Accueil Société Culture Arts, litterature et poésie La poésie guerrière « icyíivugo »: littérature de la violence? (Ed. Sources du Nil)

La poésie guerrière « icyíivugo »: littérature de la violence? (Ed. Sources du Nil)

0
0
43

 

La poésie guerrière « icyíivugo »: littérature de la violence?

L’Autopanégyrique « icyíivugo »

Il s’agit d’un genre littéraire très prisé des Rwandais. Chaque Rwandais mâle, du temps de la monarchie, possédait son poème autopanégyrique tenu comme son véritable nom, qui était récité lors des manifestations populaires ou familiales. L’autopanégyrique raconte les faits guerriers présumés de l’auteur, aucune importance s’ils sont vrais ou faux. L’important c’est le caractère poétique de l’œuvre, sa longueur, et la façon dont il est déclamé. Selon A.COUPEZ et Th. KAMANZI[1] (1970, p.96-97) :

Icyiivugo, dérivé de +vúg- « parler » incluant le classificateur réfléchi et signifiant littéralement morceau où l’on parle de soi-même, autopanégyrique. On les cite en brandissant sa lance en hurlant à pleins poumons, comme pour impressionner l’ennemi.

(…)

L’auteur se vante sans réserve d’exploits réels ou imaginaires, dont la convention du genre admet l’exagération.

(…)

La partie proprement poétique du texte est suivie d’une autre, appelée ibigwi (dont le singulier ikigwi signifie lieu où l’on a tué), qui consiste en une énumération sèche et précise des victoires.

 

André COUPEZ et Thomas KAMANZI[2] (1962, p.9) :

La poésie guerrière porte le nom de -íivugo7/8, lequel dérive du verbe -vúg, parler, accompagné de l’infixe réfléchi. Il désigne proprement un morceau où l’on parle de soi-même ; selon le contexte, nous le traduisons par autopanégyrique ou hauts faits. Tout Rwanda a son autopanégyrique, qui lui est aussi personnel que son nom et peut éventuellement remplacer celui-ci. Il le déclame dans les veillées d’armes qui précèdent ou suivent le combat, et au combat quand il tue un ennemi. Les cadets à l’entraînement s’en servent pour s’encourager mutuellement dans leurs danses guerrières. Il figure  également au programme des veillées récréatives. Le récitant se tient debout, bras levés, brandissant son arme si les circonstances s’y prêtent. Précipitant le débit à un rythme endiablé, il s’efforce d’émettre le plus de mots possible en une seule reprise de souffle, sans même respecter la délimitation normale des phrases. L’intonation descendante de la langue rwanda l’oblige à partir d’un registre très haut pour atteindre avec la limite de son souffle celle de l’abaissement tonal.


Ce genre de poésie est apprise dès l’enfance, et au courant d’une fête familiale, on peut être surpris qu’un enfant de 12 ans, lui aussi autorisé à déclamer ses hauts faits, déclame l’icyíivugo qu’il a appris par exemple à l’école (sans même le signaler, car le piratage est également admis dans ce genre de création) comme celui-ci :

 

Inshyikanya-ku-mubili[3] 

Ya rugema ahica

Icumu lyera ikigembe

Naliteye Umuhima kuli Gakirage ;

Akirangamiye ubwiza

Ndalimugabiza liramugasha

Nk’ubukombe bw’intare

Mbonye ko limubaga ndamushinyagulira

Nti : « Aho si wowe wenyine,

N’uw’i Bunyabungo

Ni uko namugize

Le Frappeur-de-coups-à-même-le-corps 

(race) du Viseur-aux-endroits-mortels

La Javeline à la lame blanche

Je l’ai projetée contre un Muhima, à Gakirage

Tandis qu’il en admirait la beauté parfaite

Moi je le livrai à sa merci et elle le dévora

Tel un mâle de lion en pleine force

Voyant qu’elle le dépeçait, je me moquai de lui

En disant : « Eh bien ! Tu n’es pas le seul!

Celui du Bunyabungo

Je l’ai traité de la même façon.

