Accueil Société Ainsi écrivaient Bigirumwami et Perraudin conjointement à propos de l’Aprosoma.

Ainsi écrivaient Bigirumwami et Perraudin conjointement à propos de l’Aprosoma.

0
0
34

En 1959, le Rwanda est en pleine mutation. Le peuple rwandais commence à voir d’un autre oeil l’avenir socio-politique du pays. Depuis longtemps, le hutu a accepté la domination tutsi comme une fatalité. Il y en a qui sont nés pour commander et d’autres pour servir, c’était comme une parole d’évangile. Sans bénéficier de la protection du puissant tutsi, la vie du hutu s’avérait impossible. Le système d’Ubuhake est accepté purement et simplement comme la seule voie de s’en sortir. Il fallait sacrifier sa liberté, désavouer ses capacités, apparaître même comme un sot en face du dominateur. Pourvue que l’on puisse dormir et surtout ne pas mettre  sa vie en danger. Tout le peuple était considéré, suivant les mentalités, comme « ingabo z’umutware », l’arrière-garde du suzerain et le tout était soumis au pouvoir du roi, dont le symbole de son pouvoir, le Karinga, ne pouvait que susciter la terreur, ne fut ce qu’à l’évoquer. Le tambour-emblè me devait porter des dépouilles des rois hutus vaincus, comme signe que le reste du peuple devait se considérer comme un peuple vaincue, sans aucun droit à aucune prérogative dans les affaires de l’état.

Le pouvoir de la tutelle, en cautionnant le système de « l’administration indirecte », ne pouvait pas pour autant arrêter l’évolution des mentalités. La Belgique, par la voie du gouverneur Harroy, finit à affirmer très clairement l’existence du problème hutu-tutsi et la nécessité de le résoudre pacifiquement. Dans sa déclaration devant la commission de l’Onu du 5 octobre 1957, Harroy affirma que le problème hutu tutsi c’est le problème du pays.

Pour les évêques Perraudin et Bigirumwami, il y aurait davantage un problème politique, un problème moral et social, le problème de la reconnaissance de la dignité des personnes; on ne pouvait plus accepter que la population hutu dans son ensemble soit maintenue dans une situation d’infériorité institutionnelle et de mépris larvé mais très profond.

Entre temps, le leader hutu Joseph Habyarimana, dit Gitera , qui se considérait comme un bon chrétien, ne s’empêcha pas de pécher par excès de zèle et il a écrit sans aucun commun accord avec l’autorité ecclésiastique son « Manifeste de la jeunesse Chrétienne rwandaise », parue dans le Journal Ijwi rya rubanda rugufi au mois de septembre 1958…C’est un cri d’indignation contre le karinga devenu objet de culte. Gitera parle même d’adoration. Cet écrit paraît aux yeux des évêques comme porteur d’amalgame malsain. C’est ainsi que Perraudin prit l’initiative d’annoncer à Gitera qu’il lui contestait le droit de lancer un manifeste au nom de la jeunesse chrétienne sans autorisation de l’évêque. Perraudin portait un grand intérêt à la cause de la justice et de la charité, mais jamais il n’ aurait pu tolérer tout amalgame. Kayibanda a du lui même se désolidariser de cette campagne passionnée que menait Gitera et son Aprosoma. Les deux leaders ne s’entendaient pas sur les méthodes d’action et de propagande. La méthode de kayibanda consistait quant à elle, comme l’affirme Peternostre de La Mairieu, dans la »persuasion » plus ou moins tranquille à travers ses écrits et ses réunions à la base sur les collines. C’est ainsi que les évêques  se sont vus dans l’obligation de contester les méthodes plus ou moins impulsives du parti social hutu d’Astrida dans une lettre qu’il ont ont consignée, une lettre confidentielle destinée aux prêtres et supérieurs des vicariats apostoliques du Rwanda et dont voici le contenu, tels que nous le révèle le livre « Vérité, Justice, Charité »:
« (…)
Nyundo et Kabgayi le 11.10.59.

