Accueil Société Créer un monde meilleur. Et pourquoi pas aussi chez nous?

Créer un monde meilleur. Et pourquoi pas aussi chez nous?

0
0
51

Créer un monde meilleur. Et pourquoi pas aussi chez nous?

 

Créer un monde meilleur. Et pourquoi pas aussi chez nous? jpg_amandela_15-c134f jpg_mandela_2

L’exemple de Mandela n’aurait servi à rien!

 

Pour certains individus, comme c’est le cas chez les tenants du pouvoir au Rwanda, le repos ne s’obtient qu’avec l’anéantissement de ceux qui réclament leurs droits. Dans la société où les inégalités prennent de plus en plus de l’ampleur,  demander l’amélioration des conditions de vie, et spécialement de ceux qui n’ont pas de droits,  apparaît aux yeux de certains comme un crime. Tout ce qui profite au pouvoir de répression, voilà ce qui est toujours bienvenu aux yeux des dirigeants. Des menaces se profèrent contre la population, afin de ramener à tout le monde à accepter la loi du plus fort comme principe de gouvernement. Que vous acceptiez ou que vous refusiez le système qui asservit le peuple, cela revient au même, sous prétexte que les capacités de sévir seraient toujours effectives! Qu’est-ce que on n’a pas entendu parler? Qu’une petite capsule est à mesure de vider petit à petit un tonneau rempli d’eau, que de petits coups répétés au moyen d’un petit objet  peuvent finalement avoir raison de la résistance d’un tonneau métallique et parvenir ainsi à l’ouvrir, que les grains de maïs ne peuvent jamais résister à une  machine à broyer….! De telles menaces répétées à l’encontre la population, on n’en a entendu parler nulle part sauf bien sûr au Rwanda. Comme si le pouvoir en place ne connaît de repos que s’il ne reste aucun élément gênant et qui voudrait revendiquer  les droits légitimes.

Ce genre de traitement est subi par le peuple rwandais depuis qu’un mouvement aux allures machiavéliques a pris la résolution au début des années quatre vingt dix, de mener une lutte interminable pour déboulonner les valeurs acquises avec l’instauration d’un état républicain au Rwanda. Au moment où les peuples du monde entier se libèrent du joug des dictatures en 1989, c’est justement la même époque que les préparatifs se finalisent en vue d’instaurer une dictature encore plus atroce dans le pays. Depuis cette époque, l’enchaînement des événements apportera un nuage de désespoir sur l’Afrique à partir du Rwanda. Tout l’Afrique? Non quand même. Quelques exceptions près, comme le miracle de cohabitation qui se réalisa en Afrique du Sud après la libération d’un homme charismatique, Nelson Mandela. Malgré l’espérance suscitée par cet homme exceptionnel en Afrique et dans le monde, beaucoup de dirigeants africains sont loin d’imiter ce bel exemple. Dans ce refus d’adopter les mêmes méthodes que cet homme providentiel, beaucoup de dictateurs resserrent les liens d’asservissement contre leurs peuples. Chose curieuse, la communauté internationale semble encourager  des anti-héros qui sévissent sur les populations. Les universités  honorables dans le monde entier rivalisent de zèle pour distribuer des diplômes à des dirigeants qui, aux yeux de beaucoup, sont purement et simplement des criminels. Les entreprises multinationales ne s’empêchent pas de couronner de médailles des dirigeants criminels qui servent leurs intérêts au détriment de leurs peuples. Qu’est-ce qu’on n’a pas vécu au Rwanda et qui fait souvent se poser les questions sur l’avenir du monde, où le crime et l’exploitation des peuples de certains pays semblent de plus en plus être des valeurs  dans le monde moderne ! Que devient au fait ce monde de misère qui s’adonne à la course sans repos derrière les richesses sans jamais tenir en compte des victimes de cette course effrénée?

