenganzira busesuye.

Murakoze

 

*********************************

Traduction

 

Discours de son Excellence le président de

la République Paul Kagame prononcé à Murambi, le 7avril 2007. Excellences qui êtes ici présents et dontparmi vous il y a des visiteurs qui sont venus nous soutenir, Rwandaises, Rwandais, Habitants de cette région du sud, laissez-moi vous saluer, après les salutations je vais essayer de dire peu de mots. Je voudrais commencer en disant que cette journée qui est toujours commemorée chaque année et qu’aujourd’hui est commemorée pour la 13eme fois est très importante. C’est très important sauf que les événements comme ceux-ci ne doivent pas être simplement oubliés. Parce que si jamais ils tombaient dans l’oubli, c’est que nous n’aurions pas tiré de leçons nécessaires ou des suites fâcheuses comme celles que nous avons subies. En plus c’est très obligatoire de se souvenir toujours car, c’est facile pour certains d’oublier. Même si c’est beaucoup plus facile pourcertains d’oublier faisant oublier l’histoire et conduisant ainsi les gens à recommencer les mauvaises actions du passé et à continuer la mauvaise habitude de ne pas reconnaître ce qui est mal, ce qui renforce la mauvaise habitude de commettre des crimes en ame et conscience. C’est dire donc que nous nous souviendrons toujours. Ceci nous donner l’occasion de dire beaucoup de choses sans état d’âme. Dans la façon dont nous exerçons notre fonction de dirigeant, dans nos relations avec l’étranger, il y a une habitude, un comportement de il y a une habitude, un comportement de blesser les gens, de ne pas être direct. Ce comportement est en quelque sorte pour

certains d’entre nous très difficile.

Des fois nous disons des choses, et nos conseillers nous avertissent qu’il y a des choses qu’un président, un dirigeant quelconque ne doit pas dire. Ce travail me sera très compliqué, s’il y a des choses à révéler et qu’on ne doit pas révéler, ou de les évoquer d’une façon évasive. Mais aujourd’hui je saisirais l’occasion de dire certaines choses sans les survoler.

Cette place où nous nous rencontrons à Murambi a une histoire. A part les événements tel que le génocide qu’on y a perpétré, en tuant les gens parce qu’ils sont des Tutsi, mais c’était courant dans l’histoire que les Tutsi doivent mourir. Cela date de longtemps car, certains parmi nous, quand nous étions encore des enfants dans les années 60, en commencant vers 59, il y a ceux qui ont eu la possibilité de traverser les frontières et sont devenus des réfugiés, ceux qui ne l’ont pas pu ont été tués, mais ça c’est notre histoire.

Maintenant, ce n’est pas la première fois qu’il y ait des rescapés, mais c’est que cela a été pire qu’avant, dans la façon dont cela a été fait et le nombre de victimes. C’était donc une habitute. Mais ici à Murambi, c’a été particulier et c’est pourquoi nous avons décidé de venir y commémorer nos malheurs. Mais cet endroit reflète un autre symbole.

Il (cet endroit : Murambi : NDLR) a un signe que beaucoup de gens y ont été vaincus par le péché. La victoire du péché a fait qu’il y ait génocide, histoire tragique. Ici il y a beaucoup de preuves qui démontrent que beaucoup gens ont été vaincus par le péché. Quelle est cette foule de gens ? Quels sont ces gens dont on parle ? Laissez-moi commencer par nous même les Rwandais. C’est un signe que nous Rwandais nous

étions fatigués, nous avons été vaincus, nous fumes vaincus par le péché. Le péché d’une mauvaise politique, le péché qui a occasionné le génocide.

A commencer par le gouvernement de l’époque, à tous les échelons de l’administration du pays, qui à l’époque ont fait qu’il y ait génocide et qui y ont participé. Depuis longtemps parmi eux, il y a des gens qui ont soutenu cette mauvaise politique. Ici il y a un signe d’être vaincu. Au niveau d’autres échelons que ceux de l’état, se voit le signe d’être vaincu par ce péché. A tous les niveaux, que ce soit des églises, des associations, ou au niveau des simples familles rwandaises, ici il y a un péché. Laissez-moi tout d’abord parler du péché qu’ont commis certains d’entre nous les rwandais.