STRICTEMENT CONFIDENTIEL:

Aux Supérieurs et autres prêtres des Vicariats Apostoliques du Ruanda.

Chers Confrères dans le sacerdoce,

Ainsi que nous l’avons annoncé dans notre précédente circulaire confidentielle sur le parti « Unar » de vous éclairer sur chaque parti au fur et à mesure de leur apparition, nous vous faisons parvenir un nouveau document pour vous éclairer sur le nouveau mouvement politique qui vient de se manifester au Pays. Il concerne le Parti social Hutu d’Astrida (Ishyaka rya Abahutu).

A l’occasion de son premier meeting, son chef a publié le texte ci-joint. Nous sommes obligés à propos de ces textes de faire les remarques suivantes que vous voudrez bien communiquer de la même façon que nous l’avons demandé dans notre première circulaire.

1) Ces textes manifestent un esprit non chrétien de haine raciste, incompatible avec les enseignements et les exhortations de Notre Seigneur et de la sainte Église. L’Église est pour tout le monde, aime toutes les races de la même façon et demande que tous les hommes et toutes les races s’aiment, s’estiment, et s’entraident mutuellement. Même si un groupe s’organise pour son intérêt propre, il ne peut en effet en violant les lois du bon Dieu. Qui dit le contraire est contre l’Église et ses enseignements.

2) Ces textes vous montreront également que les déclarations de vos Évêques sur le Karinga sont déformées et mal interprétées. Ce n’est pas un laïc surtout à l’occasion d’un meeting politique, de publier ni surtout de travestir en les publiant, les paroles des Évêques. Voici en Kinyarwanda le texte authentique que vous pouvez lire à vos fidèles:
« Karinga yavuzwe kenshi, babaza n’igitekerezo cya Kiliziya kuri iyo ngoma y’Ubwami. Dore igisubizo cy’icyo kibazo.
1° Igitekerezo cya Kiliziya ni uko Karinga ari ikimenyetso, nta kundi Kiriziya ibibona, siyo mutegetsi kandi ntibinashoboka. Ubutegetsi ntibushobora kuba mu kintu, ubutegetsi bigirwa n’umuntu, « Haguma umwami, ingoma irabazwa ».
2° Ntacyo bitwaye idini ko Karinga yaba urwibutso rw’igihugu, cyangwa urw’ubutegetsi cyangwa rw’umwami; kumenya icyo Karinga yibutsa, twabimenyeshwa gusa n’amateka y’igihugu, n’icyo igihugu cyashatse ko yibutsa.
3° Nk’uko bigenda ku rwibutso mu gihugu, Karinga yakubahwa ndetse ikagirirwa imihango, ibyo Kiliziya ntibyanze. Byaba ngombwa gusobanurira ababikeneye ko icyo cyubahiro kitagirirwa Karinga ubwayo, ko iyo bakigirira Karinga, baba bakigiriye muri yo igihugu, cyangwa ufite ubutegétsi bwacyo.
4° Haramutse hari imihango idakwiye inyuranyije n’amategeko ya Mungu, igirirwa Karinga, Kiriziya irayiciye yose, ariko Kiriziya ntitegekewe kugenzura ubwayo niba iyo mihango mibi ikiriho kuri Karinga. Abashinzwe ibya Karinga b’abakristu, nibo bakwiye kumenya imihango ikwiye n’idakwiye.
5° Niba Karinga icyambaye ibisigazwa by’abantu bayivugaho, Kiliziya imenyesheje ko bigomba kuyivanwaho. « 

Nous protestons conte la façon abusive avec laquelle on tente de se servir de l’Eglise et de sa doctrine, comme d’un paravent en faveur d’un parti politique. L’Église est au dessus des partis et leur demande seulement de ne rien faire qui soit opposé à la loi divine et aux intérêts de l’Église. Une fois de plus, nous vous supplions d’être prêtres et uniquement prêtres et de témoigner une charité et une délicatesse de charité à tout le monde.