 

N’était-il pas temps de faire stop et d’organiser une pause de réflexion pour se rendre à l’évidence du bilan lamentable de la direction que prennent les agissements de l’homme contre l’homme? Evidemment l’on entendra les mêmes faux dirigeants prétendre qu’il n’a y a pas moyen d’organiser cette pause rétrospective, que le Rwanda a décollé pour de bon, qu’il serait en pleine construction, qu’il n y a pas de temps à perdre, que le Rwanda roule à tombeau ouvert vers une étrange destination! Que le peuple souffre sous une injustice inouïe, cela ne semble ne pas embêter ceux qui croient aux moyens de répression comme réponse à toute contradiction ou bien toute proposition alternative.

 

Alors, à quoi aurait servi les sacrifices et l’exemple d’un homme comme Mandela dans un pays comme le Rwanda. Le sage africain profite lui de son repos mérité pour s’occuper des plus malheureux dans son pays.  Ceux qui prétendent n’avoir aucun moment de répit et qui mènent les activités douteuses dans l’insouciance totale de ce dont peut souffrir le peuple, que visent-ils au fait? Il est bien visible qu’un repos utile comme celui de Mandela pourrait être plus productif que l’activisme des insensés qui dirigent leurs peuples droit vers la perdition. Seront-il finalement pouvoir faire une pause et inviter toutes les composantes de la population à venir dialoguer dans la transparence à propos de l’avenir commun de notre pays? Non. Ils ne disposent pas de temps, ils ont une autre vision de la gestion de la chose publique, qui est fausse bien entendu.

 

La nécessité d’une pause pour le dialogue

 

Quinze ans de cécité et de course folle vers la prétendue construction d’un pays où une infime partie du peuple croit vouloir intégrer le peuple dans son char infernal, et puis la constatation d’un échec visible quant à l’organisation de la cohabitation du peuple rwandais, cela devrait amener les dirigeants normaux à essayer une autre voie. Mais malheureusement beaucoup de facteurs les mènent à nourrir toujours des illusions. Le soutien sans condition des puissances est et continue à être l’un des grands facteurs de cette illusion. Et quand une clique de quelques individus comprendront-ils finalement qu’il vaut mieux se réconcilier avec le peuple que de profiter du soutien temporel des puissances, lequel soutien s’estomperait quand leurs intérêts ne seraient plus en jeu. Ne serait-il plus prévoyant que de gagner la confiance du peuple pour se prémunir contre les jours difficiles? Pourtant la même cécité fait croire que les moyens de coercition fournis par les puissances seront éternels!

 

A regarder ce qui se passe au Rwanda à partir de la classe dirigeante, on dirait que les gens croient être arrivés où ils auraient toujours rêvé d’aller. La possession abusive du pouvoir semble être un but en soi, quand bien même le peuple en souffrirait, comme c’est le cas aujourd’hui. Certains considèrent le pouvoir comme un bien acquis par l’ingéniosité de leurs conquêtes. Ils se couronnent de médailles et de galons à temps et à contre temps. L’arrogance dépasse ses limites, jusqu’ à vouloir louer les pays étrangers qui ont pris part à leur sale besogne. Ils ne craignent pas de narguer la population, en molestant les morts,  insultant ainsi publiquement ceux qui ont été délaissés dans le désarroi avec la perte des leurs. Ils croient aux capacités illimitées de leur ingéniosité. Ils s’accordent tous les droits permis et interdits. Ils croient pouvoir disposer de la vie des autres comme bon leur semble. Ils se croient invulnérable.  Ils n’acceptent jamais leurs erreurs et égarements. Ils se croient juges du monde entier. Leurs pensées sont les seules acceptables dans le temps et l’espace. Ces malheureux qui s’ignorent, croient que le monde entier se trouve sous leurs pieds.  Plus triste toujours, ils ne se permettent aucune pause de rétrospection. Ils se disent que quand ils anéantiront tous les opposants à leur système, et que par là ils vont pouvoir fins des fins se reposer!