En ce qui concerne les organes de direction du pays, les organes politiques, ceux-ci surtout, nous nous battons pour déraciner ce péché et pour corriger ce qui n’a pas bien marché. Mais ce péché est là. Concernant les confessions religieuses, ceux qui ont comme travail d’enseigner aux gens de bien vivre ensemble, ceux qui enseignent la parole de Dieu, chez eux aussi, il y a ce péché d’être vaincu par ce qui a causé le génocide. Mais, de tous ceux là, il y a encore que chaque famille rwandaise a été vaincue.

Comment pouvons-nous faire alors pour changer cette histoire, car c’est sur cela que nous serions entrain de méditer ici aujourd’hui en plus de nous souvenir de beaucoup des nôtres qui y ont été tués en tant que victimes innocentes. Nous devrions maintenant nous poser la question de savoir ce qui doit être fait pour changer l’histoire et déraciner cette mauvaise politique.

Cela ne sera pas possible sans que nous fassions nous même un examen de conscience. Pour que chaque dirigeant qui qu’il soit, pour que les responsbles de ces confessions religieuses enseignent « le bien

vivre ensemble entre les hommes », enseignent la parole de Dieu, pour qu’ils donnent un bon enseignement, pour que cela change, il faut que eux aussi fassent leur examen de conscience. Les gens doivent cesser de ne pas vouloir écouter celui qui leur dit qu’ils ont commis un péché, ils ont été faibles et ca a été ainsi.

Celui qui parle d’un pasteur qui a mal agi, d’un prêtre qui a mal agi, d’un évêque qui a mal agi, à ce moment les gens s’adonnent à cœur que tu es un profanateur, que tu as critiqué les religions. Quand on parle d’un Scheh (chez les musulman équivalent d’un pasteur) qui a mal agi, les gens disent que l’on est un profanateur, que l’on a critiqué les religions.

Mais de l’autre côté, les gens reviennent et nous disent que c’est la vérité. Ce ne sont pas de religions qui ont mal agi. Laissez-nous dire que c’est vrai, que ce sont des individus qui ont mal agi. Mais quand on parle de ces individus pourquoi y revenir et dire que l’on a critiqué des religions alors que l’on parlait des individus ? Quand on le veut l’on dit qu’en général les religions n’ont pas commis de péché. Là je suis d’accord avec vous.

Pourquoi quand on critique celui qui a mal agi, tu y reviens et tu dis que l’on s’attaque aux religions ? Cela aussi est un péché. C’est un péché et cela vous privera de vos droits de se mettre au devant de la scène pour enseigner aux gens alors que vous n’avez rien à leur enseigner aussi longtemps que vous niez ces choses. Un homme de vérité devrait reconnaître là où le péché a été commis, et travailler pour que cela ne recommence plus. C’est ce qu’ils nous enseignent. Mais ce ne sont que des mots.

Quand ils nous enseignent ils savent cela. Mais pour les mettre en action, cela leur devient compliqué. Cela étant, pour que nous changions le Rwanda, pour que nous construisions un nouveau Rwanda, le notre de demain, celui où tous les Rwandais devraient vivre, nous ne devrions pas couvrir

les choses et nous faire passer pour des innocents alors que nous ne le sommes pas. C’est delà que ce pourrait seulement changer.

Autrement ce serait resté avec des dettes qu’il nous faudra rembourser, attendre ce que nous devons faire car, nous devons rembourser la dette que nous avons envers les Rwandais ; une dette que nous avons envers notre pays en ce qui concerne notre histoire. Ici encore ça ne s’arrête pas sur les Rwandais seulement. Ce qui est positive à Murambi c’est que le péché que nous avons commis ne s’arrête pas sur les Rwandais seulement. Nous devrions nous repentir, nous devrions changer nos habitudes pour enfin réécrire l’histoire. Il est visible ici à Murambi que la communauté internationale a été vaincue par le péché du génocide. La communauté internationale a été vaincue.

La communauté internationale a une part de responsabilité dans le génocide rwandais. La communauté internationale n’a pas seulement cette part de responsabilité dans ce qui a fait qu’il y ait génocide, mais une partie de la communauté internationale a participé dans le génocide rwandais, et réellement elle l’a fait comme nous Rwandais nous l’avons fait. Non seulement elle a fait qu’il y ait génocide, mais aussi elle y a participé. A ceux là, les conseils que je peux leur donner, sont comme ceux que j’ai donné aux Rwandais. Accepter le péché, ainsi faire un pas en avant et changer, pour que nous ne recommencions pas à faire ce que nous avons fait, que ce soit au Rwanda, et que ces étrangers ne le recommencent pas ailleurs.