 

Cette violence verbale artistique ne dépasse pas le stade de la déclamation. Les faits n’ont pas besoin d’être réels et la composition peut également appartenir à quelqu’un d’autre. Du temps de la monarchie les ibyíivugo racontaient les faits qui s’étaient réellement passés et pour lesquels des distinctions honorifiques étaient donnés : celui qui avait tué 7 personnes recevait du Roi l’umudeénde « collier de la septaine », celui qui en avait tué 14 recevait l’Impotóre « la torsade » (bracelet de valeur), celui qui en avait tué 21, recevait la distinction suprême gucaana urutí « brûler le javelot », une cérémonie, au cours de laquelle le héros brûlait le bois de sa lance.

Aujourd’hui, ce genre poétique rangé dans la poésie guerrière par A. Coupez, existe toujours mais n’a pas la primeur qui lui était accordée à l’époque de la monarchie. Aucun Rwandais ne peut vous dire qu’il a un autopanégyrique personnel. Les autopanégyriques composés aujourd’hui ont été vidés de leur substance, notamment par la déclamation de faits de guerre fictifs, ou dont les contenus ne sont pas à proprement dire « guerriers ». En effet l’acte de tuer aujourd’hui constitue un crime qui est puni par la loi et l’on ne peut se targuer d’avoir tué quelqu’un en public, surtout quand c’est vrai. Le genre a été dévoyé de son objectif premier de raconter les faits d’armes. Il n’a pas perdu pour autant son caractère poétique ni son contenu de parler de soi. L’autopanégyrique aujoud’hui n’est plus une « ode guerrière ». Parmi les autopanégyriques, l’ode guerrière n’est plus qu’une fiction. Le genre a profondément changé, il a été transformé, tout en gardant les fonctions essentielles de parler de soi et la poéticité du texte.

 

Eugène Shimamungu

www.editions-sources-du-nil.fr

(Tiré de Eugène Shimamungu, Analyse thématique de 3 chansons de Simon Bikindi, Rapport d’expertise présenté au TPIR, Oct. 2007)

 


[1] André Coupez et Thomas Kamanzi, 1970, Littérature de cour au Rwanda, Oxford, Oxford University Press. 

[2] André Coupez et Thomas Kamanzi, 1962, Récits historiques rwanda, Tervuren, Musée royal de l’Afrique Centrale

[3] Alexis Kagame (1972, p.18-19), il a été impossible de reproduire les signes diacritiques du texte cité. J’ai volontairement inversé l’ordre d’apparition du texte en kinyarwanda et de la traduction.

Theo

Est-ce que le MDPR ( parti dissout en l'an 2013), aura joue un role, si minime qu'il soit, dans la comprehension du probleme rwandais et dans l'avancement pour la recherche des solutions? C'est a chacun de juger. De toutes facons, notre action n'aura pas tout a fait passe inapercu! Sans politique ou en politique, nous continuerons a lutter pour la liberte, la verite et la reconciliation, ainsi que pour l'instauration d'un etat de droit au Rwanda. Selon Sylmpedia: "Mouvement Démocratique du Peuple pour la Réconciliation (MDPR- INTIGANDA) Drapeau du MDPR Fondé le 13 Décembre 2009 par l’Abbé Théophile Murengerantwari. Ancien "titulaire" de l’Evêché de Cyangugu, exilé en Allemagne ou il a basé son mouvement issu d’une scission avec le RMC. Il soutient le retour du Roi Kigeri V et un nouveau référendum sur la question de la restauration de la monarchie. Il s’est prononcé en faveur la candidate Victoire Ingabire Umuhoza, leader du Front Démocratique Unifié (actuellement mise en résidence surveillée pour tentative de déstabilisation du pays et négation du génocide depuis Avril 2010) qui n’a pu participer à l’élection pluraliste du 9 Août 2010. Très actif, le MDPR émet régulièrement des communiqués sur son site et participe à des manifestations contre le gouvernement rwandais du Président Kagamé." http://www.sylmpedia.fr/index.php/Parti_royaliste_Rwandais

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Theo
Charger d'autres écrits dans Arts, litterature et poésie

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Abayobozi ba Ishema Party bazasesekara ku kibuga cy’indege cy’i Kanombe ku wa mbere tariki ya 23 Mutarama 2017

  Itangazo rigenewe abanyamakuru: ICYO TWE TUGAMIJE NI « UKUNGA ABENEGIHUGU NGO DUFAT…