 

Le temps de prendre les responsabilités

 

Ayant constaté tout ce dont est en train de souffrir la population au Rwanda et surtout l’état d’insouciance des dirigeants, il y a moyen de prétendre qu’il est plus que temps pour tout Rwandais consciencieux de réfléchir à la prise de conscience de ses propres responsabilités.  Les mots prononcés par Nelson Mandela à l’occasion de son 91ème anniversaire sont très significatifs: “Nous avons dans nos mains le pouvoir de créer un monde meilleur.” Et de fait, de telles paroles ne semblent pas avoir la connotation utopique, puisque Mandela a prêché par l’exemple, lui même étant un signe vivant de la réalisation de ce noble objectif de créer un monde meilleur. Ce que les autres ont réalisé ailleurs, pourquoi ne pourrions-nous pas le réaliser au Rwanda?

 

La prise de responsabilités devrait commencer par l’organisation d’un dialogue franc et sincère entre les composantes de la société rwandaise. Nous avons la chance d’avoir des preuves que cela est possible, puisque un homme comme Mandela a pu le réaliser chez lui. Il ne faudrait jamais céder  à la pression des nos dirigeants qui se comportent comme des loups dans la bergerie. Leur intimidation ne doit pas nous faire oublier que nous avons de clés dans nos mains pour créer un monde meilleur. Commençons par considérer cette foule de la population à l’intérieur du pays qui souffre sans pouvoir ouvrir la bouche pour exprimer sa peine. C’est à toute personne bien placée d’entreprendre quelque chose, de comprendre que cette foule a besoin finalement d’un peu de répit, depuis qu’elle souffre depuis des années sans espérer de délivrance. Cette peine qui touche la population devrait aussi toucher tout le monde, umusonga wabo wagombye kubuza gusinzira. Pour plus de justice dans notre pays, les gens devraient oublier un peu leurs propres descensions afin d’agir ensemble pour le bien de ceux qui souffrent sous la dictature. La ténèbre qui s’est abattue sur notre pays depuis des années doit coûte que coûte se dissiper pour laisser enfin la place à la clarté de l’espoir. Le monde meilleur, l’avenir meilleur pour tous, voilà ce qui devrait constituer notre but à tous.

 

Théophile.

Theo

Est-ce que le MDPR ( parti dissout en l'an 2013), aura joue un role, si minime qu'il soit, dans la comprehension du probleme rwandais et dans l'avancement pour la recherche des solutions? C'est a chacun de juger. De toutes facons, notre action n'aura pas tout a fait passe inapercu! Sans politique ou en politique, nous continuerons a lutter pour la liberte, la verite et la reconciliation, ainsi que pour l'instauration d'un etat de droit au Rwanda. Selon Sylmpedia: "Mouvement Démocratique du Peuple pour la Réconciliation (MDPR- INTIGANDA) Drapeau du MDPR Fondé le 13 Décembre 2009 par l’Abbé Théophile Murengerantwari. Ancien "titulaire" de l’Evêché de Cyangugu, exilé en Allemagne ou il a basé son mouvement issu d’une scission avec le RMC. Il soutient le retour du Roi Kigeri V et un nouveau référendum sur la question de la restauration de la monarchie. Il s’est prononcé en faveur la candidate Victoire Ingabire Umuhoza, leader du Front Démocratique Unifié (actuellement mise en résidence surveillée pour tentative de déstabilisation du pays et négation du génocide depuis Avril 2010) qui n’a pu participer à l’élection pluraliste du 9 Août 2010. Très actif, le MDPR émet régulièrement des communiqués sur son site et participe à des manifestations contre le gouvernement rwandais du Président Kagamé." http://www.sylmpedia.fr/index.php/Parti_royaliste_Rwandais

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Theo
Charger d'autres écrits dans Société

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Abayobozi ba Ishema Party bazasesekara ku kibuga cy’indege cy’i Kanombe ku wa mbere tariki ya 23 Mutarama 2017

  Itangazo rigenewe abanyamakuru: ICYO TWE TUGAMIJE NI « UKUNGA ABENEGIHUGU NGO DUFAT…