Ainsi, pour que la communauté internationale ne continue pas à masquer les choses en voulant se laver du péché, et c’est ce qu’elle avance toujours ; elle devrait accepter d’avoir commis un péché, se repentir et demander pardon. Qu’est ce qui le prouve ? Il y a beaucoup de preuves. Il y a ce qui nous a été raconté par ceux qui étaient présent ici à Murambi. Jouer sur la tombe de ceux qui ont été tués pendant le génocide, jouer à la balle sur leur tombe, jouer au volley ball sur leur

tombe. Ce n’est pas cela seulement, y jouer du volley ball n’est pas la seule signification.

Cela signifie beaucoup de chose. Cela montre premièrement qu’ils sont venus ici avec un autre objectif. Ce n’était pas pour sauver les gens seulement, comme ils le proclamaient qu’ils venaient pour sauver les gens, au contraire c’était pour les tuer. Deuxièmement, ils ont montré que la vie de ces gens n’avait pas de valeur. Mais, les gens sur lesquels ils jouent dessus, ce ne sont pas seulement ceux qui se trouvent dans cette tombe, mais ils jouent sur nous tous Rwandais.

Toutes ces personnes qui sont enterrées dans cette tombe sur laquelle les gens jouent dessus, ne signifient pas seulement le nombre qui est dedans. Cela signifie qu’ils jouent sur la vie de nous tous Rwandais. Cela prouve ce que nous valons rien à leurs yeux ; pour eux nous n’avons pas de valeur. En plus de cela, ils croient que cela ne suffit pas. Ceux-là qui jouent sur la vie des Rwandais, qui jouent au dessus de la tombe de ceux qu’ils viennent de tuer ou de faire tuer, leur politique qui tue ou qui fait tuer et après ce sont eux qui disent qu’ils voudraient entamer un procès contre les Rwandais qu’ils ont tué.

Ils veulent leur attenter un procès en disant que les Rwandais ont tué alors que ce sont eux qui les ont tués ; après ils veulent encore les juger. Et ils veulent leur attenter un procès d’une manière injuste. Parce que , ceux-là, ces étrangers, ce sont eux qui ont cette part de responsabilité eux qui voudraient être des juges d’instruction, et aussi des procureurs et encore être des juges dans un même procès. Ils tueront et après ils jugeront les « victims », ceux qu’ils viennent de tuer !

Ces étrangers croient qu’ils ont ce droit. C’est pourquoi, ceux qui étaient ici dans la zone turquoise des Français, et ceux qui les ont aidés ; ce que nous racontaient les Rwandais qui vivaient ici, c’est ce qu’ils ont

vécu, ce ne sont pas des racontars. Ce, comment les Français sont venus ici dans la zone turquoise pour aider les Interahamwe, comment ils les ont crées et formés, et après leur donner des armes. Là où ils étaient battus, ils les soutenaient, se rangeaient parmi eux dans les combats, les aider à tuer les Rwandais, cela n’est pas un secret.

Ce ne sont pas non plus des rumeurs. Mais celui qui en parle, commet un péché. Ils révèlent qu’ils ont une liste des Rwandais qui ont descendu l’avion, auxquels ils vont entamer un procès. Qu’est ce qui était dans cet avion pour qu’on tue un million de Rwandais ? Dans cet avion qu’est-ce que les Français gardaient dedans pour que soit tué un million de Rwandais ? Quel droit les Français ont-ils de dire qu’ils vont juger les Rwandais ? Même l’avion, ils l’associent au génocide. Génocide ici à Murambi, à cet endroit de ce qui était la préfecture de Gikongoro, aujourd’hui appelé le District du Sud, génocide, tuer les Tutsi a commencé en 1959. En 1959 même cet avion dont on parle qu’ il a été descendu, le modèle n’était pas encore arrivé dans l’industrie, ainsi cela n’a pas de rapport.