Nous vous redisons notre profonde affection dans le Christ.

+ Aloys Bigirumwami, Vic. Ap. de Nyundo.

+ André Perraudin, Vic. Ap. de kabgayi.

P.S.

Nous avions fini de polycopier ce texte quand nous recevons la lettre suivante de Monsieur Joseph Habyarimana, qu’il a publiée dans son journal « Ijwi rya Rubanda Rugufi » du 13 octobre 1959.
« Suite à mes publications du 27 septembre 1959 et tenant compte des remarques faites à leur sujet par nos Evêques, je tiens à exprimer publiquement mes regrets d’avoir usé d’un écart de langage qui a dû faire croire à des sentiments de haine raciale.
Je tiens à déclarer que l’esprit de vengeance et de haine ne pourront jamais influencer notre action politique. Seul le désir d’une justice pour tous doit nous conduire, et seul doit nous guider la charité, qui cependant n’exclut pas la défense légitime de nos droits.
Je m’excuse aussi d’avoir publié dans un contexte défavorable, la Déclaration des Évêques sur le KARINGA.
Je profite de l’occasion pour vous annoncer en même temps que le 9 octobre 59, j’ai donné ma démission de Chef du Parti Social Hutu, pour le remettre entre les mains de Monsieur Aloys Munyangaju, dont la sagesse vous est connue, ainsi que sa droiture.
Car j’estime que, si d’un coté, j’ai eu de regrettables écarts de langage, sous l’influence d’une exaspération, de l’autre coté les buts de l’Aprosoma, tels qu’ils ont été définis dans le manifeste des bahutu de 1957, sont légitimes, et doivent être pousuivis, en tenant compte de la doctrine sociale de l’Église et dans un esprit chrétien. »
Signé: Joseph Habyarimana Gitera.

Source: Vénuste Linguyeneza, Vérité, Justice, Charité, Linguyeneza, éditeur, Waterloo février 2001.

Théophile.

Est-ce que le MDPR ( parti dissout en l'an 2013), aura joue un role, si minime qu'il soit, dans la comprehension du probleme rwandais et dans l'avancement pour la recherche des solutions? C'est a chacun de juger. De toutes facons, notre action n'aura pas tout a fait passe inapercu! Sans politique ou en politique, nous continuerons a lutter pour la liberte, la verite et la reconciliation, ainsi que pour l'instauration d'un etat de droit au Rwanda. Selon Sylmpedia: "Mouvement Démocratique du Peuple pour la Réconciliation (MDPR- INTIGANDA) Drapeau du MDPR Fondé le 13 Décembre 2009 par l’Abbé Théophile Murengerantwari. Ancien "titulaire" de l’Evêché de Cyangugu, exilé en Allemagne ou il a basé son mouvement issu d’une scission avec le RMC. Il soutient le retour du Roi Kigeri V et un nouveau référendum sur la question de la restauration de la monarchie. Il s’est prononcé en faveur la candidate Victoire Ingabire Umuhoza, leader du Front Démocratique Unifié (actuellement mise en résidence surveillée pour tentative de déstabilisation du pays et négation du génocide depuis Avril 2010) qui n’a pu participer à l’élection pluraliste du 9 Août 2010. Très actif, le MDPR émet régulièrement des communiqués sur son site et participe à des manifestations contre le gouvernement rwandais du Président Kagamé." http://www.sylmpedia.fr/index.php/Parti_royaliste_Rwandais

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Theo
Charger d'autres écrits dans Société

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Abayobozi ba Ishema Party bazasesekara ku kibuga cy’indege cy’i Kanombe ku wa mbere tariki ya 23 Mutarama 2017

  Itangazo rigenewe abanyamakuru: ICYO TWE TUGAMIJE NI « UKUNGA ABENEGIHUGU NGO DUFAT…