Ceux à qui ils voudraient attenter un procès, sont des victimes de leur mauvaise politique, de ces Français et de leurs complices, et de ceux qui ont transformé le Rwanda tel qu’il est devenu. Ceux dont ils veulent juger sont ceux qui ont combattu leur mauvaise politique qui a fait du Rwanda ce qu’il est devenu, celle qui a fait qu’au Rwanda le génocide ait lieu. Mais la communauté internationale se donne le toupet de dire qu’elle va juger les gens, pourquoi faire. De quel droit ? Ce n’est pas possible puisque ce n’est pas juste, ce n’est même pas vrai. Il n’ y a qu’une chose qui m’attriste. Je ne regrette qu’une chose. Les événements ont très vite tourné cours sans que l’on puisse suffisamment punir ceux qui tuaient. C’est le seul péché que j’ai. Nous n’avons pas fait le nécessaire pour que ceux qui tuaient et plus particulièrement ici dans la

zone turquoise, sont partis sans que je les voie, sans que nous nous rencontrions, on aurait dû extirpé toute sa fureur dans ces personnes afin qu’ils rentrent, emportant chez eux quelque chose du Rwanda.

Même ceux là qui nous ont échappé, qui sont parvenu à franchir les frontières, qui sont entrain de revenir, que nous accueillons pour être parmi les Rwandais ; ce qui m’enrage c’est que nous n’avons pas eu le temps des les empêcher d’arriver à destination. Cela je le dis très clairement ça m’attriste. Avoir tué et après s’échapper, partir et ensuite qu’il y ait des gens qui viennent te défendre en disant que le RPF a aussi tué, que le RPF a tué des personnes. Quelles personnes a-t-il tué. Des millions qui parviennent à franchir les frontières alors qu’ils viennent de tuer. Quelles sont ces gens que le FPR a tués ? Le RPF fait du bien seulement. Ou bien il a été distrait ? je ne sais pas.

Mais je pense que c’est parce que nous n’avions pas de matériel ou d’équipement assez suffisant. Je pense que nous ne pouvions pas réaliser toutes les choses possibles. C’est pourquoi quand j’y pense, je le regrette. Nous avions de la volonté d’arrêter tout ce qui se faisait. Mais les capacités n’étaient pas suffisantes de façon que nous puissions sauver les gens qui mourraient. Au lieu qu’il y ait un million de mort, si nous avions pu sauver au moins une centaine de millier, si nous avions pu avoir cette possibilité, nous aurions dû faire tout ce qui est faisable, c’est ce qui m’aurait réjouit.

Et bien moi c’est seulement cela qui me fait mal. Quant à autre chose, ceux qui parlent de rien, ne font que parler ; ils ne changent rien à cette histoire. Ils ne devraient pas changer l’histoire et d’en parler comme elle n’est pas. FPR, FPR, au contraire c’est le FPR qui devait les juger, ceux qui ont tué et leurs sponsors. C’est lui (le FPR) qui chercherait un endroit pour les juger. Lui (le FPR) être jugé, cela ne sera pas possible. C’est impossible. Et cela n’a même pas de raison d’être.

C’est cette dette qui pèse sur moi. Nous n’avons pas fait le nécessaire, car nous n’avions pas de capacité suffisante pour le faire. Mais, celui qui oserait maintenant, cela lui serait compliqué. Pour le moment celui qui recommencerait, comme ces chiens même, de même que ceux là qui sont entrain d’équiper ces chiens de n’importe quoi, ceux là aussi sont des chiens. Vous comprenez, on se cache et on tue une personne. Mais la politique qui oserait faire comme avant et que beaucoup de gens y adhèrent et fassent comme tel, à ce moment ce que nous n’avions pas pu faire dans le temps nous le ferions. Il n’y a pas de péché à combattre le mal.

Seulement les temps ont changé, les événements se sont déroulés très vite, ils nous ont mis dans une situation telle que vous faites revenir une personne, vous le lavez et lui donnz de quoi s’habiller et comme récompense, elle passe derrière toi et détruit ton demeure et parle du mal de toi. C’est ça la situation actuelle. C’est la politique de notre temps. Mais les gens dont vous entendez parler, j’ai entendu parler de Bruguière. S’il s’agit de Bruguière, il n’y rien dedans, c’est du vent. Il n’y a rien en lui. Même ceux-là pour qui il travaille, sont des quoi …. Ils ont commis le péché. Le péché de génocide qu’ils ont commis ici au Rwanda leur sera fatale, ils en subiront des conséquences.

Ceux-là qui parlaient de Peraudin qui sontils, tous ces gens là nous ont échappé, sont partis sans problème. Mais, ils ne reviendront jamais. C’est de cette façon qu’est l’histoire d’ici. Ces étrangers, les étrangers qui recommenceraient et de plus à manipuler les Rwandais, certains Rwandais qui ont mal agi ou qui agissent mal parce qu’ils sont manipulés.

Je ne leur demande qu’une chose, que ces étrangers cessent de se mêler dans l’histoire du Rwanda, de la perturber et d’en faire tout ce qu’ils veulent. Et nous, que nous ne leur donnions pas la possibilité, n’acceptons pas que cela soit. Je constate que quand on voit que certains Rwandais qui n’ont pas d’histoire politique, qui n’ont rien fait du tout et que les étrangers osent les couronner de « héros », les héros du génocide. Moi j’attends encore jusqu’aujourd’hui les personnes qui se font faire des héros par ces étrangers, qui disent qu’ils sont des héros dans le génocide, je voudrais savoir au moins une, une seule personne qu’ils auraient sauvé, je n’en connais aucune.

Quand on leur pose la question, ils répondent tout simplement qu’ils ont sauvé des gens. Ils vous prennent une personne comme Rusesabagina qui va à l’extérieur et qui est entrain de…. ! Ce bandit, ce voleur qui collabore avec d’autres voleurs, il est soutenu par des voleurs, qui sont entrain de diffuser que la catastrophe se prépare au Rwanda, qu’il y a eu génocide des tutsi et qu’il va bientôt un génocide des hutu. C’est du Rusesabagina. Mais ce n’est pas du Rusesabagina seulement, ce sont des gens qui le manipulent. C’est l’instrument des gens qui ont l’habitude de manipuler ou de perturber l’histoire du Rwanda afin de pouvoir cacher leur péché, le péché qu’ils ont commis contre le Rwanda.

L’héroïsme des Rwandais, qu’ils laissent les Rwandais eux même le clamer. Par ici il nous racontait que quelqu’un lui a sauvé la vie en le cachant, en lui apportant de la nourriture et qui finalement quand cela lui a été difficile, lui conseilla de partir. Celui-là nous le connaissons il nous a été dit qui il était, les autres qui leur a révélé leur nom ? Ces étrangers je leur demande vraiment de ne plus nous embrouiller, de ne plus entremêler

l’histoire du Rwanda. La part qu’ils ont de l’endommager est suffisante qu’ils ne recommencent plus de la torpiller ou de la désordonner de plus belle.

Mais, comme les Rwandais avons refusé de mourir jusqu’au dernier, de même le génocide n’a pas exterminé tous les Rwandais, c’est de la même manière qu’il y a encore des Rwandais qui ont une mauvaise habitude et une mauvaise politique de génocide, c’est pour cela que je m’adresserais à ces étrangers qui nous jouent du théâtre et qui sont entrain de nous aliéner, que notre programme de vouloir construire le nouveau Rwanda, de rechercher le bien-être des Rwandais, de faire en sorte que les survivants continuent à vivre, ce programme ne sera pas abandonné et ensuite nous nous préparons à combattre pour ce programme, prêt à nous battre comme nous avons combattu le génocide.

La guerre contre le génocide, même si nous n’avons pas suffisamment fait le nécessaire faute de moyen, pour le moment nous avons suffisamment de matériel et ferons tout ce qui est possible. Et nous sommes prêts à nous battre contre qui que ce soit qui provoquerait une guerre avec tous les moyens dont nous disposons. Car ne pas le faire serait un péché. Ne pas le faire, ne pas défendre son pays, ne pas se battre pour son droit, pour sa vérité, les conséquences sont pires que d’accepter que l’autre vous les donne quand il veut, vous donne autre chose que la vraie valeur des choses, qui ne sont pas vos droits, vous apprenne comment les gens doivent vivre.

Je voudrais encore prier les survivants de continuer à garder patience à être forts. Car on leur demande beaucoup plus que ce dont ils disposent, nous leur exigeons plus que les autres. Et les autres sont … surtout ceux qui ont tué ! Qu’est-ce que nous pouvons demander à celui qui a tué ? Ceux qui ont provoqué la mauvaise politique et qui l’ont appliquée en tuant, à ceux-là nous n’avons rien à leur demander, puisqu’ils n’ont rien.

C’est pourquoi nous nous adressons plus particulièrement aux survivants en leur exigeant quelque chose, car ce sont eux qui possèdent quelque chose. Qu’ont-ils alors à donner ? Ils peuvent donner le pardon tout simplement, qu’ils n’oublient pas, que nous n’oublions pas que ce sont eux qui peuvent pardonner, c’est eux qui possèdent le pardon. Autrement que pouvons-nous exiger aux gens qui ont tué ? Ils n’ont rien ? Ils n’ont rien dont nous pouvons leur demander. Ils n’ont rien de bon que nous pouvons exiger, sauf que nous leur demandons d’en chercher eux-mêmes, ce qu’ils ont de vivant en eux pour que le pays continue à exister. Après cela les problèmes évoqués sont connus, sont là, mais nous continuerons à chercher des solutions en utilisant tous les moyens possibles. Des fois nous nous ferons aidés par certaines nations qui n’ont pas de responsabilités dans les événements du passé et qui comprennent la problématique, qu’ils aident le Rwanda en collaboration avec lui.

Nous remercions la communauté internationale dans ce qu’elle nous aide. Nous souhaitons qu’elle continue à nous aider pour que nous soutenions les rescapés en particuliers et les Rwandais en général afin que le pays puisse progresser. Pour cela nous ferons tout notre possible pour faire un pas en avant. Dans ce processus, il y a des gens qui de temps en temps agissent mal ; mais pas dans le sens du génocide, mais tout simplement commettent des délits normaux. Et nous les corrigeons toujours, nous les punissons et nous sommes aussi vigilant pour que nous puissions progresser. C’est cela je pense que nous poursuivrons pour que le Rwanda et les Rwandais revivent et continuent à progresser.

Je voudrais terminer en demandant à tous les Rwandais d’être courageux, et de continuer à travailler. Travailler pour son progrès, travailler pour le pays et de combattre pour trouver des solutions aux problèmes. N’ayons pas peur des problèmes, affrontons-les. Il n’ y a pas de raison. Personne ne peut fuir les problèmes. Les problèmes que nous avons, les Rwandais n’ont pas un endroit où les fuir, il faut les affronter.

Et je sais qu’il y a beaucoup de Rwandais qui sont prêts à combattre ces problèmes, pour que nous trouvions des solutions basées sur la vérité, aidé par le progrès, par la bonne gouvernance, par le bien-être des Rwandais et la façon par laquelle ils acquériraient leurs libertés.

Je vous remercie.

 

Source:

 

 

Est-ce que le MDPR ( parti dissout en l'an 2013), aura joue un role, si minime qu'il soit, dans la comprehension du probleme rwandais et dans l'avancement pour la recherche des solutions? C'est a chacun de juger. De toutes facons, notre action n'aura pas tout a fait passe inapercu! Sans politique ou en politique, nous continuerons a lutter pour la liberte, la verite et la reconciliation, ainsi que pour l'instauration d'un etat de droit au Rwanda. Selon Sylmpedia: "Mouvement Démocratique du Peuple pour la Réconciliation (MDPR- INTIGANDA) Drapeau du MDPR Fondé le 13 Décembre 2009 par l’Abbé Théophile Murengerantwari. Ancien "titulaire" de l’Evêché de Cyangugu, exilé en Allemagne ou il a basé son mouvement issu d’une scission avec le RMC. Il soutient le retour du Roi Kigeri V et un nouveau référendum sur la question de la restauration de la monarchie. Il s’est prononcé en faveur la candidate Victoire Ingabire Umuhoza, leader du Front Démocratique Unifié (actuellement mise en résidence surveillée pour tentative de déstabilisation du pays et négation du génocide depuis Avril 2010) qui n’a pu participer à l’élection pluraliste du 9 Août 2010. Très actif, le MDPR émet régulièrement des communiqués sur son site et participe à des manifestations contre le gouvernement rwandais du Président Kagamé." http://www.sylmpedia.fr/index.php/Parti_royaliste_Rwandais

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Theo
Charger d'autres écrits dans Actualités

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Abayobozi ba Ishema Party bazasesekara ku kibuga cy’indege cy’i Kanombe ku wa mbere tariki ya 23 Mutarama 2017

  Itangazo rigenewe abanyamakuru: ICYO TWE TUGAMIJE NI « UKUNGA ABENEGIHUGU NGO DUFAT…